Un faubourg antique d’Alexandrie mis au jour

06-09-2021 10:48 AM


Une mission archéologique égyptienne a découvert les vestiges d’une banlieue résidentielle et commerciale des époques grecque et romaine, lors de fouilles dans le quartier de Chatby, à Alexandrie.

Moustafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, a déclaré que cette découverte mettait en lumière sur les murs extérieurs de l’ancienne capitale égyptienne les diverses activités qui étaient menées aux époques grecque et romaine, notamment des lieux de repos pour les voyageurs et les visiteurs jusqu’à l’obtention des permis nécessaires pour entrer dans la ville. Il s’agissait également d’endroits pour évaluer les taxes sur les marchandises importées dans la ville depuis l’est.

Waziri a confirmé que les études préliminaires menées sur les vestiges ont montré qu’il s’agissait d’une rue principale perpendiculaire aux rues secondaires, toutes reliées à un réseau d’égouts. Il a ajouté que ce faubourg a été utilisé pendant une longue période, du IIe siècle avant J.-C. au IVe siècle de notre ère.

Ayman Ashmawy, chef du secteur des antiquités égyptiennes au Conseil suprême des antiquités, a indiqué que la mission a découvert un certain nombre de puits d’eau, en plus d’un énorme réseau de citernes recouvertes d’une couche de mortier rose pour stocker l’eau des puits, de la pluie et des inondations afin de l’utiliser pendant les saisons sèches. Il y avait plus de 40 puits et citernes dans la région. En outre, un certain nombre de récipients en poterie, de lampes et quelques statues ont été trouvés, ce qui indique la forte densité de population de cette banlieue.

Nadia Khader, chef du département central des antiquités de Basse-Egypte, a déclaré que les restes d’une cabane contenant un bassin ont également été découverts. Cette cabane était peut-être dédiée aux deux déesses “Athéna” et “Dimitra”, qui étaient connues comme deux déesses pour les chasseurs et les pêcheurs, et des fragments de statues de chacune ont également été trouvés. En outre, les restes d’une pièce ont été trouvés à côté de la cabane. La cabane contenait un nombre de petits fours qui servaient à brûler les sacrifices et à cuire les aliments pour les responsables de la cabane. La mission a également découvert des restes d’amphores et de petites urnes pour stocker le grain.

Dans le même contexte, Khaled Aboul-Hamad, directeur général des Antiquités d’Alexandrie, a révélé que les études ont prouvé que le faubourg découvert contenait un marché commercial avec des ateliers et des boutiques pour la vente d’ustensiles votifs et pour la fabrication et la vente de statues de divinités, de héros légendaires, d’empereurs et de célébrités. Des moules pour la fabrication de ces statues et un buste en albâtre ont également été découverts.

Il a ajouté qu’un grand nombre de vestiges d’amphores, d’amulettes, d’ouvrages en métal, près de 700 pièces de monnaie antiques, de la vaisselle et des ustensiles de différentes formes et tailles, ainsi que de grandes quantités d’outils associés aux activités industrielles tels que des poids de métier à tisser et des filets de pêche, ont été découverts.

L’archéologue Ibrahim Moustafa, chef de la mission, a ajouté que les découvertes archéologiques faites dans cette banlieue indiquent qu’elles étaient étroitement liées au mouvement du commerce entrant dans la ville et aux activités de pêche et de fabrication d’outils connexes, car la plupart des découvertes dans l’atelier de fabrication de statues indiquent que la plupart des clients de cet atelier étaient des pêcheurs. C’est là qu’ont été trouvées les statues de divinités associées à la chasse, en plus des statues des héros légendaires et d’Alexandre le Grand, qui étaient considérées comme des amulettes pour prendre soin des guerriers, et la région était également associée à la vente d’offrandes et d’ustensiles votifs qui étaient généralement présentés aux défunts dans leurs tombes dans le cimetière oriental.

Il a ajouté que les fouilles sur le site ont duré neuf mois entiers, et que les travaux finaux sont actuellement en cours pour documenter le site à l’aide de l’imagerie tridimensionnelle et des techniques modernes de levage topographique. .

Fouillé pendant neuf mois par les archéologues égyptiens, le site témoigne de la vitalité économique du plus grand port antique de la Méditerranée orientale.

Perle commerçante, Alexandrie était aussi un extraordinaire écrin de l’architecture et de l’urbanisme hellénistique, dont l’icône la plus lumineuse était le Phare d’Alexandrie, une des Sept Merveilles du monde. Capitale de l’Égypte ptolémaïque pendant près de trois siècles, la cité s’était dotée d’un réseau d’égouts, dont les archéologues alexandrins ont retrouvé des traces dans le quartier de Chatby.

Peuplée, à son apogée, de quelque 400.000 âmes, Alexandrie a dû user, pendant des siècles, de trésors d’ingénierie afin d’assurer à sa population un accès à l’eau potable. Faute d’être située le long du Nil, la métropole s’était ainsi transformée en «ville aux mille citernes», du nom de ses innombrables réservoirs souterrains alimentés par un canal dérivé du grand fleuve égyptien. D’autres dispositifs d’appoints, également identifiés par les chercheurs égyptiens, consistaient en des canaux destinés à la récolte des eaux pluviales. Mais encore fallait-il qu’il pleuve, ce qui n’était pas donné dans cette région aride.

Moins aléatoire, la présence voisine de la mer a probablement bien aidé ceux des artisans du quartier qui vendaient des filets de pêche. Comme l’a déclaré l’archéologue et directeur de fouille Ibrahim Moustafa dans le communiqué du ministère égyptien des Antiquités, ce faubourg pourrait avoir été habité par de nombreux pêcheurs, comme paraissent l’indiquer les traces d’un artisanat halieutique découvert sur place et l’identification de divinités à caractères cynégétiques parmi les statuettes produites dans le faubourg.

Malgré sa centralité actuelle dans le tissu urbain, de l’Alexandrie contemporaine, le quartier de Chatby se trouvait, à l’époque antique, à la périphérie orientale de la cité. La voie qui la traversait en direction de Canope est depuis longtemps connue des spécialistes pour passer à côté de l’une des plus importantes et anciennes nécropoles de la cité. Fondée par Alexandre le Grand, en 331 avant notre ère, le site est resté l’un des ports les plus importants de la Méditerranée antique jusqu’à l’émergence de la nouvelle capitale romaine de Constantinople, en 330 ap. J.-C.. Capitale politique et centre intellectuel de l’Égypte gréco-romaine, Alexandrie est longtemps resté un point névralgique du commerce de longue distance entre le bassin méditerranéen, la mer Rouge et l’océan indien.

La découverte devrait étancher, pour un temps au moins, la soif des chercheurs d’Alexandrie. Lors de leur dernière campagne de fouille, les archéologues alexandrins placés sous l’égide du Conseil suprême des Antiquités ont ainsi découvert et mis au jour un important ensemble périurbain pendant la période la plus opulente de la cité.

(Visited 8 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires