Les reliques de Saint Anianus, deuxième patriarche d’Alexandrie, de Venise à l’Egypte

26-10-2023 03:09 PM


=

Sa Sainteté le pape Tawadros II est rentré mardi dernier en terre d’Égypte après son voyage pastoral à Milan et Venise, emportant une partie des reliques de saint Anianus le cordonnier, le deuxième patriarche d’Alexandrie, successeur de l’apôtre saint Marc.

Lors de sa visite, Sa Sainteté avait présidé le 14 octobre une prière à la veille de la messe de consécration de la cathédrale copte orthodoxe de la ville de Venise, qui porte le nom de l’apôtre saint Marc, prédicateur de nos demeures égyptiennes. Au cours de la veillée, Mgr. Francesco Moraglia, patriarche de l’Église catholique de Venise, a présenté une partie des reliques de saint Anianus le Cordonnier à Sa Sainteté le Pape. A cette occasion, Mgr Moraglia a déclaré : « Au nom de la communauté catholique de Venise, j’ai le plaisir de présenter les vénérables reliques du premier disciple de saint Marc, saint Anianus. En l’imitant, nous souhaitons tous marcher une fois de plus sur les traces de saint Marc, pour montrer au monde divisé par les différences, l’unité d’amour que Dieu seul peut donner ». « L’évangéliste Marc lie d’une manière très particulière l’Église d’Alexandrie – et toute l’Église copte orthodoxe – à l’Église de Venise et les unit à la foi apostolique commune. Nous regardons avec vénération le Siège de Marc comme une Église qui a exprimé et exprime une riche foule de martyrs, de théologiens, de saints moines et de fidèles disciples du Christ”. Il conclut : « Nous regardons l’avenir avec l’espérance de la foi et le désir de grandir encore plus dans cette amitié mutuelle qui n’est pas née des humains mais de Dieu, confiants qu’à travers elle et pour elle, le Seigneur montrera sa grâce à nous tous ».
SS Tawadros a reçu ces reliques joyeusement, en déclarant : « C’est un jour de joie que nous célébrons sur la terre sacrée, le sanctuaire qui abrite le corps de saint Marc, premier patriarche martyrisé en l’an 68 après JC. Saint Anianus est considéré comme le deuxième patriarche de l’Eglise, et de là nous savons que cette Eglise s’étend dans le temps ».

A noter à cet égard qu’Anianus, né à Alexandrie et mort en 86 dans la même ville, est un saint chrétien fêté le 10 novembre et il fut le 2e patriarche d’Alexandrie de 64 à 86. Cordonnier de son état, il a été converti par l’évangéliste saint Marc auquel il succéda comme évêque sur le Siège d’Alexandrie. Il fut illustré, dans la suite, par plusieurs grands saints évêques et Docteurs de l’Église.
La tradition conte de lui un épisode qui mérite d’être rapporté en raison de sa fraîcheur. Saint Anianus était savetier à Alexandrie, mais ce chrétien, qui jurait souvent, étonna saint Marc qui venait faire réparer son soulier. Anianus ne jurait pas par “Jupiter, Hercule ou les dieux”, mais “par le grand Dieu du ciel.” Saint Marc constata alors la conversation sur ce grand Dieu du ciel que Jésus était venu révéler récemment. Saint Anien se convertit. Il devint le premier chrétien et ensuite le premier évêque d’Alexandrie en succédant à saint Marc.
Lorsque saint Marc arriva à Alexandrie, il trébucha par la volonté divine et sa chaussure se déchira. Il la donna à réparer à Anianus. Celui-ci se blessa avec son aiguille et il s’écria « Ô Dieu unique ». Quand saint Marc entendit cela, il glorifia Dieu car il l’avait entendu invoquer Dieu. Puis il prit de la terre, en fit de la boue et en recouvra la blessure d’Anianus qui guérit immédiatement.
Anien en fut surpris et il invita l’apôtre chez lui où il l’interrogea au sujet de sa croyance et son origine. Saint Marc lui expliqua à partir des saintes écritures la divinité du Christ, le mystère de son incarnation, sa mort et sa résurrection ainsi que les miracles qui étaient fait en son Nom. L’esprit de saint Anianus fut éclairé en écoutant avec attention ces paroles de vie et, après avoir fait baptiser toute sa maison au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, ils reçurent la grâce divine. Saint Marc leur enseigna aussi la théologie et les préceptes de l’Eglise. Anianus quitta sa profession et tout attachement au monde pour devenir le plus étroit collaborateur de l’Apôtre.
Lorsque l’évangéliste voulut partir pour la Pentapole en 64 après Jésus Christ, il imposa les mains à Anianus pour le sacrer patriarche d’Alexandrie. Ce dernier a été ordonné évêque de l’Église d’Alexandrie, pour y prendre en charge les questions de service et superviser ses affaires pendant les périodes d’absence de Saint Marc du port d’Alexandrie, et pour les raisons pour lesquelles il accompagnait les Apôtres « Paul » et « Barnabas » lors de plus d’un voyage missionnaire dans toute l’Asie. L’Apôtre Saint Marc visitait également souvent Jérusalem et les cinq villes occidentales, afin d’y inspecter les questions de service.
Lorsque Saint Marc acheva sa mission de répandre la parole du Dieu Saint et de prêcher son saint nom en terre d’Égypte, par le martyre aux mains des adorateurs païens de Sérapis, Anianus devint le deuxième patriarche de l’église d’Alexandrie, et il devint connu sous le nom d’« évêque Anianus. Ce dernier poursuivit l’évangélisation et le baptême en secret des Alexandrins. Il les affermissait dans la Foi en Jésus Christ et transforma sa maison en église. On dit qu’il s’agit de l’église saint Marc, la Cathédrale actuelle de cette ville. L’Église a prospéré sous le règne de la papauté d’Anianus et est devenue la première des églises, et toutes les formes de service liturgique y étaient pratiquées régulièrement, peut-être la plus importante d’entre elles: la pratique du jeûne absolu, sans manger ni boire durant certaines périodes de l’année. Pendant ce temps, le nombre de chrétiens dans la région augmenta considérablement et Anianus nomma de nouveaux prêtres et diacres pour l’église en pleine croissance.
« C’était un homme, dit Eusèbe, agréable à Dieu et admirable en toutes choses. » Saint Épiphane mentionne une église à Alexandrie construite en son honneur. Saint Anianus, homme aimé de Dieu et admirable en toute sa conduite, demeura sur le siège apostolique vingt-deux ans puis décéda en paix le 20 Hathor de l’année 86, jour que l’Eglise copte commémore avec ferveur.

(Visited 15 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires