Sayed Darwiche, la voix de la révolution de 1919

28-03-2019 12:21 PM


En ce mois de mars, l’Egypte a célébré le centenaire de la révolution de 1919 dirigée par Saad Zaghloul, le même mois qui a marqué la naissance de “l’Artiste du peuple” Sayed Darwiche, dont le nom était associé à cette révolution populaire et qui présentait de nombreux chants nationaux qui ont enflammé l’enthousiasme de la nation égyptienne lors de sa révolution.

La révolution égyptienne de 1919 est une révolution menée par Saad Zaghloul contre le colonialisme britannique en Égypte et au Soudan et qui aboutit à l’indépendance de l’Égypte en 1922. La Première Guerre mondiale se traduit en Égypte par l’expansion de la bureaucratie de l’État colonial britannique, la conscription forcée des Égyptiens, l’appropriation par les Britanniques de la production de coton, et par l’obligation d’approvisionner les troupes britanniques. Ces différentes conséquences créent une effervescence politique. Une délégation réunissant musulmans et chrétiens de toutes sensibilités confondues veut se rendre à la Conférence de paix de Paris pour parler de l’indépendance de l’Égypte, mais l’occupant britannique refuse. La délégation se transforme en un parti, le Wafd, sous l’impulsion de Saad Zaghloul.

Le 9 mars 1919 débute ce que beaucoup d’Égyptiens appellent la première révolution en Égypte. Les protestations éclatent au Caire et se propagent dans tout le pays. Les émeutes s’intensifient après l’expulsion de Saad Zaghloul et de trois autres dirigeants du Wafd, le deuxième week-end de mars, vers l’île de Malte. Fait unique, des manifestations de femmes se déroulent également le 16 mars, organisées par Saphia Zaghloul, épouse de Saad Zaghloul, et par Hoda Chaarawi. Le bilan des trois semaines d’émeutes est de plus de 800 Égyptiens tués. Les Britanniques décident de libérer Zaghloul le 7 avril.

Le 11 avril, le Wafd participe à la conférence de paix de Paris pour demander l’indépendance de l’Égypte, ils ont été déçus par les États-Unis qui ont soutenu l’idée de protectorat britannique du Royaume-Uni. Il rencontre à nouveau les Britanniques à Londres, mais les négociations se soldent par un échec, des émeutes éclateront une nouvelle fois en Égypte qui feront plus d’une centaine de morts.

Le 28 février 1922, sous la pression du mouvement indépendantiste égyptien, notamment du Wafd (“la délégation”, parti de l’avocat Saad pacha Zaghloul), le gouvernement britannique proclame la fin du protectorat qu’il avait instauré officiellement en 1914 sur l’Égypte. L’autonomie du Royaume d’Égypte reste toute relative, car certains domaines demeurent réservés à la couronne britannique tels que la sécurité sur le canal de Suez, la défense et la protection des intérêts étrangers.

Dans ce contexte, la révolution de 1919 est l’un des événements égyptiens les plus importants qui ont influencé la chanson nationale et l’enthousiasme. Cette chanson exprimait l’identité égyptienne lorsque Sayed Darwiche composa sa chanson qu’il interpréta “Ma patrie, tu es mon amour et mon destin”, ainsi que la chanson” O peuple égyptien l’Egypte t’appelle toujours” et “Je suis l’Egyptien le digne, j’ai bâti ma gloire entre les deux pyramides”, chansons qui ont touché les sentiments des Egyptiens face à l’occupation britannique.

Les historiens soulignent que Darwiche a enflammé les masses en se plaçant au cœur des manifestations et des manifestants et que, à côté de lui, Badie Khairy a chanté vive le pays et son peuple, ainsi qu’en faveur de son indépendance totale, en tant que slogans politiques lancés par des citoyens dans la rue.

A cet égard, comme la musique arabe continue à se développer dans différentes teintes et couleurs; Sayed Darwiche est un compositeur de musique emblématique qui résonne encore dans le monde des productions musicales, dont les souvenirs chaleureux revivent le jour de son anniversaire, le 17 mars.

Né en 1892 à Kom el-Dikka à Alexandrie, cet ambitieux chanteur a été élevé parmi sept enfants et travaillait comme maçon pour subvenir aux besoins de sa famille. Il a été découvert par un responsable d’une troupe de théâtre qui l’a entendu chanter tout en travaillant et a décidé de l’engager.

