Dernières nouvelles

La Résurrection, la plus importante fête et l'apogée de nos joies

5 Mai 2016 1:54 pm

Le pape Tawadros II a présidé l’office pascal à la cathédrale Saint Marc à Abbassiya où il s’est adressé à une foule de fidèles et de personnalités officielles et publiques.

Dans son message pascal, le pape Tawadros a félicité les fidèles à l’occasion de la Résurrection et pour la joie qu’elle nous prodigue. Il a présenté ses vœux à toute l’Eglise copte en tout lieu, aux métropolites, aux évêques, aux prêtres, aux diacres. Il les a présentés aussi aux conseils des églises, aux serviteurs et aux servantes, aux jeunes, aux enfants et à toutes les familles chrétiennes où qu’elles soient. Il a félicité aussi tous les diocèses coptes répartis dans le monde.
Il a indiqué que la fête de la Résurrection est en effet la plus importante de nos fêtes et l’apogée de nos joies. C’est elle que l’Eglise célèbre quotidiennement. En parlant de la Résurrection elle se souvient du Christ crucifié. Il est vraiment mort et cette mort est confirmée par plusieurs témoignages : ceux du centurion, des soldats qui montaient la garde devant le tombeau, des femmes qui s’y rendirent, de Joseph d’Arimathie qui porta le Corps du Christ ainsi que Ponce Pilate devant qui il fut jugé. D’autres preuves mettant en évidence Sa mort sont le voile du Sanctuaire qui se déchira en deux, les linges qui furent retrouvés dans le tombeau, la grosse pierre qui le fermait et les soldats qui montèrent la garde sur l’ordre du gouverneur romain. Enfin, le sceau du gouverneur qui fut apposé sur la porte du tombeau en est une autre preuve. Le Christ crucifié est ressuscité le troisième jour comme les fidèles le disent et l’attestent dans l’Acte de Foi. Les anges aussi témoignèrent de cette Résurrection. En effet, un ange déclara qu’Il est ressuscité. Les gardes tombèrent à terre tandis que les grands-prêtres propagèrent de fausses rumeurs. Les nombreuses apparitions du Christ devant ses disciples, elles aussi, sont autant de preuves. Il faut se souvenir aussi du séisme qui accompagna la Résurrection ainsi que de la pierre qui fut roulée de devant la porte du tombeau. Sans oublier aussi la discussion qu’eurent les femmes portant les aromates en allant au tombeau qu’elles trouvèrent vides car Il était ressuscité en laissant les linges et le suaire là où il avait été enterré.
La Résurrection eut lieu au début du premier siècle de notre ère, aux environ de l’an 33 après Jésus Christ. En cette fête de Pâques il faut donc se poser la question : A quoi nous sert-elle au 21ème siècle ?
Quel bénéfice obtenir de ce que le Christ soit ressuscité pour nous ? Le pape a parlé ainsi de l’utilité de la Résurrection en abordant quelques points.
Premièrement, elle nous donne conscience de notre vraie origine céleste. Vous êtes tous, hommes et femmes, des créatures et des êtres célestes. Chacun a été créé à l’image de Dieu et à sa ressemblance : à son image par l’esprit et à sa ressemblance par la volonté. Mais le premier Homme a mal utilisé cette volonté. Il s’est servi de la liberté en enfreignant le commandement de Dieu et en l’attristant. Il chuta et l’image de Dieu, qui est en lui, s’obscurcit. L’obscurité signifie une perte de repères, une absence de discernement. L’être humain devint incapable de voir la Vérité. Pendant un certain temps, Dieu parla aux Hommes par la voix des prophètes puis vint son Incarnation. Le but de tout cela était de ramener cette belle image à la lumière et qu’elle soit réparée. Puis vint la Résurrection qui donna à l’être humain un nouvel éclairage. Il devint un être lumineux. Pour cela le Seigneur a dit : « quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » (Jean 12 : 46). En effet la lumière de Pâques éclairera sa vie et l’image reviendra à son état d’origine. L’Homme redevient vraiment à l’image de Dieu et à sa ressemblance. Voici la première utilité : que l’être humain reconnaisse son origine céleste.
Deuxièmement, que l’Homme vive quotidiennement dans l’Espérance et pas uniquement à certaines périodes de sa vie. Aujourd’hui, chacun en a grandement besoin. Souvenons-nous donc, a dit le pape, de Marie de Magdala, cette femme désespérée qui se rendait au tombeau à la recherche de son maître et seigneur. Lorsqu’elle trouva un homme qui lui parlait, elle le prit pour le jardinier. A ce moment-là elle pleurait intensément en recherchant son Christ et, finalement, elle le reconnut lorsqu’il l’appela par son nom : «Marie ! ». Alors, elle s’écria « Rabbouni ! », c’est-à-dire: Maître. (Jean 20 : 16) Dans ce même récit de la Résurrection, Jésus apparut à deux jeunes hommes qui étaient désespérés et discutaient de la résurrection du Christ. Alors Il leur apparut tandis qu’ils se dirigeaient vers Emmaüs, à proximité de Jérusalem. A la fin de ce récit, ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route ? » (Luc 24 : 32)
Leur désespoir les quitta et fut replacé par l’Espérance. De même pour tous les disciples qui étaient remplis d’une grande peur. On lit dans le saint Evangile qu’ils « furent remplis de joie en voyant le Seigneur. » (Jean 20 : 20)
Troisièmement, par la Résurrection, l’être humain acquiert la grâce de l’adoption. L’Eglise vit quotidiennement cette Résurrection dans sa prière. Chaque fois que nous récitons la prière de l’aube (Prime) nous nous souvenons de la glorieuse Résurrection qui eut lieu à ce moment de la journée. Chaque dimanche, le jour du Seigneur, nous nous rassemblons pour la Divine Liturgie, c’est le jour de la Résurrection, qui est notre célébration hebdomadaire. De plus, nous commémorons les trois fêtes de l’Annonciation, la Nativité et la Résurrection le 29 de chaque mois copte. Chaque année, la fête de Pâques se prolonge pendant les cinquante jours saints.
Nous recevons dans le Baptême cette belle image par laquelle nous obtenons la grâce de l’adoption. Nous sommes plongés trois fois dans l’eau du baptistère pour symboliser les trois jours que le Christ a passé dans le tombeau. Lorsque nous nous présentons pour communier à l’Eucharistie le prêtre dit lors de la confession finale : « Il est donné pour nous en Salut et en rémission des péchés et en vie éternelle à ceux qui y communient. » Lors de chaque liturgie nous nous présentons pour communier au Corps sacré et au Sang précieux afin que notre vie soit renouvelée à la lumière de la glorieuse Résurrection. « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. » (Jean 6 : 53)
De plus, nous ne pouvons comprendre le Saint Evangile qu’à la lumière de la Résurrection. En effet, nos pères, qui rédigèrent les saintes écritures inspirés par Dieu, le firent à la lumière de la glorieuse Résurrection qu’ils avaient vécue. La Résurrection et sa joie sont offertes à chacun. Il faut que nous acquérions cette joie et que nous la vivions chaque jour de notre vie.
Pâques nous renouvelle chaque année: Réjouissez-vous dans la Résurrection et vivez-la. Lors de la prière de minuit nous disons : « Levons-nous enfants de la lumière pour louer le Dieu des puissances » C’est l’appel quotidien de l’Eglise : « Levons-nous enfants de la lumière ». Par la Résurrection nous sommes devenus les enfants de la lumière. Par elle nous nous levons et nous louons le Seigneur des armées. C’est ce que nous enseigne perpétuellement la sainte Bible : « En nul autre que Lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. » (Actes 4 : 12).
Le pape reçoit les félicitations
Le président Abdel Fattah al-Sissi a adressé ses félicitations de pâques au pape Tawadros II et la communauté copte en général.
Il a également offert ses félicitations aux Coptes à l’étranger à la même occasion.
Ont également adressé leurs félicitations festives au pape Tawadros le chef du cabinet présidentiel Moustafa Chérif Mahmoud, le ministre de la Défense Sedki Sobhy et le chef d’état-major des Forces armées Mahmoud Hégazy.
Le pape avait reçu à l’Anba Rouweis un certain nombre de personnalités publiques venues féliciter Sa Sainteté Tawadros II à l’occasion de pâques.
Le ministre des Affaires parlementaires Magdy el Agaty et le Secrétaire général adjoint du Cabinet Khaled Aboul Fadl ont assisté à la messe de Pâques, délégués par le Premier ministre Chérif Ismaïl.
Sa Sainteté a rencontré le Conseiller Adly Hussein, ancien gouverneur de Qalioubiya, le Dr Ali Messelhy, ancien ministre de la Solidarité sociale et M. Mohamed Fayek, Président du Conseil national des droits de l’Homme.
De même, le président de la Chambre des représentants s’est rendu à la cathédrale pour présenter ses félicitations à l’occasion de pâques.
Dr Ali Abdel Al et certains députés ont ainsi été reçus par le pape et la rencontre a été marquée par l’affection et l’amour.
Les félicitations à cette occasion ont aussi été présentées au pape par le président de l’Union internationale pour le dialogue interreligieux.
Arrivé au siège de la cathédrale pontificale de Saint-Marc à Abbasia, le Dr Ali el-Sammane se trouvait à la tête de l’Union internationale du dialogue interreligieux. A cette même occasion, le nonce apostolique s’est rendu à la cathédrale pour présenter ses vœux de Pâques.
L’Archevêque Bruno Mazaro et son assistant Corian Matthew ont ainsi été reçus par Sa Sainteté le pape dans une ambiance marquée par l’affection et l’amour
Sa Sainteté le pape Tawadros II d’Alexandrie a en outre reçu Dr Sahar Nasr, ministre de la Coopération internationale, et le ministre de la Planification, Dr Achraf el-Arabi.
SS Tawadros II a en outre reçu une délégation militaire dirigée par le général Medhat el-Haddad. La délégation a félicité Sa Sainteté le pape Tawadros II d’Alexandrie pour pâques et a tenu à exprimer les souhaits de paix et d’amour pour les coptes et tous les Egyptiens.
La glorieuse Résurrection est une joie, nous prions pour qu’elle demeure dans le cœur de chaque être humain. Que, dans sa vie, chacun se réjouisse de cette Résurrection. Qu’il le fasse chez lui parmi sa famille, sur son lieu de travail, dans son service et à l’église quotidiennement. Que cette Résurrection devienne la joie quotidienne de chaque être humain. Qu’il s’en souvienne dès le réveil et qu’elle soit son éternel renouvellement.