Dernières nouvelles

Le doyen de l'humanité fête ses 116 ans au Japon

Christine Ibrahim

19 Avril 2013 9:25 pm


Le doyen de l##humanité a fêté vendredi ses 116 ans et la municipalité où il réside au Japon va lancer une étude sur les centenaires qui la peuplent pour percer le secret de leur longévité.

Jiroemon Kimura a célébré son anniversaire avec ses proches, il a reçu la visite du maire de sa ville de Kyotango (ouest) et de représentants du Guinness World Records, avec en guise de cadeau les félicitations du Premier ministre Shinzo Abe sur un message vidéo.
“Vous nous avez donné de la fierté et de la confiance en le peuple du Japon”, déclare Shinzo Abe au doyen de l’Humanité, selon l’agence Jiji Press.
M. Kimura a sept enfants, 14 petits enfants, 25 arrière-petits-enfants et 14 arrière-arrière-petits-enfants.Il est à ce jour la plus vieille personne du monde, hommes et femmes confondus. La femme la plus âgée, Misao Okawa, est également originaire du Japon, et a fêté son 115e anniversaire le 5 mars.
Né le 19 avril 1897, le doyen a travaillé une quarantaine d’années à la poste japonaise et, après son départ à la retraite, il s’est consacré à l’agriculture jusqu’à l’âge de 90 ans.Non fumeur, il a l’habitude de manger jusqu’à se remplir l’estomac aux quatre cinquièmes, pas plus, a expliqué à l’AFP un responsable de la ville de 60.000 habitants où il réside.Sa devise est “manger léger et vivre longtemps”, d’après ce responsable.Près d’une centaine de centenaires vivent à Kyotango et la municipalité a lancé une étude sur leurs habitudes alimentaires pour tenter de percer le secret de leur longévité.”Nous sommes intéressés par ce qu’ils mangent, et en quelles proportions. Nous voulons aussi savoir quelle quantité de sel ils absorbent”, a précisé le responsable municipal.Située entre la mer du Japon et une chaîne montagneuse, non loin de la cité historique de Kyoto, Kyotango dispose de ressources abondantes en fruits de mer et cultures agricoles.
L’étude vise à établir l’existence ou non d’un rapport entre les habitudes alimentaires locales et le taux exceptionnel de centenaires. “Nous avons ici un taux très élevé de centenaires, 2,5 fois plus que dans le reste de la préfecture”, précise un responsable de la santé municipal.Une fois l’étude terminée la municipalité envisage de publier un livre de recettes et organiser un symposium en novembre prochain.”Nous voulon que les habitants connaissent le secret de cette longévité, et puis aussi attirer des touristes dans la ville-où-l’on-vit-longtemps”, a déclaré un officiel de la municipalité.