Dernières nouvelles

La Maison de Gamal Abdel Nasser transformée en une bibliothèque

25 Août 2016 12:12 pm

Les visiteurs auront bientôt accès à la maison de l’ancien président égyptien Gamal Abdel Nasser après Dr Nivine al-Kilani, directrice du Fonds de développement culturel, a annoncé que la maison sera transformée en une bibliothèque après un processus de réparation qui a pris deux ans. Al-Kilani a dit que le «coût de la réparation de la maison a atteint 350.000 livres. Elle sera inaugurée dans une brève période. L’espace de la maison est de 160 mètres carrés, est située sur un terrain de 380 mètres carrés. Elle se compose de cinq chambres et une salle de réception. En plus de la bibliothèque, la maison comprendra un théâtre et sera équipée de trois salles. “Le défunt président avait des positions historiques et la transformation de sa maison à Alexandrie en musée était un rêve pour les habitants de la ville. Toutefois, cette maison a été négligée pendant plus de 46 années. La maison où Abdel Nasser (1918 à 1970) est né remonte à 1904 quand son père l’a achetée. La famille est restée là pour des années; puis le père s’est déplacé au Caire pour le travail après avoir vendu la maison pour 3.000 livres à la famille Al-Sawi. Des années après, le président Anouar el-Sadate a ordonné l’évacuation de la maison pour en faire un musée à la mémoire d’Abdel Nasser. Le Gouvernorat d’Alexandrie a acheté la maison pour 30.000 livres. Elle est importante car elle est où Abdel Nasser a commencé à affronter le mandat, bien que le défunt président ait eu plusieurs maisons en Egypte et chaque maison était témoin d’un chapitre de sa vie et ainsi de l’histoire de l’Egypte. Dans une déclaration célèbre faite par Abdel Nasser lors d’une interview avec David Morgan au Sunday Times, il a dit: “Je me souviens encore de mon premier affrontement avec les pouvoirs en place (l’autorité). C’était en 1933; à l’époque où j’étais étudiant à Alexandrie et j’avais quinze ans. Je traversais la place Mancheya à Alexandrie quand je suis tombé sur un affrontement entre une manifestation d’étudiants et la police. Je suis entré en prison comme un étudiant enthousiaste et y a été laissé plein de rage. Un long temps est passé avec mes idées, des croyances et des plans ayant pris forme, mais même à ce stade précoce, je savais que mon pays a été impliqué dans une lutte continue pour la liberté. “
Gamal Abdel Nasser est né le 15 janvier 1918 à Bakos dans les faubourgs d’Alexandrie ; il était le premier fils de Fahima et d’Abdel Nasser Hussein. Son père était un employé de la poste né à Béni Mur en Haute-Égypte mais qui avait grandi à Alexandrie tandis que la famille de sa mère venait de Mallawi dans l’actuel gouvernorat de Minya. Ses parents s’étaient mariés en 1917 et ils eurent deux autres fils : Izz al-Arab et al-Leithi. La famille de Nasser déménageait fréquemment au gré des affectations de son père.
 
 
En 1928, Nasser s’installa à Alexandrie chez son grand-père maternel. Il étudia un temps dans un internat à Helwan avant de revenir à Alexandrie en 1933 lorsque son père fut transféré dans les services postaux de la ville. Nasser s’impliqua très tôt dans l’activisme politique. Après avoir assisté à des affrontements entre des manifestants et la police sur la place Manchiyeh d’Alexandrie, il rejoignit la manifestation sans connaître son objectif. La protestation, organisée par le parti nationaliste Jeune Égypte, exigeait la fin de l’influence étrangère en Égypte à la suite de l’abrogation de la Constitution de 1923 par le Premier ministre Ismaïl Sedki. Nasser fut arrêté et passa la nuit en détention avant d’être récupéré par son père.
Selon l’historien Saïd K. Aboulrich, Nasser ne fut pas affecté par ses fréquents déménagements qui élargirent son horizon et lui firent prendre conscience des divisions de la société égyptienne. Il consacrait beaucoup de temps à la lecture en particulier en 1933 car il vivait non loin de la bibliothèque nationale. Il avait lu les biographies de chefs nationalistes comme Napoléon, Atatürk, Bismarck, Garibaldi ainsi que l’autobiographie de Winston Churchill. Il fut fortement influencé par le nationalisme égyptien défendu par l’homme politique Moustafa Kamil, le poète Ahmed Chawqi et son instructeur de l’académie militaire, Aziz Ali al-Masri, auquel Nasser exprima sa gratitude dans un entretien en 1961. Il indiqua par la suite que le roman “La conscience retrouvée” dans lequel Tawfiq al-Hakim avait écrit que le peuple égyptien n’avait besoin que « d’un homme qui représenterait tous leurs désirs et sentiments et qui serait leur symbole » lui avait servi d’inspiration au moment de la révolution de 1952.