Maquillage des belles à l’époque des pharaons

15-12-2011 09:05 AM


La femme égyptienne à l’époque pharaonique savait comment se rendre belle avec les moyens disponibles à ce temps-là.

Il est surprenant de constater que ces moyens restent efficaces jusqu’à nos jours .

Le soin des sourcils
Les esthétistes disent que la première étape dans l’embellissement du visage est de délimiter les sourcils et sa relation avec l’oeil.

Le début du trait se délimite de l’intérieur en traçant une ligne verticale du bout du nez en passant par la ligne intérieure de l’oeil pour délimiter le point de départ et ensuite étendre la ligne par un angle de 45º de la ligne du bout du nez pour délimiter le bout du sourcil.

L’ancienne Egyptienne était habituée à prendre soin de ses sourcils et à les colorer en noir par un trait s’étendant du coin de l’oeil du côté du nez. Aussi pour rendre l’oeil plus large, elle continuait la ligne horizontalement de la fin de l’oeil jusqu’à la tempe de sorte à lui donner un éclat. Les sourcils dessinées dans les gravures colorées mettaient en valeur la beauté des anciennes Egyptiennes.

Le kohl et les ombres des yeux.

La femme pharaonique s’intéressait aux produits de beauté et se concentrait sur l’aspect esthétique des yeux. Dans son maquillage, elle ne se contentait pas, par habitude, de colorer les sourcils en noir, mais aussi elle plaçait des ombres sur les paupières et du kohl noir sur les cils, puis elle colorait sous les paupières inférieures par du kohl vert (malachite).

Elle fabriquait des genres de kohl qui convenaient à l’âge et aux saisons de l’année. Souvent on trouvait dans les tombeaux égyptiens 4 récipients de kohl qui renfermaient des produits différents, un d’eux pour l’usage quotidien, le deuxième pour élargir les yeux, le troisième pour le nettoyage des yeux, quant au quatrième, il servait à l’élimination des sécrétions des yeux. On constate que les blocs de kohl prenaient la forme du récipient et que la matière qui se mélangeait avec le kohl n’était pas grasse et probablement était un mélange d’eau et de colle.

L’usage du kohl égyptien a un double avantage aussi bien dans l’embellissement que dans la lutte contre les maladies ophtalmiques. Les récentes recherches ont montré que la malachite est une matière qui aide à lutter contre la croissance de bactéries. Le kohl noir placé autour des yeux et sur les cils protège l’oeil de la chaleur et des rayons du soleil.

Parmi les outils utilisés pour conserver le kohl, il y a une bouteille placée dans un sac avec des paillasses.

Rouge à lèvres

La femme égyptienne connaissait le rouge à lèvres et elle utilisait une brosse spéciale et un vernis rouge pour les colorer comme cela est actuellement appliqué dans les moyens esthétiques les plus raffinés.

Rouge à joue

Pour donner de l’éclat et de la vitalité à la peau, les femmes plaçaient des retouches légères de rouge à joue sur les os prominents.

Elimination des rides
Parmi les aspects esthétiques, on s’occupait de la vitalité et de la beauté de la peau du visage. Il y a des recettes pour maquiller le visage et éliminer les taches de rousseur et les taches rouges indésirables.

Parmi ces méthodes, citons la vapeur parfumée avec des bois d’encens et d’autres matières grasses cosmétiques ayant pour ingrédients le miel, l’azote rouge, le sel, et aussi parfois on ajoutait de l’albâtre ou du fenugrec bouilli.

Il y avait des recettes pour le soin de la peau qui figurent sur les papyrus médicaux, comme le papyrus de Smith et de Herst. Une pâte de fenugrec cuite, séchée et bien moulue était utilisée. Une autre recette écrite dans le papyrus d’Ibers contenait de l’huile, de la colle, la bile de taureau et aussi la poudre d’albâtre et ou de miel.

Deux groupes de cosmétiques
– Un groupe utilisé pour mettre en valeur la beauté des yeux et se basait sur le kohl noir, la malachite (kohl vert), la galène.

– Le deuxième groupe a pour but de prendre soin de la peau du visage pour la rendre vitale et belle.

On moulait toutes les matières utilisées dans des récipients spéciaux, puis elle étaient mélangées avec des huiles ou des matières grasses. On les conservait dans des petits tubes en pierre ou en verre, Au besoin, on prenait la quantité voulue avec une petite cuillère ornée.

Il y avait aussi les rasoirs et la pince utilisés par les femmes ainsi que les hommes, sans compter le miroir comme outil très important dans le maquillage.

Le massage de la peau

Les Egyptiens ont inventé le bain à domicile, le massage à l`huile ou la pommade le suivait pour conserver la souplesse de la peau, sa délicatesse et sa fraîcheur.
Ils ont utilisé dans le massage les graisses des animaux, l`huile de ricin, l`huile d`amandes, l`huile de lin, l`huile de sésame et l`huile de carthame.
Aussi, le massage est cité dans les papyrus médicaux comme ceux de Kortas et de Herst (1500 avant Jésus-Christ).

Le soin des cheveux

Les cheveux sont considérés comme un élément principal pour l`ornement auquel les hommes et les femmes se sont intéressés et ils lui ont donné un soin extrême. En témoigne le grand nombre de peignes, les outils de frisage des cheveux et les épingles des postiches qu`ils ont laissés en héritage.
Il y a une prescription pour éliminer les pellicules qui comporte un traitement en deux étapes. La première consiste à raser les cheveux avec un composé spécial contenant de l`huile de poissons que les médecins prescrivent jusqu’à présent pour stimuler la croissance de cheveux parce qu`il contient de la vitamine A. Il est probable que la prescription pour raser les cheveux contenait une matière dérivée des antibiotiques comme la pénicilline. Ensuite on les faisait croître une autre fois avec une prescription différente.
Il y a des prescriptions pour empêcher que les cheveux et les sourcils ne deviennent blancs, le traitement de la perte de cheveux, et d’autres pour la croissance des cheveux, l`utilisation du henné dans la teinture des cheveux, en plus des prescriptions pour la nutrition de cheveux et l`augmentation de leur souplesse et leur éclat par l`utilisation de quelques genres d’huiles.
Il y a beaucoup de propos sur le soin des cheveux et les différentes coiffures. Ces sujets ont besoin d’une recherche spéciale. La Eve pharonique ne se satisfaisait pas seulement du maquillage du visage et du soin des cheveux, mais aussi elle s`intéressait aux vêtements.
Déjà à ce temps-là, les différentes modes apparaissaient à chaque époque. Elle s`intéressait aussi aux différents bijoux. Les musées du monde abondaient de plusieurs de ces bijoux.
Elle s`intéressait également aux parfums par lesquelles l`Egypte a gagné une forte réputation. Ceci prouve le grand intérêt qu`Eve a accordé depuis les anciennes époques au soin de son charme et la sensation de sa féminité. C’est du moins ce que nous savons des femmes des classes élevées, des reines et des princesses de cette époque.

Références:

– William Bettry: “La vie sociale dans l`ancienne Egypte”, traduction de Hassan Gohar, Abdel Moneim Abdel Halim, Organisme général égyptien du Livre.
– Dominique Falbel: “Les gens et la vie dans l`ancienne Egypte”, traduction de Maher Goegaty, Dar el Fikr pour les études, l’édition et la distribution, le Caire, 1989.
– Hassan Kamal: “La médecine ancienne en Egypte”, deux tomes.

(Visited 320 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires