Dernières nouvelles

La maladie cachée d’Hillary

25 Août 2016 12:18 pm

Epilepsie, Parkinson, démence. Pour ses détracteurs, l’ancienne Première dame, âgée de 68 ans, ne serait pas en état de diriger le pays. Aux Etats-Unis, la santé de la candidate démocrate déchaîne les passions. Pour beaucoup de ses opposants, Hillary Clinton n’est pas en état de diriger le pays. Et si Hillary Clinton était malade? C’est la folle rumeur qui agite les États-Unis depuis plusieurs jours. Les théories les plus absurdes inondent le web accompagnées des hashtags #Hillarystools (les tabourets d’Hillary, en référence aux tabourets sur lesquels elle s’assoit durant ses meetings) et #Hillaryhealth (la santé d’Hillary).
Parmi les arguments de ses détracteurs : une photo, qui date de février et sur laquelle deux hommes aident la candidate à monter des marches. Hillary Clinton vient en réalité de glisser, mais qu’importe, le cliché vient alimenter les théories les plus folles.  Parmi les arguments de ses détracteurs : une photo, qui date de février et sur laquelle deux hommes aident la candidate à monter des marches. Hillary Clinton vient en réalité de glisser, mais qu’importe, le cliché vient alimenter les théories les plus folles.
Le site Breitbart, géré par le nouveau directeur général de campagne de Trump, Steve Bannon, estime même que “la santé de Clinton est en train de devenir une question primordiale dans la campagne”. Même son de cloche dans la bouche de son adversaire républicain. Elle n’a pas “l’endurance physique et mentale” pour être présidente a soutenu l’homme d’affaires il y a quelques jours.
Les proches du milliardaire n’hésitent pas à en rajouter une couche. “Je pense qu’Hillary est fatiguée. Elle a l’air malade”, a déclaré lundi Rudy Giuliani, l’ancien maire républicain de New York, sur Fox News. Des rumeurs qui ne datent pas d’hier. Elles déchaînent les passions depuis décembre 2012, quand Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, s’était évanouie. Ses médecins lui avaient alors diagnostiqué une commotion cérébrale et un caillot de sang à la tête, rappelle Le Parisien. Mais que ses partisans se rassurent : Hillary Clinton est “en excellente condition physique et apte à servir en tant que présidente des États-Unis”, a affirmé son médecin personnel Lisa Bardack. Ces éléments, prétendument à charge contre la candidate, s’ajoutent à un épisode survenu en décembre 2012, comme le souligne “Le Parisien” : Hillary Clinton, alors secrétaire d’Etat, s’était “évanouie, épuisée par de longs voyages et atteinte d’un virus intestinal.” Les médecins avaient diagnostiqué après sa chute une commotion cérébrale et un caillot de sang.
Parmi les rumeurs qui circulent à quelques mois de l’élection présidentielle, on peut citer celle selon laquelle l’un des gardes du corps de la démocrate serait en fait un médecin. La théorie, fondée entre autres sur un pin’s, a été démontée par le site Snopes.com.
 
Le candidat républicain Donald Trump a accusé mardi sa rivale à la présidentielle américaine Hillary Clinton de s’être adonnée à une forme de “corruption” digne “du tiers-monde” par le biais de la Fondation Clinton. “Quelle honte que notre secrétaire d’Etat puisse être achetée, soudoyée ou vendue!” s’est exclamé Trump lors d’un meeting à Austin au Texas. Dans sa ligne de mire, la Fondation Clinton, créée par Bill Clinton à son départ de la Maison Blanche en 2001. La fondation caritative, qui a levé quelque deux milliards de dollars depuis sa création, est assaillie de critiques des républicains qui l’accusent d’être un véhicule de trafic d’influence du couple Clinton. Ses détracteurs affirment que lorsqu’Hillary Clinton était cheffe de la diplomatie, de 2009 à 2013, des donateurs étrangers, Etats, entreprises ou particuliers, contribuaient à la fondation de façon à obtenir des faveurs de la secrétaire d’Etat et de l’administration américaine.