Dernières nouvelles

Le président el-Sissi joue un rôle pivot au sommet de Paris

3 Décembre 2015 4:14 pm

Le président Abdel Fattah el-Sissi s’est rendu à Paris pour participer à la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC); il a présidé le Comité des chefs d’Etat africains sur le changement climatique (CAHOSCC). L’Egypte assume également la présidence de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement, la CMAE.
Le président el-Sissi a tenu une série de réunions avec les dirigeants arabes et européens en marge de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris pour discuter de lutte contre le terrorisme, a déclaré le porte-parole présidentiel égyptien Alaa Youssef dimanche.
Le président Abdel Fattah El-Sissi a souligné l’importance de la coordination internationale dans la lutte contre le terrorisme lors d’une réunion lundi avec le président français François Hollande et le Premier ministre français Manuel Valls. Le président égyptien a également offert ses condoléances aux responsables français pour les attaques terroristes qui ont frappé Paris le 13 novembre, tuant 130 personnes.
Les responsables ont également discuté de la force des relations bilatérales et de la coopération dans différents domaines entre Le Caire et Paris.
El-Sissi a souligné que tous les actes de terrorisme n’ont pas de religion ni nation et qu’ils sont “assez loin de l’enseignement de l’Islam.”
Les deux dirigeants ont également discuté des derniers développements en Libye et en Syrie.
El-Sissi a souligné l’importance de la lutte contre les extrémistes en Libye et de soutenir le gouvernement légitime.
Parlant au PM français, El-Sissi a déclaré que l’Egypte est impatiente de plus de coopération avec la France et d’attirer les investisseurs étrangers dans des projets nationaux géants tels que le Nouveau canal de Suez.
De son côté, le Premier ministre français a déclaré que son pays accorde une grande attention à investir en Egypte et à tirer parti des opportunités d’investissement dans différents domaines.
Il a également déclaré que l’Egypte est un pays essentiel pour la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient.

Discours présidentiel
Par ailleurs, le président Abdel Fattah El-Sissi a déclaré que les pays africains sont, par rapport aux pays développés, moins responsables des émissions de gaz de serres qui causent les changements climatiques.
El-Sissi a également appelé à plus grand financement pour les pays africains afin de lutter contre les effets du changement climatique.
“Tous les pays africains contribuent moins aux émissions totales nocives et sont les plus touchés par le changement climatique”, a déclaré El-Sissi devant les leaders mondiaux rassemblés lundi pour un sommet sur le climat des Nations unies à Paris.
“L’Afrique exige un juste et clair accord international qui considère la disparité des charges entre les pays développés et ceux en développement”, a indiqué El-Sissi. Il a appelé à «renforcer la capacité des pays en développement à faire face au changement climatique”, tout en exhortant un financement de 100 millions de $ par année d’ici 2020 pour les pays en développement pour repousser le phénomène.
El-Sissi, qui dirigeait un comité de dirigeants africains sur le changement climatique de l’ONU, a cité un rapport de l’environnement des Nations unies prévoyant de mettre le déficit financier dans le financement à l’Afrique à 12 millions de $ par an d’ici 2020 – un écart qui devrait se creuser.
Les chefs de plus de 150 pays se sont réunis dans la banlieue nord de Paris, dans le but d’injecter une impulsion politique dans ce que beaucoup ont décrit comme la dernière chance pour éviter la calamité climatique.
“Jamais les enjeux d’une réunion internationale n’ont été aussi élevés, car ils concernent l’avenir de la planète, l’avenir de la vie”, a déclaré le président français François Hollande dans un discours d’ouverture.
“L’espoir de toute l’humanité repose sur vos épaules,” a-t-il dit.
Profondes divisions
Mais un jour après les commentaires de Sissi, un grand nombre de questions controversées sont de plus en plus difficiles de passer sous silence.
Le président américain Barack Obama, le président Xi Jinping de la Chine et de nombreux autres dirigeants ont juré que leurs nations s’efforcerons de limiter les gaz à effet de serre qui attisent le réchauffement climatique.
Le résultat serait un pacte post-2020 qui permettrait de sauver le système climatique de la Terre pour les générations à venir, comme ils ont promis.
“L’avenir est celui que nous avons le pouvoir de changer, ici, en ce moment”, a déclaré Obama.
Mais de nobles promesses similaires se sont effondrées pendant plus de deux décennies de négociations de l’ONU.
Les efforts diplomatiques pour combler le fossé ont débuté mardi avec la tenue par Hollande d’un sommet avec 12 chefs d’Etat de l’Afrique sur la façon de lutter contre la sécheresse et l’extension lente des déserts sur le continent. Obama a rencontré également des dirigeants des nations insulaires de basse altitude pour mettre en évidence son engagement à aider les plus vulnérables aux changements climatiques.
Le processus climatique de l’ONU concerne l’utilisation de combustibles fossiles, l’épine dorsale de l’approvisionnement en énergie dans le monde – et cela signifie que d’énormes intérêts sont en jeu.
Quelque 150 chefs d’Etat, dont le président américain Barack Obama et le président russe Vladimir Poutine, se sont réunis lundi pour deux semaines de pourparlers sur les changements climatiques visant à forger un pacte insaisissable pour lutter contre le réchauffement de la planète.
La plupart des scientifiques disent que l’inaction condamnerait le monde à des températures plus chaudes, et des événements catastrophiques tels que les sécheresses et l’élévation du niveau de la mer qui va effacer les régions de basse altitude.
Lutte antiterroriste
Lors de sa rencontre avec le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian dimanche, le président el-Sissi a appelé à unifier les efforts pour combattre le terrorisme dans le Sahel africain, où les États et les groupes militants islamiques inspirés d’al-Qaïda ont gagné du terrain.
“Ils ont discuté de la crise dans la région, principalement en Syrie et en Libye, et souligné la nécessité de les résoudre afin de préserver les institutions de l’Etat et de fournir des conditions favorables au développement politique, économique et social pour assurer un avenir meilleur pour leur peuple et les générations futures », a déclaré Youssef dans un communiqué.
“Le président Sissi et le ministre Le Drian ont convenu de renforcer la coopération militaire pour faire face aux défis communs auxquels la communauté internationale est confrontée, principalement le terrorisme, qui s’est étendu au-delà du Moyen-Orient”, a-t-il poursuivi.