Un jour, alors qu’il chantait pour divertir ses collègues, Sayed Darwiche a attiré l’attention de certains passants, les frères syriens Atallah. Avec leur troupe, ils se produisaient en Egypte. La voix de Darwiche les a tellement impressionnés qu’ils l’ont invité à rejoindre leur troupe et à revenir avec eux pour chanter en Syrie.

Au cours de son séjour en Syrie, Darwiche a étudié la musique classique arabe avec Othman al-Mawsily, un maître des mélodies arabes historiques. En conséquence, il fut capable de produire un certain nombre de pièces dans les styles dawr et muwashashat; il avait maîtrisé les subtilités rythmiques de ces formes.

Après son retour en Égypte, il poursuivit sa carrière musicale et acquiert une réputation remarquable en tant que chanteur-compositeur. En 1912, ses chansons avaient connu un vif succès dans tout le pays. Il a formé sa propre troupe, qui comprenait les plus illustres musiciens et chanteurs égyptiens de l’époque.

Cependant, le tournant de la vie de Darwiche eut lieu en 1917 lorsqu’il s’installa au Caire et rencontra le célèbre Salama Higazy, qui l’initia au théâtre. C’est ainsi que débute la brillante carrière de Sayed Darwiche en tant que compositeur d’œuvres théâtrales. Il devint un compositeur célèbre et un librettiste d’opérettes dont la renommée était si répandue qu’en 1921, il put former son propre groupe d’acteurs et d’actrices pour interpréter ses œuvres

Darwiche croyait que l’art authentique devait découler des aspirations et des sentiments des gens. Dans sa musique et ses chansons, il exprime véritablement les aspirations et les humeurs des masses, tout en enregistrant les événements qui se sont déroulés de son vivant. Il a traité du sentiment national suscité contre les occupants britanniques, de la passion du peuple et de la justice sociale, et il a souvent critiqué les aspects négatifs de la société égyptienne.

Ses œuvres, mêlant instruments occidentaux et harmonie avec les formes arabes classiques et le folklore égyptien, ont acquis une immense popularité en raison de leurs sujets sociaux et patriotiques. Les nombreuses mélodies nationalistes de Darwiche reflètent ses liens étroits avec les dirigeants nationaux qui dirigeaient la lutte contre l’occupant britannique. Sa musique et ses chansons ne connaissaient aucune classe et étaient appréciées à la fois par les pauvres et les nantis.

Reconnu comme artiste expérimental, Darwiche est également reconnu comme une icône vivante du nationalisme. Il a composé le célèbre hymne national égyptien «Biladi Biladi» et le révolutionnaire «Oum Ya Masry» (Redresse-toi Egyptien) qui a joué un grand rôle dans la révolution de 1919 et a poussé la nation vers une unité qui embrasse la diversité. Elle s’exprimait ainsi:

“Aimez votre prochain avant d’aimer la journée.

Musulmans, chrétiens, juifs, vous dites?

Nous avons le même sang tout le temps”.

D’autre part, les paroles de l’hymne national égyptien sont tirées de l’un des discours les plus connus de Moustafa Kamel, que Sayed Darwiche a mis en musique. Il a préparé une chanson pour le retour de Saad Zaghloul, mais il est décédé avant l’arrivée du dirigeant nationaliste.

Darwiche a composé «l’appel du vendeur de fruits» en louant Saad Zaghloul après l’exil du chef du parti Wafd pour avoir plaidé en faveur de l’indépendance. Les autorités britanniques ont interdit aux publications d’imprimer le nom du héros révolutionnaire et aux manifestants de le chanter. Les paroliers radicaux ont trouvé une version subversive avec la phrase “Oh dates Zaghloul [une date rouge qui est un fruit populaire partout en Égypte et au Moyen-Orient], vous êtes si grandes dans toutes les vallées, je cite votre nom.” Avec un clin d’œil, l’auteur-compositeur loue et adresse ses meilleurs vœux au leader de la révolution, qui a passé près de deux ans en exil à Malte et aux Seychelles.

Darwiche, un grand improvisateur de musique arabe, a laissé un héritage musical honorable qui continue à être généré par les générations actuelles et futures.

Le gouvernement égyptien a récemment rénové son domicile à Rod al-Farag, afin d’honorer le défunt chanteur à l’occasion de son anniversaire de décès.

Sayed Darwiche a été révéré de son vivant par ceux qui chantaient ses chansons et de nos jours, par ceux qui, dans le monde arabe et au-delà, continuent à les aimer jusqu’à aujourd’hui.

(Visited 8 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires