Dernières nouvelles

Le développement d’Égypte s’appuie sur ses jeunes

Karim Felli

27 Octobre 2016 1:06 pm

La première Conférence nationale de la jeunesse de l’Egypte a été tenue à partir de mardi pour trois jours à Charm El-Cheikh, encadrée par la présidence et en présence de plusieurs partis et groupes politiques.

Près de 3000 jeunes égyptiens de différents horizons ont participé à un forum ouvert pour discuter de l’avenir du pays.

Le président Abdel-Fattah al-Sissi était également présent en plus des figures et des responsables qui prirent part au dialogue.

Al-Sissi a souvent exhorté les jeunes à le soutenir et a déclaré que le pays n’a pas été “en mesure de fournir des canaux réels de communication avec sa jeunesse.”
Dans son discours, al-Sissi a déclaré: “Au début, vous devez observer une minute de silence pour les âmes des martyrs qui tombent tous les jours, pour l’Egypte”.
Il a poursuivi en disant: “Nous devons innover et nous lancer, nous avons besoin de réaliser un rêve et d’agir pour l’avenir”.
Le chef de l’Etat a en outre annoncé la tenue de la Conférence nationale de la jeunesse de l’Egypte chaque année en novembre.
Au cours de son discours inaugural, al-Sissi a dit que la première session qui a été axée sur l’éducation en Egypte devrait être utilisée pour “avoir un dialogue et élever l’espoir.”

En ce qui concerne le système d’éducation en Egypte, al-Sissi a indiqué que le gouvernement ne peut pas mettre une refonte du système éducatif pauvre du pays en tête de son ordre du jour à l’heure actuelle, vu que le pays ne dispose pas de ressources suffisantes pour le faire.

La deuxième session a été axée sur l’évaluation de la participation des jeunes au Parlement.

Le panel d’intervenants pour cette session comprenait le ministre de la Jeunesse Khaled Abdel-Aziz, Oussama El-Ghazali Harb, le député Tarek El-Kholi, le député Mohamed El-Sewedy du bloc d’appui de l’Egypte, et le membre du National Conseil pour les droits de l’Homme Mohamed Abdel-Aziz.

Au cours de la session, le président al-Sissi a suggéré que chaque député nomme deux assistants de moins de 40 ans de manière à préparer les jeunes à la politique.

Il encourage également les jeunes à participer aux prochaines élections municipales.

El-Ghazali Harb a demandé au président de pardonner les jeunes actuellement détenus pour des crimes politiques non violents et n’ayant pas reçu des peines de prison.

En réponse, le président a déclaré qu’un comité sera formé pour réviser les cas de jeunes activistes détenus pour des accusations non violentes dans les cas liés politiquement.

Le président a ajouté que ce sera la quatrième fois qu’un comité est chargé de la révision des cas de jeunes militants détenus.

Dans la soirée, le président égyptien a assisté à une réunion avec un groupe de jeunes égyptiens où il a dit que le pays est dans une «situation difficile» et que ses jeunes ne devraient pas recourir à des protestations, car ce serait “extrêmement dangereux.”
Marathon de paix
Le chef de l’Etat a participé avec les jeunes à un marathon symbolisant un message de paix et de stabilité.
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a souligné que les jeunes sont le pont entre l’État  et le peuple, car leur voix est audible. Le chef de l’État a par ailleurs loué la présence des jeunes dans les divers secteurs à la première conférence nationale tenue à Charm El-Cheikh. En marge de cette conférence, Al-Sissi a salué le rôle des jeunes dans la société et leur a exprimé son appréciation. Il a ainsi ajouté que l’État  tient à tenir la conférence chaque année partout en Égypte. Il a aussi salué la participation des jeunes membres du parlement à cette conférence ajoutant que leur participation a enrichi les travaux de la conférence.
Al-Sissi a également souligné la préoccupation de l’État pour les jeunes parce que ces derniers sont l’avant-garde du changement du visage du pays. Le chef de l’État  a aussi assuré son engagement à la réussite de l’expérience égyptienne depuis le 25 Janvier, et de prendre les délais appropriés, ajoutant qu’on a seulement un problème du “temps”. Al-Sissi a ajouté que les jeunes veulent voir l’organisation les forces politiques, les libertés, les procédures de verdict et le maintien de la sécurité nationale maintenant. “Vous voulez tout cela maintenant, nous allons le faire mais pas maintenant”. Al-Sissi a enfin souligné que si les jeunes veulent un dialogue social, il est prêt à cela et va entendre tous les points de vue et les propositions et les examiner.
Participation politique
Al-Sissi a commencé la deuxième journée de la première conférence nationale des jeunes par une séance sur “la relation entre les libertés publiques et la participation politique”. Les deux tiers de la population de l’Égypte sont des jeunes. C’est un secteur important qui ne devrait pas être sous-estimé. Les jeunes Egyptiens sont la force motrice derrière plusieurs des changements politiques au cours des cinq dernières années, a affirmé le président Abdel-Fattah Al-Sissi.
Les partis politiques qui ont participé à la conférence comprenaient les Egyptiens libres, le Parti Wafd, le Parti de la Conférence, le Parti conservateur et le Parti Tagammou, entre autres.

Le président égyptien avait déclaré 2016 “année de la jeunesse égyptienne.”

Les parties participant à la conférence ont établi un ordre du jour pour ce qu’elles aimaient voir discuter.

La participation politique, les petites entreprises, le chômage et l’immigration illégale figurent sur la liste top des priorités pour les sujets du parti des Egyptiens libres.

A cet égard, le parti aimerait voir davantage de soutien pour les jeunes et pour les petites entreprises comme un moyen pour le développement.

Il espère que la conférence produise un document avec une vision sur la jeunesse en lutte contre les aspects politiques, économiques et sociaux, et cela signifie le succès de la conférence.

Les partis du Wafd et du Tagammou se sont concentrés sur la participation des jeunes aux élections locales.

Quant au parti conservateur, il a proposé la formation d’un Conseil supérieur de la jeunesse. Ils ont discuté également des amendements à la loi de protestation, qu’ils disent avaient été précédemment présentés à la présidence.

La conférence comprenait plus de 23 séances de discussion publiques impliquant les volets politiques, sociaux, économiques, culturels, sportifs et l’esprit d’entreprise. Elle comprenait également environ huit ateliers.
Également à l’ordre du jour était la participation des jeunes au parlement de l’Egypte, ainsi que la relation entre les libertés publiques et la participation politique.

Les représentants des jeunes ont eu également leur chance de partager leurs points de vue sur la réforme du système d’enseignement supérieur de l’Egypte, de la recherche et des liens entre le système éducatif et le marché du travail scientifique.

La tension entre les questions de sécurité et les droits démocratiques et des libertés fut longuement débattue, une question d’une importance particulière pour les jeunes, étant donné les changements politiques et les troubles de ces dernières années.

Des présentations et des discussions séparées ont eu lieu sur la sécurité et la confidentialité des informations, et le rôle des technologies de l’information dans la lutte contre la corruption. Les délégués ont débattu également du rôle des médias et des sites de réseautage social dans l’élaboration de la sensibilisation et l’opinion publique, un sujet de grand intérêt pour la génération FACEBOOK.

Enfin, les problèmes de toxicomanie, les mutilations génitales et la malbouffe ont été examinées par des experts dans ces domaines avec les jeunes participants invités à partager leurs points de vue et expériences.

Charm el-Cheikh a été dans un état de haute sécurité avant l’événement, avec des patrouilles de police dans la nuit et des hélicoptères en vol stationnaire au-dessus de la ville.

Les commerçants de la ville ont exprimé l’espoir que la conférence pourrait envoyer un message au monde que l’Egypte est stable et sûre, en aidant à attirer les touristes de retour à la station de la mer Rouge.