Procession du voile de la Vierge à Chartres

23-08-2021 09:48 AM

lors de l’Assomption


Ils étaient nombreux à se rassembler à Chartres, dimanche 15 août pour célébrer l’Assomption. Près de 2000 fidèles et touristes ont participé à la procession du voile de la Vierge. Ce 15 août représente pour les catholiques la montée au ciel de la Vierge Marie. La procession est partie de l’église Saint-Aignan, puis est passée par la place des Epars, la place Châtelet pour enfin arriver à la cathédrale.

Comme chaque année, plusieurs milliers de fidèles ont participé à la procession qui s’est déroulée dans les rues de la ville. Certains masqués, d’autres pas.
Le rendez-vous était donné en l’église Saint-Aignan, où 300 fidèles étaient déjà présents pour assister à la méditation des mystères glorieux. Cette cérémonie, composée de prières et de chants louant la Vierge Marie, a constitué le point de départ de la procession.

Une fois le cortège lancé, nombreux étaient les fidèles et les touristes qui se sont joints à la célébration, au milieu des chants et des parfums d’encens.
« Mes amis, nous nous sommes réunis aujourd’hui pour marcher ensemble car ce n’est pas seulement en la cathédrale que nous honorons la Vierge Marie, mais bien dans toute la ville », a souligné Mgr Philippe Christory, évêque de Chartres, lors d’un bref arrêt, place des Épars.

Le cortège a ensuite poursuivi sa route en direction de la place Châtelet. Puis il est remonté jusqu’à la cathédrale de Chartres, point de chute de la procession.
Une fois les fidèles installés et les préparatifs terminés, le renouvellement du voeu du roi Louis XIII consacrant la France à la Vierge Marie a été prononcé au cœur de la cathédrale puis le Voile de la Vierge a été vénéré. La célébration s’est achevée par les vêpres.

Il est bon de savoir que le fameux ” VŒU DE LOUIS XIII ” et la Consécration de la France à la Grandeur de Dieu par Son Fils rabaissé jusqu’à nous, st à ce Fils par Sa Mère la Sainte Vierge Marie élevée jusqu’à Lui, sont l’origine de la Procession qui se fait annuellement dans les églises le Jour de la Fête de l’Assomption, le 15 août.

Le 10 février 1638, le Roi Louis XIII consacre la France à la Vierge Marie.

Ce fameux Vœu est prononcé dans un contexte particulier.

Trois neuvaines de prières à la Sainte Vierge, inspirées par la Vierge Marie à un humble augustin déchaussé, Frère Fiacre de Sainte-Marguerite et un fils serait donné à la Reine Anne d’Autriche et le Roi Louis XIII après 23 années de stérilité :

La première neuvaine à Notre-Dame de Grâces en Provence, la seconde à Notre-Dame de Paris, la cathédrale, et la troisième à Notre-Dame des Victoires. Alors que Frère Fiacre priait les trois neuvaines à l’intention de la reine pour qu’elle puisse donner un prince à la France, la Vierge Marie lui montre sur ses bras un enfant vagissant:

“N’ayez pas peur, dit-Elle, je suis la Mère de Dieu, et l’enfant que vous voyez est le Dauphin que Dieu veut donner à la France”.

Apprenant la grossesse de son épouse, Louis XIII, fondateur du couvent de Notre Dame des Victoires, consacre, le 10 février 1638 , la France à la Vierge Marie en la faisant Sainte Patronne….

A noter que le voile de Marie, offert en 876, par le roi de France Charles le Chauve, consacre Chartres au culte de la vierge et en fait une ville sanctuaire.

En 876, le roi de France Charles le Chauve offre à la cathédrale la Sainte Chemise (Sancta Camisa), nommée aujourd’hui Voile de la Vierge. Cette relique aurait été portée par Marie le jour de la naissance de Jésus, ce qui en fait une des reliques les plus précieuses pour les chrétiens : liée à Marie et au Christ lui-même comme un témoignage de l’incarnation de Dieu sur terre.

Charles le Chauve détenait ce voile de son grand-père Charlemagne qui le conservait dans son palais à Aix-la-Chapelle. L’empereur Charles l’avait reçu en présent de l’impératrice Irène de Byzance, impératrice du Saint-Empire romain d’Orient à Constantinople. Ce voile était recensé dans les listes de reliques que détenait la grande Constantinople au 5e siècle de notre ère.
En 1194, lors de l’incendie de la cathédrale, on le crut perdu à tout jamais. Mais, c’était sans compter le réflexe de prêtres qui ont pris le reliquaire où se trouvait le voile pour se réfugier dans la crypte. On dit qu’ils ont passé 3 jours sous terre à attendre et, qu’à leur sortie, la foule les acclama. La ferveur fut telle que les financements pour la reconstruction affluèrent.
C’est en 1712 que l’on ouvre le coffret où se trouvait la relique. À ce moment, on s’aperçoit qu’en guise de chemise, il s’agit en fait d’un tissu de soie d’un demi mètre de large et de 5,30 m de long. La relique quitte alors son nom de Sainte Chemise et devient le Voile de la Vierge.
Morcelée à la révolution française, un petit morceau est gardé dans la crypte, alors que la plus importante partie est exposée dans la cathédrale dans un reliquaire réalisé au 19e siècle.
Une expertise fut réalisée en 1927 par les grandes soieries de Lyon et donne en datation le 1er siècle de notre ère. La technique de tissage correspond également à ce qui se faisait en Palestine à cette période.
Ce voile fut un des moteurs pour les grands pèlerinages mariaux du Moyen Âge.

Depuis juillet 2020, la Sainte Chemise est exposée dans un nouvel écrin. Cette châsse a vu le jour suite à 2 ans de collaboration entre les services de conservation et le laboratoire de recherche des Monuments historiques, le rectorat de la cathédrale mais aussi plusieurs ateliers d’Art reconnus. Ainsi, la conception a été imaginée par les ateliers Hubert Le Gall. Pour la création des vitraux thermoformés, ce sont les Ateliers Loire qui ont été sollicités. Le verre est, par endroit, teinté du bleu si emblématique de la Ville de Chartres. Enfin, la structure dorée de la châsse a été réalisée par la société lombarde Goppion. Les coloris employés par les créateurs du reliquaire font parfaitement écho aux vitraux de la cathédrale le surplombant.

À Chartres, le culte marial est omniprésent : statues, verrières, chapelle… Le pèlerin vient au sanctuaire pour prier la vierge Marie, présente près de 170 fois dans la cathédrale. A l’origine de ce culte à Marie se trouve la légende de la Virgo Pariturae.
À Chartres, une légende, née au Moyen Âge, dit que les gaulois, bien avant le christianisme, auraient honoré ici une vierge qui allait enfanter quelque part dans une lointaine contrée en Orient. Cette légende de la Virgo Pariturae a profondément marqué le sanctuaire marial et renforcé la volonté des chartrains d’y construire un édifice de pèlerinage important : la cathédrale.

(Visited 21 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires