Du Liban à Dronka à Assiout La plus grande statue de la Vierge dans son monastère

10-08-2023 07:20 AM


Lundi dernier, le gouvernorat d’Assiout a été témoin de l’inauguration de la plus grande statue de la Vierge Marie dans son monastère de Dronka, en présence de Son Eminence Anba Yoannis, évêque d’Assiout, al-Badari et Sahel Sélim, de l’ancienne ministre Nabila Makram Ebeid, du comptable Ihab Moukhtar, membre du Conseil Milli, l’ingénieur Mohsen Badie, le superviseur général de la construction du modèle, et un groupe de prêtres et de moines, ainsi que les personnalités de l’église, faisant le bonheur de milliers de Coptes venus à cette occasion, qui coïncidait avec l’approche du jeûne de la Vierge Marie, qui s’étend du 7 au 21 août de chaque année et est célébré par le monastère tout au long du mois d’août.
Son Eminence Anba Yoannis, évêque d’Assiout et ses dépendances, a présidé la messe dans la cour du Monastère de la Vierge Marie au Mont Dronka. La liturgie a été suivie par les travaux d’élévation et d’installation de la statue sur un socle en béton qui a été spécialement construit à l’entrée du monastère. Le socle de cette statue est d’une hauteur de 15 mètres, tandis que la statue a plus de 9 mètres de long, 4 mètres de large et pèse 10 tonnes.
Il a fallu deux ans, dont 3 mois de sculpture pour concevoir la plus grande statue en bronze de la Vierge Marie en Egypte. Elle a été conçue par l’artiste Guirguis Al-Jawli, professeur de sculpture de terrain et spatiale et ancien chef du département de sculpture à la Faculté des Beaux-Arts de l’Université de Minia. L’ouvrage est semblable à la statue d’Al-Harissa au Liban.
Anba Yoannis en a parlé en disant : « Aujourd’hui, je suis très heureux alors que nous assistons à l’installation de la statue de la “Reine”, la Vierge Marie. Je me suis rendu au Liban à 16 ou 17 reprises et chaque fois que j’y vais, je prends une bénédiction de la statue de la Vierge Marie qu’ils appellent “harissa” ou vigilante et j’en suis très impressionné… L’idée de la statue est toujours restée dans mon esprit, et je recueillais des informations à son sujet. Je savais qu’elle était faite d’un matériau qui reste intact, soit le “bronze” classé après l’or et l’argent. Ensuite, Dieu nous a envoyé le Dr Guirguis Al-Jawli, qui a conçu la statue de la Vierge Marie ».

A propos de ce grand travail, l’artiste Al-Jawli a dit qu’il a été préparé il y a deux ans. Le modèle original a été sculpté dans un matériau en mousse en deux parties, et il a fallu trois mois pour le sculpter avec l’aide de trois assistants, et il a consommé plus de cinquante mètres cubes de mousse et plus de 200 de mousse liquide, après quoi il a été découpé en plus de 20 parties. La statue a ensuite été transférée dans l’une des fonderies du Caire où un moule a été fabriqué pour cela, puis la statue a été conçue en bronze.
Il est à noter que des milliers de Coptes affluent au Monastère de la Vierge Marie au Mont Dronka pour obtenir la bénédiction et participer aux prières des Divines Liturgies, en particulier pendant la période de jeûne car ce lieu a été l’abri de la Sainte Famille lors de sa fuite de la Palestine vers l’Égypte de l’oppression du roi Hérode qui cherchait à tuer Jésus.
Le 7 Août, commencement du jeûne dit de la Sainte Vierge, les fidèles accordent à ce jeûne un grand intérêt et le pratiquent avec austérité ; certains y ajoutent encore plusieurs jours, en raison de leur grand amour pour la Mère de Dieu. Le jeûne portant son nom est l’association de réunions spirituelles dans la plupart des églises. Un programme est établi comprenant un sermon donné tous les jours et des messes quotidiennes dans certaines églises.

À Deir Dronka se trouvent des grottes impressionnantes, d’anciennes carrières de l’époque ptolémaïque dans lesquelles aurait trouvé refuge la Sainte Famille. Aujourd’hui les pèlerins s’y comptent par centaines de milliers venus de tout le pays prier et obtenir la bénédiction de la Sainte Vierge sous le Mont Dronka. Ce pèlerinage annuel du 7 au 21 août commémore le « jeûne de la Vierge » précédant la fête de son Assomption qui signifie l’élévation de la Vierge Marie vers le ciel, au terme de sa vie terrestre à la gloire du Ciel. Dans la procession, les fidèles chantent des cantiques à la louange de la Reine du Ciel. Ces louanges ravivent la foi, le lien profond avec Jésus-Christ, le désir de le suivre sur le chemin vers la Maison du Père, à l’instar de Marie.
L’Eglise a fixé la date du 1er Misra selon le calendrier copte (qui correspond au 7 Août) comme commencement du jeûne dit de la Sainte Vierge. Les fidèles accordent à ce jeûne un grand intérêt et le pratique avec austérité. Une grande fête lui est célébrée dans son ancienne église à Mostorod (banlieue du Caire).

Des fêtes d’autres saints sont aussi célébrées au cours de ce jeûne. Par exemple, celle de Saint Georges dans les monastères de Mit Damsis et dans celui de Rosaykat au cours de la seconde moitié du mois d’Août, et celle de Saint Macaire le Grand.
Au cours du même jeune, l’Eglise organise des fêtes pour certaines saintes célèbres. Parmi elles, citons Saint Baïssa (le 2 Misra qui correspond au 8 Août), Saint Yulita (le 6 Misra qui correspond au 12 Août), et Sainte Marina (le 15 Misra qui correspond au 21 Août). Nous y célébrons aussi la fête de la transfiguration glorieuse de Notre Seigneur Jésus Christ le 13 Misra (qui correspond au 19 Août).
Au cours du même mois, le 7 Misra (qui correspond au 13 Août), l’Eglise commémore l’Annonciation par l’ange Gabriel à Saint Joachim de la naissance de la Sainte Vierge Marie.
Or, le jeûne dit de la Sainte Vierge n’est pas la seule occasion où l’Eglise de la glorifie ; il y a tout un mois copte appelé le mois de Kiahk qui abonde en louanges, en hymnes de glorification et en doxologies en son honneur.
Les Coptes en Egypte, et surtout les femmes, accordent un grand intérêt à ce jeûne. Plusieurs d’entre eux n’y mangent que des aliments cuits avec de l’eau et du sel (sans huile), et certains fidèles y ajoutent – par un vœu – une troisième semaine. D’autres y font le vœu de garder l’abstinence jusqu’à l’apparition des étoiles dans le ciel…
Le secret de tout cet intérêt réside dans l’amour des Coptes pour la Sainte Vierge qui a rendu visite à leurs pays et l’a ainsi béni ; aussi ont-ils érigé des églises dans les endroits où elle a vécu.
S’y ajoute le nombre considérable de miracles qui se sont produits en Egypte par son intercession, ce qui a incité plusieurs fidèles à considérer l’édification d’une église en son nom comme une grande bénédiction.

(Visited 25 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires