Dernières nouvelles

La France et le monde fêtent la musique, "la meilleure réponse au terrorisme"

23 Juin 2016 12:56 pm

 
De Paris à Vancouver et de Rome à New York, la France et le monde avec elle ont fêté mardi soir la musique, “la meilleure réponse au terrorisme”, selon Manuel Valls, alors que l’hexagone est placé en état d’urgence.
Cette 35e édition de la Fête de la musique, dont le thème est cette année “la musique plus forte que…”, tombe dans une période où les effectifs policiers sont particulièrement mobilisés pour cause d’Euro de football et de menace terroriste en France.
“La meilleure réponse, LA réponse au terrorisme, à la menace en matière de sécurité, c’est la vie”, a déclaré le Premier ministre.
“C’est la culture, la Fête de la musique, c’est l’Euro avec des stades de football qui sont remplis”, a-t-il ajouté dans la cour de l’Hôtel Matignon alors que la musicienne malienne Rokia Traoré chantait derrière lui. Manu Katché et Nolwenn Leroy se sont également produits dans la soirée.
Manuel Valls s’est vu remettre dans la journée un rapport du violoniste Didier Lockwood, qui préconise notamment de permettre aux enfants de pratiquer tout de suite l’instrument sans passer par l’apprentissage du solfège.
Les notes de musique résonnaient aussi au ministère de la Culture où se produisaient, près des célèbres colonnes de Buren, le chanteur Marvin Jouno, l’auteure-compositrice Raphaële Lannadère et la rockeuse Jeanne Added.
En début de soirée, quelque 200 personnes assistaient au spectacle sous une pluie fine.
Initiative originale, celle de l’association Tatane qui a choisi de marier football et musique à la Philharmonie de Paris.
Projeté en direct sur un écran géant, le match Croatie-Espagne était “commenté” en musique et en direct par l’orchestre symphonique du Conservatoire de Paris.
En régions, c’est Toulouse qui a donné le “la” avec le grand concert animé par Garou Place du Capitole et retransmis en direct sur France 2 et TV 5 Monde. Le chanteur Renaud était l’invité vedette de la soirée.
Bordeaux a procédé à une “redisposition” hors du centre ville des scènes officielles, la célèbre place des Quinconces, cœur habituel de la Fête, étant cette année réservée à la “fan zone” de l’Euro.
Lille a choisi d’installer la scène principale au sein même de la” fan zone”, raison pour laquelle il n’y a pas eu de mesure de sécurité supplémentaire.
Créée il y a 34 ans par Jack Lang, la Fête de la musique continue à essaimer dans le monde. Quelque 120 pays la célébraient cette année, de Yaoundé à Vancouver, en passant par Buenos Aires ou Hong Kong…
Jack Lang encourage la «résistance culturelle»
 
Au Liban, les musiciens ont fait entendre leur talent dans la capitale mardi soir. Le président de l’Institut du monde arabe, Jack Lang, qui achevait une visite au pays du cèdre, est venu apporter son soutien à la créativité en amont de cette fête. Une résistance, a-t-il dit, face à l’obscurantisme et à la menace terroriste.
Musiciens libanais, syriens ou étrangers, ils ont fait danser Beyrouth… Le Liban a été le premier pays au Moyen-Orient à se mettre au diapason de la Fête de la musique. Un élan que le créateur de cet événement, Jack Lang, est venu saluer. « Beyrouth est une grande capitale culturelle du monde arabe. Je souhaitais marquer la présence de la Fête de la musique dans le monde arabe et dans une ville et un pays qui incarnent cet idéal de liberté, de culture et de créativité », explique l’ancien ministre français.
Beyrouth, c’est aussi l’instabilité, politique ou sécuritaire. Créer, c’est faire de la « résistance culturelle ». Une énergie qui force l’admiration du président de l’Institut du monde arabe : «L’énergie libanaise est si forte, la volonté de vivre est si puissante que les artistes, les créateurs, les intellectuels avancent. Il faut vivre. Et vivre est une des meilleures réponses à tous ceux qui voudraient imposer la loi de la violence. »