Un vote pour soutenir l’Etat face aux défis

29-03-2018 10:42 AM


Pour une période de trois jours, à compter du lundi 26 mars, les Egyptiens se sont rendus aux urnes pour élire un président pour le prochain mandat de quatre ans, qui commence en juin. Selon les pronostics, les électeurs préféreront le président sortant Abdel-Fattah Al-Sissi à son rival, le président du parti Ghad, Moussa Moustafa Moussa. 59 millions d’électeurs admissibles étaient invités à voter dans environ 13706 lieux enregistrés. L’élection massive était supervisée par 18000 juges et 110000 employés dans des milliers de bureaux de vote. La participation des électeurs à l’étranger avait dépassé les attentes. Un électeur, s’adressant à la presse égyptienne pendant la période de vote de trois jours à l’étranger, a estimé que la participation au processus de vote faisait partie du dévouement du citoyen égyptien au bien-être et à la cohésion de son pays. C’était un moyen de soutenir l’Etat face aux défis actuels, au premier rang desquels le développement économique et la guerre contre le terrorisme qui est entré dans une nouvelle phase il y a cinq semaines avec le lancement de l’opération globale Sinaï 2018.

Les Égyptiens au pays et à l’étranger estiment également que les forces modérées de la société ont le devoir de résister à la propagande anti-égyptienne répandue par les Frères musulmans terroristes, qui restent déterminés à rabaisser la révolution populaire qui les a balayés du pouvoir et fermé toutes les avenues pour leur retour politique après que le peuple égyptien ait eu son mot à dire.

Le gouvernement égyptien a fourni toutes les garanties possibles pour l’intégrité du processus électoral et pour s’assurer que les observateurs des organisations de la société civile et des droits aient accès aux bureaux de vote. Les autorités ont également délivré des permis à des centaines de journalistes locaux et étrangers pour faciliter leur couverture des élections pendant la période du scrutin et pendant les deuxièmes tours à la mi-avril, si nécessaire.

La prise de conscience de la nécessité de continuer à construire la démocratie et la prise de conscience simultanée de l’ampleur des défis actuels ont combiné la détermination des Egyptiens à voter, comme ils l’ont fait la dernière fois en 2014. Telles sont les considérations qui façonnent la pensée de la majorité de l’électorat égyptien qui réalise que le pays traverse une phase délicate et exige une grande manifestation de solidarité populaire avec les institutions populaires du gouvernement et les institutions qui servent à les protéger et à sauvegarder la stabilité.

L’Egypte est entrée dans la phase actuelle des élections présidentielles après avoir franchi des étapes importantes et marqué des réalisations majeures. Elle a mis en place un vaste programme de réforme économique qui bénéficie du soutien des institutions financières internationales. Elle a fait des progrès considérables en augmentant les taux de croissance économique, en attirant les investissements étrangers directs et en développant l’infrastructure. Elle a élargi et renforcé les relations extérieures avec de nombreux pays tout en maintenant une position ferme et implacable contre les tendances islamistes. Les avancées sur tous ces fronts incitent les électeurs à participer aux scrutins afin de fonder la légitimité des autorités gouvernementales aussi fermement que possible.

Les scrutins de l’étranger indiquent un soutien écrasant au président sortant Al-Sissi. Cela signifie que les quatre prochaines années verront de nouveaux progrès dans la mise en œuvre de son ambitieux programme de réformes économiques, de nouvelles mesures pour étendre le potentiel de l’économie égyptienne et des efforts pour canaliser les retombées des récentes découvertes de pétrole et de gaz naturel conduisant à une nouvelle base industrielle. Nous prévoyons également que Sinaï 2018 apportera des résultats définitifs dans la lutte contre les forces du terrorisme.

À la lumière de ce qui précède, la bannière la plus appropriée pour ces scrutins était “la participation positive pour le bien d’un meilleur futur pour l’Egypte et son peuple.”

Abdel-Fattah Saïd Hussein Al-Sissi est né le 19 novembre 1954 au Caire. Il a grandi dans le quartier de Gammaliya, près de la mosquée Al-Azhar, dans un quartier où résidaient des musulmans, des juifs et des chrétiens. Il se souvint plus tard comment, durant son enfance, il entendit des cloches d’église et observa les Juifs affluer sans encombre à la synagogue.

Al-Sissi s’est inscrit à l’Académie militaire égyptienne. Après avoir obtenu son diplôme en 1977, il a occupé divers postes de commandement dans les forces armées égyptiennes et a occupé le poste d’attaché militaire égyptien dans la capitale saoudienne, Riyad. En 1987, il a fréquenté le Collège égyptien de commandement et d’état-major.

En 1992, Al-Sissi a suivi un cours de formation au Collège de commandement et d’état-major interarmées du Royaume-Uni à Watchfield, dans l’Oxfordshire. En 2006, il a suivi un cours au « United States Army War College » à Carlisle, en Pennsylvanie. Il a ensuite été commandant de l’infanterie mécanisée puis directeur des renseignements militaires.

À 57 ans, il était le plus jeune membre du Conseil suprême des forces armées (CSFA) qui a dirigé le pays après la démission de Hosni Moubarak en 2011.

Le 1er juillet 2013, après deux jours de manifestations à l’échelle nationale, Al-Sissi a prononcé un discours donnant au gouvernement 48 heures pour répondre aux demandes du peuple – dont les élections anticipées. Deux jours plus tard, Morsi a été évincé du pouvoir.

Le 26 mars 2014, en réponse aux appels des partisans à se présenter à la présidence, Al-Sissi a démissionné de sa commission militaire et a annoncé qu’il participerait à l’élection présidentielle de 2014. Il y avait un autre candidat, Hamdeen Sabahi, sur le bulletin de vote. Le taux de participation a atteint 47% et Al-Sissi a obtenu 97% des voix. Il a été assermenté le 8 juin 2014.

Au cours de son premier mandat, il s’est lancé dans les réformes économiques que ses prédécesseurs avaient évitées pendant des années. Les subventions ont été réduites, de nouvelles taxes ont été introduites et la livre a été flottée. Son mandat a également entraîné des dépenses massives en infrastructures et autres projets de grande envergure

Dans une interview télévisée récente, Al-Sissi a réagi à un court métrage qui comprenait des interviews de membres du public se plaignant des difficultés économiques et autres auxquelles ils sont confrontés dans leur vie quotidienne. En parlant à son hôte, la directrice Sandra Nashaat Al-Sissi a énuméré des initiatives politiques, y compris des projets de logements sociaux, révisant l’offre de nourriture subventionnée par des cartes de rationnement et combattant l’hépatite C, qui ont amélioré la vie des gens.

Il a également déclaré que les critiques du rôle économique accru joué par l’armée n’étaient pas fondées, affirmant qu’il ne dépassait pas 2 à 3% du PIB. L’intervention de l’armée sur les marchés était marginale, a-t-il dit, et entreprise uniquement pour stabiliser les prix des produits nécessaires ou pour gérer les projets d’infrastructure afin de garantir leur achèvement dans les plus brefs délais.

À la suite d’une série d’attaques menées par des islamistes contre des cibles militaires et policières dans le Sinaï et des cibles coptes au Caire et à Alexandrie, Al-Sissi a lancé l’opération globale Sinaï 2018 pour combattre les terroristes à l’échelle nationale.

Moussa Moustafa Moussa est né le 13 juillet 1952 dans une famille aisée. Son père était un leader actif dans le parti Wafd. Moussa a commencé ses études en Egypte mais, suivant les conseils de son père, a terminé ses études en France.

Il est titulaire d’un baccalauréat en architecture de France et d’une maîtrise de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, Paris.

Moussa s’intéresse depuis longtemps à la politique. Membre de l’aile jeunesse du Parti Nouveau Wafd, il a ensuite rejoint le parti proprement dit. En 2005, il rejoint le Parti Ghad en tant que vice-président. Lorsque le chef du parti, Ayman Nour, a été condamné à cinq ans de prison, le Ghad s’est scindé en deux factions, l’une dirigée par Moussa et l’autre par Gamila Ismail, l’ex-épouse d’Ayman Nour. Tous deux ont utilisé le nom et les symboles du parti, provoquant un différend juridique qui a été résolu en mai 2011 en faveur de la faction Moussa.

Moussa s’est présenté sans succès au parlement lors des élections de 2010, à Guizeh.

Moussa a recueilli les signatures de plus de 40.000 supporters à travers le pays. (En vertu de l’article 142 de la Constitution, les candidats à la présidence doivent obtenir la recommandation d’au moins 20 députés élus ou 25 000 électeurs choisis dans un minimum de 15 gouvernorats, avec au moins 1 000 recommandations par gouvernorat.)

A noter que le Pape Tawadros II avait encouragé la participation au processus de vote.

Il a appelé tout égyptien patriote, honorable et sincère à ne pas priver la patrie de son devoir. La participation positive à l’élection présidentielle est un devoir comme le devoir d’un soldat sur la ligne de front.

Le Pape a demandé au peuple égyptien à participer positivement aux prochaines élections présidentielles, pour présenter un bon exemple du pays devant le monde, appelant les gens à ne pas écouter les mensonges et les rumeurs qui visent à affaiblir la détermination des Egyptiens.

Il a noté que les élections présidentielles sont une opportunité pour la participation politique, l’expression de points de vue et l’exercice d’un droit national en tant que membre de la société, indépendamment de son choix de choisir l’un ou l’autre candidat ou invalider son vote.

Le Pape a rappelé que depuis plusieurs années, l’Égypte fait face à de nombreuses difficultés et malgré ces difficultés, la patrie a commencé le processus de construction il y a quatre ans. Il y a eu des décisions difficiles pour construire l’avenir.

(Visited 1 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires