Après 90 ans sur Terre Anba Athanasios, Métropolite français de l’Église copte, inhumé en Égypte selon son testament

10-11-2023 07:29 AM

Michael Victor


Après une vie pleine de veillées et de spiritualité, et après une lutte contre la maladie qu’il a endurée avec gratitude, foi et espérance, s’est reposé en une bonne vieillesse dans le Seigneur le dimanche 22 octobre, Son Éminence Anba Athanasios, métropolite de Marseille et Toulon pour les coptes français, à l’âge de plus de 90 ans, dont plus de la moitié au service de l’Église.

Les premières prières funéraires du regretté Anba Athanasios ont eu lieu le lundi 30 octobre à l’église des Saints Pape Athanase l’Apostolique et Pape Cyrille VI des Coptes de France à Sarcelles, Paris, avant que le corps pur ne soit transporté en terre d’Égypte. Les prières funéraires ont été récitées par les dignitaires de l’Église, Leurs Éminences Anba Wissa, Évêque d’Al-Baliana, Bardis et Dar el Salam, Anba Barnaba, Évêque de Turin et de Rome en Italie, Anba Luca, Évêque de Suisse romande et du sud de la France, et Anba Marc, Évêque de Paris et du nord de la France. Son Éminence Anba Barnaba a prononcé une allocution, dans laquelle il a présenté les condoléances de Sa Sainteté le Pape Tawadros aux fidèles du diocèse du défunt éminent Métropolite, tandis que Son Éminence Anba Luca a prononcé une allocution de condoléances en français, puis en arabe. Aux prières ont participé Anba Surial, prêtre de l’Église copte française dans laquelle les prières ont eu lieu, ainsi que le Conseil du diocèse de Paris et le nord de la France et un certain nombre de prêtres et de moines.
A noter que l’église de Sarcelles rassemble les fidèles “français de souche” qui ont embrassé le rite copte, ainsi qu’une grande communauté originaire d’Egypte et du Soudan.
A l’église d’Al-Boutrossiya, mercredi 1er novembre, à onze heures du matin, des secondes prières funéraires ont eu lieu sur le corps pur, après qu’il ait été transporté en Egypte pour être enterré au monastère d’Anba Bishoy à Wadi El-Natroun, selon son testament. Sa Sainteté le Pape Tawadros II a présidé des prières funéraires auxquelles se sont joints 27 dignitaires de l’Église. Ont également participé à l’office funéraire le sous-secrétaire général du Patriarcat du Caire, l’archevêque Sergius Sergius, et un certain nombre de prêtres et moines, alors que la chorale du Collège clérical d’Anba Roueis a entonné les psaumes et les chants des prières funéraires.

Certaines parties des prières ont été récitées en français par Leurs Éminences Anba Daniel, métropolite de Maadi et secrétaire du Saint-Synode, Anba Aclimandos, évêque général des églises du secteur d’Almaza, de la Cité Al-Amal et de l’est de Nasr City, Anba Marc, évêque de Paris et du nord de la France, le père Bishoy Surial, prêtre de l’Église copte française de Paris, et le moine hégoumène Moussa Anba Bishoy. Dr Ashraf Sadek, ancien professeur d’égyptologie à l’université de Limoges et coptologue, a prononcé une allocution de condoléances en français.

Sa Sainteté le Pape a commencé son discours de condoléances en disant : “Dans l’espérance de la Résurrection, nous disons adieu à ce vénérable Métropolite qui a vécu comme une personne aimante et calme. Il a connu l’Église copte à l’âge de trente ans. Il a appris sa théologie, sa foi, sa tradition et ses rituels avec son père spirituel décédé, Anba Marc, sous le pontificat du défunt pape Chenouda III, qui les a accueillis et a béni leur adhésion à l’Église copte. ”
Il a ajouté : “Il est devenu moine et a été élevé progressivement jusqu’à devenir Métropolite”.
Concernant les qualités que possédait le Métropolite défunt, Sa Sainteté le Pape en a souligné trois : L’Authenticité : Il était authentique dans sa connaissance de l’Église copte, même s’il n’y était pas né, il lui est resté fidèle et dévoué jusqu’à son dernier souffle, et il en a été la voix en France et en Europe à travers ses conférences et sermons, ainsi que ses relations.
Les bonnes relations avec tous : Il avait de bonnes relations avec les métropolites et les évêques du Saint-Synode. Il a effectué des visites à de nombreux diocèses et monastères en Egypte, et ses visites étaient toujours joviales, pleines de bon esprit, de sourire et d’amour. Bien qu’il ne parlât pas l’arabe, sa présence spirituelle était évidente. Il a prié dans de nombreuses églises en Egypte et donnait des conférences dans les congrès et les retraites.
La Paix : Il était un artisan de paix, c’est pourquoi sa présence était toujours associée à cette qualité, en appliquant le verset : « Bienheureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu » (Matthieu 5 : 9). Il servait les Coptes français en les aimant sincèrement. Son service se distinguait par la sérénité et l’amour.
SS Tawadros a conclu en présentant ses condoléances, au nom du Saint-Synode, au diocèse copte français de Marseille et de Toulon, aux évêques de France, à Ses Eminences Anba Luca et Anba Marc, ainsi qu’au Père Bishoy Surial, seul prêtre égyptien du Diocèse de Marseille et Toulon.
La dépouille a ensuite été transportée après la prière en Égypte pour être inhumée au monastère d’Anba Bishoy à Wadi El-Natroun, selon son testament qu’il a fait avant son départ.
C’est donc avec une immense tristesse que fut rendu hommage au départ au ciel du Métropolite Anba Athanasios, Métropolite de Marseille, Toulon et de toute la France. Son humilité, sa gentillesse et sa connaissance ne pourront jamais être oubliées. C’est tout un peuple qu’il laisse orphelin, et bien que nous nous réjouissions de sa naissance au ciel, où un accueil des plus chaleureux lui a sans aucun doute été réservé, nous ne pouvons retenir notre tristesse. Il fut un berger exemplaire à tout égard, l’image du Christ au quotidien. Que Dieu le récompense pour tout son travail, tous ses efforts et toutes ses épreuves et qu’Il nous console !

(Visited 13 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires