Paul, apôtre du Christ sur les écrans du cinéma égyptien et international

22-04-2018 08:59 AM


Paul, apôtre du Christ sur les écrans du cinéma égyptien et international

Le film “Paul apôtre du Christ” a été projeté dans les salles du cinéma égyptien et international. Il s’agit d’une reconstitution historique américaine réalisée en 2018 par Andrew Hyatt en collaboration avec le producteur T.J. Berden. Le film met en vedette James Faulkner en tant que Saint Paul et Jim Caviezel (qui a interprété Jésus dans le film « La Passion du Christ » en 2004) en tant que Saint Luc. Le film raconte l’histoire de Paul, qui était connu comme grand persécuteur des chrétiens avant de se convertir. L’intrigue se concentre sur la façon dont il est devenu une figure centrale dans la formation de l’Église primitive avant d’être exécuté par l’empereur Néron à Rome.

Jim Caviezel joue le rôle de Luc dans le film “Paul, apôtre de Christ” et montre comment être grand aux yeux de Dieu.

Le nom Saul signifie grand,” et “=le nom de Paul signifie petit.Caviezel a indiqué comment pendant le tournage de “Paul, apôtre de Christ” le changement s’est opéré dans la vie de Saul qui passe à Paul.

Il a suffi d’un simple changement d’une lettre pour amener un homme à servir Dieu comme il le veut. Pour être petits pour que Dieu nous élève. Pour que nous puissions être grands aux yeux de Dieu, nous devons devenir très petits.

« Tu dois être amour pour eux car c’est le seul Christ qu’ils connaîtront »… Voilà le cœur de l’acteur Jim Caviezel, pour les personnalités de l’industrie du cinéma. Il souhaite être un témoin de Christ au travers de l’amour qu’il leur manifeste.

Le film fait revivre l’histoire de Saul de Tarse, qui était connu pour avoir persécuté et assassiné les chrétiens, mais qui est devenu l’une des figures les plus puissantes et les plus importants de l’Eglise après avoir rencontré Jésus sur le chemin de Damas.

Le film met en relief les moments où Paul souffre seul dans une prison romaine, attendant son exécution sous l’empereur Néron. Maurice, le préfet de prison ambitieux, peut à peine comprendre quelle menace cet homme brisé pose à Rome. Une fois qu’il était Saul de Tarse, issu d’une haute classe, il était un tueur impitoyable des chrétiens, maintenant sa foi chrétienne inquiète Rome. Luc, le médecin rend visite à Paul pour le soigner et essayer de retranscrire et de faire sortir clandestinement des lettres de Paul pour la communauté grandissante des croyants face au régime répressif de Néron contre les chrétiens, ces hommes et ces femmes vont répandre l’Evangile de Jésus-Christ et changer le monde, selon le synopsis du film.

A noter que la première étape de la création de ce film a été une étude vigoureuse de la Bible. Le scénario a été écrit naturellement du fruit des recherches et l’étude des Écritures est la seule source.

« Paul, apôtre du Christ » a été tourné à Malte qui est un archipel en Méditerranée centrale entre la Sicile et la côte nord-africaine.

Le réalisateur Andrew Hyatt a essayé de développer le centre d’intérêt du scénario, mais il a été limité à un certain stade de la vie de l’apôtre Paul au cours de sa phase de prison et plus tard son exécution en l’an 67.

Le réalisateur a souligné une petite tranche de l’histoire misérable d’un homme qui a renoncé à sa vie afin de présenter une demande de pardon à Dieu pour ce qu’il a fait dans la phase précédente avant de suivre le Christ, pour ressembler à un plan de scénario narratif qui n’est pas sûr de l’authenticité historique de ce qui a été rapporté par les personnages qui ont vécu cette période, ont même cru dans le message du Christ et qui sont en attente pour libérer Paul, afin de retourner à la ville pour pouvoir répandre plus largement le christianisme. Il est clair qu’il voulait écrire une épopée historique sur la période des lettres de Paul, tout en tentant de faire la lumière sur les conditions des fidèles à son message.

Il est admissible d’exploiter les talents de Faulkner et Caviezel qui sont deux grandes stars dans l’exécution de personnages faciles et complexes, mais le film « Paul, apôtre du Christ » se limitait à fournir un documentaire non complaisant pour les victimes du cruel Empereur Néron qui torturait les chrétiens. Les détails de cette torture sont seulement montrés à travers l’histoire racontée aux autres, à l’exception d’une scène dans laquelle un soldat romain semblait jeter de l’huile sur un chrétien, puis a mis le feu à son corps afin de l’utiliser comme une torche dans les rues sombres de Rome. Outre les blessures apparaissant sur le dos de Paul et la scène du fidèle portant un message à son cousin baigné dans son sang suite à une agression des Romains en l’absence de sa famille.

Enfin, toute personne qui a choisi un drame religieux devrait se concentrer sur le but de son travail cinématographique, sinon il sera désapprouvé et accusé d’avoir manqué à l’histoire historique originale.

Malgré le manque évident de cohérence entre les lignes dramatiques de l’histoire et du scénario, on ne peut nier l’ingéniosité du dialogue, notamment dans les dialogues philosophiques et mystiques entre Paul et Maurice. Il en est de même pour le dialogue souple entre Paul et Luc pendant l’emprisonnement de Luc ayant rejoint son ami dans la même cellule.

On peut dire enfin que « Paul, apôtre du Christ » est dédié à tous ceux qui sont persécutés pour leur foi. On ne peut qu’approuver cela.

C’est pourquoi, malgré les belles performances de Jim Caviezel et James Faulkner, il aurait fallu souligner que ces personnages rappellent ceux qui sont actuellement persécutés …

En conclusion, c’est un film valeureux à ne pas rater.

(Visited 1 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires