Dernières nouvelles

..Les dangers de la montée des inégalités

au menu du Forum de Davos

24 Janvier 2014 3:09 pm

Les très riches et les très puissants participants du Forum économique mondial de Davos (Suisse) devaient pour la première fois se pencher, du mercredi 22 au samedi 25 janvier, sur les dangers que représente l##aggravation des inégalités pour la stabilité mondiale.

Jeudi dernier, le Premier ministre Hazem al-Beblaoui a prononcé un discours sur les évolutions politiques et économiques qui ont suivi la révolution du 30 Juin et l’adoption de la nouvelle constitution lors du Forum économique mondial de Davos.
Près de 2500 officiels, dont 40 présidents et premiers ministres de 100 pays, étaient présents.
Beblaoui a examiné également toutes les opportunités d’investissement ainsi que le développement dans le climat d’affaires en Egypte et les efforts déployés pour améliorer la structure macroéconomique et assurer la justice sociale.
Le forum a alloué une session complète à l’Egypte en raison de ses circonstances importantes. Beblaoui a prononcé un discours de 30 minutes jeudi pour expliquer les situations, les objectifs et les mécanismes de la feuille de route utilisés pour traiter avec les investisseurs.
Le gouverneur de la Banque centrale d’Egypte (CBE) Hicham Ramez, le ministre des Finances, Ahmed Galal, le chef de l’assemblée constituante Amr Moussa et plusieurs hommes d’affaires égyptiens faisaient part de la délégation égyptienne.
Un programme a été mis au point pour des réunions entre le Premier ministre et le ministre des Finances avec des responsables gouvernementaux européens de l’Allemagne et de la France.
Il y a eu également une rencontre officielle avec une délégation gouvernementale dirigée par le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew et des chefs d’entreprises américains, européens et chinois.
Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Premier ministre britannique David Cameron et le président iranien Hassan Rouhani prenaient également part à l’événement.
Pour sa part, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a estimé que le passage aux sept milliards d’êtres humains sur la planète n’était pas à prendre à la légère.
 
L’ALERTE DU FMI
Dans son « Agenda mondial 2014 » publié en novembre 2013, le Forum avait classé la disparité grandissante des revenus au deuxième rang des risques les plus graves pour la stabilité sociale et pour la sécurité de la planète.
Interrogée dans le numéro du lundi 20 janvier du Financial Times, Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a invité les « maîtres du monde » réunis à Davos à s’inquiéter que,  « dans de trop nombreux pays, les bénéfices de la croissance ont profité à trop peu de gens, ce qui n’est pas la bonne recette pour la stabilité et la durabilité » de la croissance mondiale.
L’ONG Oxfam a profité de cette prise de conscience pour rendre public, lundi 20 janvier, un rapport intitulé En finir avec les inégalités extrêmes qui a fourni matière à réflexion aux congressistes de Davos.
Selon ce document, le degré d’inégalité économique a dépassé ce qui était « nécessaire pour le progrès et la croissance ». La concentration extrême des richesses « menace de priver des centaines de millions de personnes des fruits de leur talent et de leur travail ».
UNE MENACE POUR LA DÉMOCRATIE
La fortune du 1 % de l’humanité le plus riche s’élève à 110 000 milliards de dollars, c’est-à-dire autant que celle possédée par les 99 % restants. Ou encore 1 % des Américains les plus fortunés se sont approprié 95 % de la croissance postérieure à la crise financière depuis 2009 et les 90% les moins riches se sont appauvris. Sept personnes sur dix vivent dans un pays où l’inégalité économique a augmenté au cours des trente dernières années.
Oxfam affirme que ces évolutions sont « moralement contestables » et qu’elles permettent aux plus riches de « biaiser les règles en leur faveur », ce qui ébranle la cohésion sociale et les fondements de la démocratie.
L’ONG a appelé les participants au Forum économique de Davos à s’engager notamment « à ne pas contourner la fiscalité en tirant parti des paradis fiscaux », « à encourager les Etats à  financer une couverture universelle en matière de soins de santé, d’éducation et de protection sociale » ou encore « à défendre un salaire minimum vital dans toutes les sociétés qu’ils contrôlent ».