Eve l’égyptienne, la première à aller chez le coiffeur

15-12-2011 09:06 AM

L'ingénieur Daoud Khalil Messiha


Eve s’intéresse à ses cheveux et son aspect depuis les plus anciennes époques. Dans les anciens documents égyptiens, un jeune voulant se marier a décrit la fille de sa vie. Il a indiqué qu’il voulait se marier avec une fille ayant des cheveux châtains. Les anciennes Egyptiennes aisées aimaient les perruques. Elles les portaient pour s’embellir en sortant pour assister aux fêtes. En ancienne Egypte, tant les femmes que les hommes étaient intéressés aux coiffures. L’industrie des perruques a prospéré. Les coiffures se sont multipliées et les modes sont apparues comme c’est le cas de nos jours. Nos ancêtres nous ont laissé des peignes, des rouleaux, des pinces et des modèles de perruques fabriquées avec des cheveux naturels, ainsi que celles qui sont tissées avec des fils de laine. On trouve ces perruques dans les musées. La profession de coiffeur est l’une des plus anciennes professions qui ont prospéré tout au long des ères. Les Egyptiens en général aimaient les perruques. Ils se rasent les cheveux et portaient ensuite des perruques de différentes modes. Il y a dans les musées de nombreuses statues et gravures de personnes qui ont  coupé leurs cheveux et sur les mêmes ouvrages d’autres personnes avec des cheveux longs ou courts ou portant des perruques. Le célèbre historien Hérodote a indiqué que les Egyptiens aimaient se couper les cheveux, contrairement à d’autres nations parmi lesquelles on ne trouvait pas beaucoup de chauves. Il a révélé que les Egyptiens commençaient à se raser dès qu’ils atteignaient l’âge adulte. Ils laissaient leurs cheveux s’allonger dans les moments de deuil et de chagrin.  Les cheveux de l’enfant étaient raccourcis pour des raison de santé: Les Egyptiens voulaient renforcer son cuir chevelu et augmenter sa solidité en l’exposant à la chaleur du soleil. Dans les anciens papyrus médicaux de l’Egypte antique, il y avait de nombreuses prescriptions comprenant des médicaments pour hommes et femmes servant à soigner la chute des cheveux. En observant méticuleusement de nombreuses statues de différentes époques, on voit des mèches de cheveux naturels en dessous des perruques. Quand on disait qu’un homme a coupé ses cheveux, en fait il les avait raccourcis. Les personnes qui paraissent chauves dans les gravures et les statues sont des prêtres de l’empire avancé.   Coiffures égyptiennes créatives  L’Egyptienne aimait les cheveux relativement courts sur les deux côtés du visage. Les cheveux rendaient son visage rond.  Elle les coiffait aussi sous forme  d’un coquillage autour de sa tête et ses épaules. Elle aimait aussi les cheveux longs pendant sur ses épaules et sa poitrine. Elle laissait ses cheveux longs pendre sur son dos ou faisait des tresses ou une queue de cheval. Les femmes riches portaient souvent des perruques dans les soirées et les fêtes. Elles achetaient des perruques ayant des cheveux crépus avec des ondulations sous forme triangulaire, carrée ou ronde. Pour éviter la pesanteur de la perruque, elles portaient parfois des mèches et des tresses fixées sur leurs cheveux naturels.  Evolution de la mode  Les coiffures se sont diversifiées en ancienne Egypte, ainsi que les ornements et les vêtements, selon la mode de l’ère et la nature des occasions, ainsi que suivant le goût personnel. Les coiffures des femmes dans l’ancien empire pour toutes les classes étaient des chevelures longues arrivant jusqu’à la poitrine avec deux tresses. On a plusieurs gravures montrant qu’il s’agissait de perruques. On voit en effet des servantes n’ayant pas ces coiffures, ainsi que les petites filles. Les nourrices paraissent avec des cheveux courts. Dans de rares cas, les femmes de haute classe paraissaient avec des cheveux courts. Les cheveux ne dépassaient pas les épaules. On voyait des mèches en dessous de la perruque, couvrant le front jusqu’aux yeux. La mode des coiffures est restée la même pendant de longues périodes au cours du moyen empire. Cependant, une coiffure avec deux tresses fit son apparition. Avec le grand changement qui est survenu dans les vêtements en la période de la moitié de la XVIIIe dynastie, des coiffures pour femmes et pour hommes firent leur apparition. Ces coiffures allaient de pair avec les vêtements de cette époque. Il y avait un désir de donner plus de cours libre aux cheveux. La chevelure était moins tressée. Les lourdes tresses pendant devant les épaules disparurent. Les cheveux étaient coiffés de sorte à couvrir toute la partie supérieure du corps. Ils pendaient d’autres fois sur le dos.  Les coiffures se sont diversifiées. Les mèches pendaient en ligne droite ou parfois étaient coiffées en boucles ou en couches. Certaines femmes avaient des cheveux longs, d’autres courts. Certaines coiffures formaient un cadre autour du visage. Des femmes avaient des tresses courtes. Les cheveux étaient parfois coiffés avec des mèches et des tresses formant des couches épaisses. Toutes ces coiffures existaient au temps de la XXe dynastie. Les femmes retournèrent à la  mode qui prévalait dans l’ancien empire. Les coiffures sont redevenues simples. Les femmes aisées achetaient des perruques avec des cheveux longs arrivant jusqu’à la taille. Il y avait des perruques fabriquées avec des cheveux naturels et d’autres, moins coûteuses, étaient avec des fils de laine de mouton.  La mode pour hommes  La mode était les cheveux courts comme cela paraît dans de nombreux objets antiques. C’était la forme prévalente pour toutes les classes de la société dans l’ancien empire, qu’il s’agisse de bergers, de navigateurs, de princes ou d’hommes de la cour royale. Simultanément, les hauts responsables de l’Etat ont porté des perruques comme parure. On peut distinguer deux sortes de perruques: la première est avec des cheveux courts ayant des bouclettes en laine. Le second est avec des cheveux longs. La perruque à cheveux courts consiste en des petites tresses placées en des rangées horizontales une au-dessus de l’autre ou une derrière l’autre. Souvent, la perruque couvrait le front et les oreilles, ainsi que la nuque. Cette description s’applique à de nombreux cas avec la simple différence dans les détails. Les petites tresses étaient parfois triangulaires ou carrées. Parfois les mèches sur le font étaient coupées en ligne droite ou en rond. Les petites tresses commençaient parfois au-dessus de la tête ou du front. On peut penser que les gens imitaient leurs dirigeants ou leurs maîtres. Cependant, dans les 1ères dynasties, c’était seulement le maître et parfois un ou deux de ses subordonnés qui portaient les perruques. A la XVe dynastie, on trouve de nombreuses représentations d’ouvriers, de bergers et de servants portent des perruques qui étaient précédemment limitées aux nobles. Par ailleurs, la mode des cheveux longs ne fut pas détrônée car ils couvraient merveilleusement la tête mieux que les petites tresses. Les perruques avec les cheveux longs pendaient du haut de la tête jusqu’aux épaules, tout en formant un cadre autour du visage. Les cheveux étaient coupés en rond au-dessus dyu front et les tresses étaient légèrement ondulées. Dans la XVIe dynastie, la mode était un mélange des cheveux longs et courts qui prévalaient auparavant. Les hommes de classe inférieure laissaient leurs cheveux s’allonger librement. La mode n’a pas changé avec l’entrée des Hyksos en Egypte. Cependant, elle changea avec l’ascendance de la force politique des Egyptiens. A partir de la deuxième moitié de la XVIIIe dynastie, les modes ont changé et se sont succédées, de sorte que l’on ne peut savoir la durée de chaque mode. Cependant, on peut distinguer deux genres de coiffures: Il y a la coiffure avec des cheveux courts couvrant le cou et celle avec des cheveux longs ayant des tresses épaisses pendant sur le devant des épaules. Ces deux coiffures sont apparues sous différentes formes. En principe, la mode exigeait des cheveux tressés avec une mèche et des boucles formant un cadre autour du visage, avec une petite tresse sur le dos. Quant à la seconde coiffure, les cheveux couvraient les deux épaules. Cette coiffure prévalait dans les XVIIIe et XIXe dynasties.  Il s’agit plutôt de perruques étant donné que la personne paraissait avec plusieurs coiffures. Cette mode a continué jusqu’à la XXe dynastie dans laquelle on voit des cheveux longs ondulés.  Références:
Abdel Aziz Saleh – La famille égyptienne dans ses anciennes époques – Bibliothèque de la famille – L’Organisme général égyptien du Livre – 1988. Adolf Erman – La vie en ancienne Egypte – Publications Dover INC – New York – 1971. Regine Schultz and Mattias Seidel

(Visited 137 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires