Prières du Pape François pour invoquer «la fin de la pandémie»

20-03-2020 04:15 PM


Le Pape est descendu dans les rues étrangement désertes de Rome après avoir apporté une bénédiction sur une place Saint-Pierre pratiquement vide alors que l’Italie reste au cœur de l’enfer des coronavirus.

A Rome, le Pape François a défié les conseils du gouvernement italien de rester à l’intérieur et s’est rendu à l’église dans les rues désertes pour prier pour la fin du coronavirus.

Le chef de l’Eglise catholique avait délivré une bénédiction depuis la fenêtre de son balcon au-dessus d’une place Saint-Pierre pratiquement vide, qui a été fermée aux fidèles dans le cadre de la vaste écluse du pays.

Au terme de la prière de l’angélus, en direct en streaming sur les media duVatican, dimanche dernier, le Pape François s’est rendu à la fenêtre du bureau qui donne Place Saint-Pierre pour bénir la ville – son diocèse -, en silence pendant une dizaine de secondes.

Les cloches de Saint-Pierre sonnaient à toute volée : on n’entendait plus le bruit des fontaines que les pigeons seuls fréquentent en ce moment.

Puis il s’est incliné, dans un geste qui rappelait son inclinaison devant le peuple de Dieu au soir de son élection, le 13 mars 2013.

Sortant du Vatican, le Pape François, en ce troisième dimanche de carême, a souhaité souligner sa proximité avec ceux qui souffrent en allant s’incliner pour une intense prière devant l’icône de Marie Salus populi Romani, en la Basilique romaine de Sainte Marie Majeure, et demander la protection spéciale de la Vierge, première étape de ses deux visites.
Il s’est ensuite rendu à pieden l’église San Marcello al Corso, où est conservé le Crucifix miraculeux qui, en 1522, a été porté en procession dans les quartiers de la ville pour mettre fin à la ‘Grande Peste’ de Rome.

Dans sa prière, le Saint-Père a invoqué la fin de la pandémie qui frappe l’Italie et le monde SS a imploré la guérison des nombreux malades, a fait mémoire des nombreuses victimes de ces derniers jours demandant que leurs familles et leurs amis trouvent consolation et réconfort. Dans son intention de prière, le Pape a inclus les professionnels de la santé, les médecins, les infirmiers, et ceux qui en cette période, par leur travail, garantissent le fonctionnement de la société. Il a demandé au Seigneur de stopper l’épidémie et del’arrêter de sa main

La dévotion particulière du Pape pour la Vierge Marie Salus populi Romani est bien connue :il a l’habitude de se rendre à Sainte Marie Majeure non seulement à l’occasion des grandes fêtes mariales, mais également à chacun de ses voyages internationaux, avant son départ et dès son retour, le temps d’une prière d’action de grâce. En 593, le Pape Grégoire Ier avait emmené cette icône en procession contre la peste, et en 1837, Grégoire XVI l’avait invoquée contre une épidémie de choléra.

La deuxième étape romaine du Pape François était tout autant significative, compte tenu du moment actuel: l’église de San Marcello al Corso, où se trouve un ancien crucifix en bois du XVe siècle, considéré par les spécialistes comme le plus réaliste de Rome. Il a survécu à un incendie et est vénéré pour avoir sauvé la ville de la peste. Ce crucifix, que Saint Jean Paul II avait embrassé, a marqué le point d’orgue de la journée du pardon lors du Grand Jubilé de l’an 2000.
Les nombreuses traditions de miracles attribuées au Crucifix ont commencé le 23 mai 1519 lorsqu’un incendie, en pleine la nuit, a complètement détruit l’église dédiée au Pape Marcel. Au lever du jour, l’ensemble du bâtiment était réduit en cendres mais au milieu des ruines le crucifix du maître-autel, au pied duquel brûle encore une petite lampe à huile était resté intact. Cette image touche beaucoup les fidèles, poussant certains d’entre eux à se rassembler tous les vendredis soir pour prier. Le 8 octobre 1519, le Pape Léon X ordonnait la reconstruction de l’église.
Trois ans après l’incendie, Rome fut frappée par la « GrandePeste ». Les fidèles portèrent alors le crucifix en procession, parvenant à surmonter les interdictions des autorités, naturellement préoccupées par la propagation de la maladie. Le crucifix fut emporté et transporté dans les rues de Rome jusqu’à la Basilique Saint-Pierre. La procession dura 16 jours, du 4 au 20 août 1522. Au fur et à mesure de la procession, la peste donnait des signes de régression, et chaque quartier essayait de conserver le crucifix le plus longtemps possible. A la fin, lorsqu’il fut ramené à l’église, la peste avait complètement cessé. A partir du XVIIe siècle, la procession entre l’église de San Marcello et la basilique Saint-Pierre devient une tradition au cours de l’année sainte. Les noms des différents Papes et les années jubilaires sont gravés au dos de la croix.

(Visited 30 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires