L’Ordre allemand de Saint-Georges décerné au Président el-Sissi

31-01-2020 04:39 PM


Le Président de la République Abdel Fattah el-Sissi a reçu l’Ordre allemand de Saint-Georges en signe d’appréciation de ses efforts pour assurer la sécurité, la stabilité et le développement en Egypte.

Le Chef de l’Etat s’est vu décerné l’ordre de Saint-Georges lors d’un entretien dimanche dernier avec une délégation allemande en visite au Caire conduite par le PDG de l’institution “Cohabite Semper Opernball” à Dresde, M. Hans-Joachim.

Cette décoration s’inscrit en signe d’estime pour ses efforts inlassables déployés dans plusieurs domaines durant les dernières années, notamment le rétablissement de la sécurité et de la stabilité en Egypte dans un contexte régional perturbé, en plus du rôle pionnier qu’il joue pour réaliser les aspirations au développement du continent africain, ce qui contribue à promouvoir le rang de l’Egypte à l’échelle régionale, continentale et internationale.

A noter que nombre de Rois, Chefs d’Etat et hauts responsables avaient reçu cet ordre dont la Reine de Suède Sylvia en 2014, le président russe Vladimir Poutine en 2009, ainsi que son homologue roumain, Klaus Johannes, en 2017.

La délégation allemande a salué les efforts de l’Egypte déployés au niveau de la lutte contre l’immigration clandestine qui ont largement impacté la sécurité et la stabilité en Europe ainsi que les efforts du Chef de l’Etat dans la propagation de la culture et les valeurs de la cohabitation pacifique, de l’acceptation de l’autre et de la liberté d’expression et la tolérance.

M. Joachim a aspiré à promouvoir la coopération avec l’Egypte au niveau de la culture par l’organisation d’un nombre de manifestations conjointes notamment avec les nouvelles institutions culturelles construites en Egypte dont en tête le Nouvel Opéra, la Cité des cultures et des arts dans la Nouvelle capitale administrative et le Grand Musée Égyptien.

Le Président a pour sa part affiché son estime pour l’ordre qu’il s’est vu attribué, affirmant que cette décoration traduit le rapprochement et le développement des relations de l’Egypte et l’Allemagne durant les dernières années à tous les niveaux, et témoigne également de la stabilité et l’édification réalisées récemment en Egypte, notamment dans le domaine des arts et de la culture qui contribuent directement au développement des capacités humaines et au rapprochement entre les peuples.

Le Chef de l’Etat a favorisé l’établissement de liens de coopération avec l’institution allemande à travers les édifices culturels de haut niveau technique et technologique qui devraient être inaugurées durant cette année 2020 dans la Nouvelle Capitale Administrative, la Nouvelle ville d’al Alamein, ainsi que le Grand Musée Égyptien et le musée de la Civilisation égyptienne.

Le festival de l’opéra de Dresde ” Opéra Zimmer” dans la ville allemande de Dresde a décerné cette année l’Ordre de “Saint Georges” au président Abdel Fattah El-Sissi en reconnaissance de ses efforts pour instaurer la paix en Afrique du Nord et de son leadership en tant qu’homme d’État porteur d’espoir sur tout le continent africain.

La délégation a remis l’Ordre au président el-Sissi dans la catégorie politique et culturelle.

L’institution a salué les efforts du président el-Sissi pour construire des ponts distingués et instaurer la paix dans la région perturbée de l’Afrique du Nord.

Commentant la décision de choisir le président el-Sissi pour ce prix prestigieux, Hans-Joachim Frey, directeur artistique de “l’Opéra Zimmer”, a commenté à Radio Centrale d’Allemagne dans l’état de Saxe: “Nous prenons des décisions très importantes pour le développement futur », ajoutant qu’il existe un désir de construire des ponts culturels pour créer une langue intermédiaire entre les régions à travers la culture.

La médaille “Saint Georges” est une réplique d’un pendentif baroque de Saint Georges, en tant que tueur du dragon, proclamant la victoire du bien sur le mal. Le pendentif original se trouve au musée du “sous-sol vert” à Dresde, Allemagne.

C’est une médaille de chance, de protection contre le mal, le Démon, les mauvais sorts de l’existence. Elle représente à la fois une récompense et un symbole. Elle est décernée lors du bal du Semper Opera à ceux qui, comme Saint-Georges, ont été une force du bien dans le monde, malgré toutes les oppositions – ceux qui “nagent à contre-courant”. “Adverso Flumine” – l’inscription sur la précieuse médaille est également le critère de sélection du lauréat : Seules des personnes vraiment exceptionnelles peuvent rejoindre les rangs de ceux qui ont déjà reçu la médaille au bal de l’opéra Semper.

La médaille elle-même est offerte par Leicht Jewellery, un bijoutier renommé qui possède des succursales dans toute l’Allemagne. Le design a été inspiré par l’une des plus belles pièces du célèbre musée Grünes Gewölbe: Saint-Georges à cheval. Il est le symbole du triomphe du bien contre le mal depuis le Moyen Âge.

L’ancien Ordre de Saint-Georges remonte aux deux ligues perses de la maison de Luxembourg aux XIVe et XVe siècle, lorsqu’Henri VII le décerna en 1308 au roi d’Allemagne.

En 1408, le roi de Hongrie, et ensuite l’empereur roumain saint Sigismond établirent “l’Ordre du Dragon”, et les fondateurs cherchèrent à fortifier le christianisme et les vertus perses.

Sigismond a placé la “Fraternité avec le dragon”, sous la protection de Saint Georges, en 1396, et le Dr Kan Otto Von Habsbourg est devenu le patron de l’ancien ordre de Saint Georges de 1972 jusqu’à sa mort en juillet 2011.

Saint “Georges” est né en l’an 280 dans la ville de Lod, dans l’État syrien de Palestine, d’un père et d’une mère chrétiens. Il est entré dans le corps militaire et a atteint le grade de commandant en chef de l’empereur romain Dioclétien, à l’âge de dix-sept ans.

Le Saint-Georges chrétien a intercédé pour de nombreux pays et peuples du monde chrétien, et son nom a été donné à la baie dans laquelle il a été tué, qui est située sur la côte nord de Beyrouth au Liban, où la rivière de Beyrouth débouche.

Le saint a reçu de nombreux titres dont Kamar (mar) Guirguis, qui est un mot syriaque signifiant le maître, et c’est le titre dominant parmi le peuple copte utilisé par l’église, en particulier dans les églises arabes et orientales.

Il s’appelle aussi Giorgios, qui est un mot grec et un surnom ecclésiastique qui lui est donné. Il est aussi appelé le Prince des Martyrs, qui est le titre le plus célèbre pour le saint. Les écrits disent que Jésus lui a donné le nom “à réponse rapide”, qui est le nom familier populaire comme saint parmi les coptes d’Egypte.

La légende de Saint Georges et du Dragon a été enregistrée pour la première fois au 11ème siècle, dans une source géorgienne. Elle a atteint l’Europe au 12ème siècle. Dans la légende d’or, écrite par l’archevêque de Gênes du XIIIe siècle, Jacobus da Varagine, la mort de Georges est due à Dacien, et ce vers l’an 287.

La tradition raconte qu’un dragon féroce semait la panique dans la ville de Silène, en Libye, au moment où Saint-Georges y arrivait. Afin d’empêcher le dragon de dévaster les habitants de la ville, ils lui donnaient deux moutons par jour, mais lorsque les moutons ne suffisaient pas, ils étaient obligés de sacrifier des humains à la place des deux moutons. La personne à sacrifier était choisie par les habitants de la ville et, cette fois, la fille du roi était choisie mais personne n’était prêt à prendre sa place. Saint Georges a sauvé la fille en tuant le dragon avec une lance. Le roi était si reconnaissant qu’il lui a offert des trésors en récompense pour avoir sauvé la vie de sa fille, mais Saint Georges a refusé et a donné ces trésors aux pauvres.

(Visited 36 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires