Dernières nouvelles

Al-Sissi en Allemagne pour redresser l'économie égyptienne

Karim Felli-Michael Victor

4 Juin 2015 4:18 pm

 
Le président Abdel Fattah Al-Sissi a eu un agenda “chargé” lors de sa visite de deux jours en Allemagne.
Al-Sissi a rencontré le président allemand Joachim Gauck et la chancelière Angela Merkel mercredi pour discuter des relations bilatérales et des derniers développements au Moyen-Orient.
En outre, Al-Sissi a assisté au Forum économique égypto-allemand où il a prononcé un discours lors de la séance de clôture.
Al-Sissi a également tenu des réunions avec plusieurs responsables, y compris le ministre des Affaires étrangères allemand.
À l’arrivée d’El-Sissi à Berlin, des dizaines d’Egyptiens ont été observés dans des images figurant sur la télévision d’Etat égyptienne, brandissant des drapeaux égyptiens et allemands et chantant à l’appui du président.
La police allemande a permis aux partisans d’al-Sissi de se rassembler devant le Palais républicain et pris par ailleurs des mesures sécuritaires renforcées en n’autorisant ses opposants à se réunir que dans un endroit plus loin, pour éviter tout contact entre les deux parties et pour empêcher tout accrochage entre les deux camps.
Sommet égypto-allemand
Merkel avait officiellement invité le président à se rendre en Allemagne en février.
Le président Abdel Fattah Al-Sissi a participé dans un point de presse conjoint avec la Chancelière allemande, Angela Merkel. « Lors d’une entrevue avec le président égyptien, nous avons examiné les droits de l’Homme, la lutte contre le terrorisme, la situation sécuritaire au Sinaï et les verdicts émis auprès des tribunaux égyptiens », a-t-elle dit. D’autre part le président égyptien a déclaré que les verdicts émis en Egypte se référaient à la loi internationale et le Caire n’a pas resserré l’étau autour des organisations gouvernementales. En allusion à la lutte contre le terrorisme en Egypte, Abdel Fattah al-Sissi a conclu : « Le terrorisme au Moyen-Orient aura une influence directe sur la sécurité en Europe ».
La chancelière allemande Angela Merkel a promis de soutenir l’Egypte du président Abdel Fattah Al-Sissi, lors de sa première visite à Berlin qui a permis de concrétiser un contrat pour Siemens.
Mme Merkel a souligné “l’importance hautement stratégique” de l’Egypte pour la stabilité de l’Afrique et du Moyen-Orient, évoquant la menace du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak, les troubles en Libye ainsi que le groupe islamiste armé Boko Haram au Nigéria.
Il y a quelques “questions en suspens» liées à certains verdicts, a déclaré mercredi la chancelière allemande Angela Merkel, avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi debout à côté d’elle.
Mme Merkel a déclaré avoir discuté avec al-Sissi des droits de l’Homme et comment “l’Egypte tente de les protéger”.
Sissi a déclaré pour sa part: «Nous aimons aussi la liberté et la démocratie en Egypte”, mais il a cité des circonstances “très difficile” auxquelles l’Egypte est confrontée. “Il y a des lacunes, sans doute”, a-t-il admis.
Sissi a dit que Mme Merkel et lui ont discuté des condamnations à mort ces derniers jours, ajoutant: “Nous respectons le système judiciaire égyptien… et ne pouvons pas commenter”.
Le 17 mai, Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien et plus de 100 autres ont été renvoyés au Grand Mufti, une étape qui est prise dans le système judiciaire de l’Egypte avant d’émettre une sentence de mort. Une décision finale du tribunal est prévue le 16 juin.
Le président égyptien a dit qu’il y a un certain nombre de points qui doivent être clarifiés. Il a dit que l’avis du mufti est purement consultatif et “n’a aucun rapport avec la peine de mort.”
Il a ajouté que la plupart des condamnations à mort sont émises par contumace, ce qui signifie que les peines sont annulées au moment où les accusés sont traduits en justice.
“Ce ne sont pas des tribunaux d’exception ou révolutionnaires», a-t-il dit.
Sur les peines, Sissi a finalement indiqué que ceci est la première étape d’un litige et toutes les condamnations à mort sont remises en cause par la poursuite de l’Egypte avant d’entrer dans la prochaine étape de litige.
Le mois dernier, Norbert Lammert, président de la chambre basse du Parlement allemand a annulé une réunion prévue avec Sissi, citant un “nombre incroyable” de peines de mort.
Merkel et Sissi ont discuté du rôle de l’Egypte dans la lutte contre le militantisme tant à l’intérieur de l’Egypte que dans la région.
Merkel a déclaré: “L’Egypte a un rôle primordial dans la lutte contre le terrorisme” et il faut “libérer l’Egypte et la région de celui-ci.” Elle a décrit les milices dans le Moyen-Orient comme représentant une grande menace.
Accords importants
Quatre protocoles d’entente sur les 21 signés à la Conférence de développement économique en Egypte ont été finalisés en Allemagne.
Les quatre contrats ont été signés lors de la visite du président Abdel Fatah al-Sissi en Allemagne les 2 et 3 juin.
L’Egypte a signé quatre protocoles d’accord avec la compagnie allemande Siemens pour établir trois centrales, d’une capacité de 14.400 mégawatts, et une usine à l’axe du Nouveau Canal de Suez pour fabriquer les pales de turbines éoliennes, avec un coût total de 2 milliards d’euros.
Le coût total de l’établissement des trois centrales atteint 6 milliards d’euros avec une capacité de 4800 Mégawatts pour chaque centrale.
Siemens affirme que cet investissement permettra d’augmenter de 50% la capacité de production électrique de l’Egypte.  
A noter que d’ici la fin de 2015, le ministère de l’Electricité aura commencé l’application des 21 protocoles d’accord signés à la conférence de Charm el-Cheikh, notant que ces projets vont offrir plus de 6000 offres d’emploi pour la jeunesse égyptienne.
A cet égard, le voyage du président Al-Sissi en Allemagne a le potentiel d’être très lucratif pour les deux parties, fait valoir Handelsblatt, un journal financier allemand majeur, citant la finalisation de l’énorme contrat avec Siemens, qui est d’une valeur de 10 milliards d’euros.
Ainsi que les centrales électriques, le contrat prévoit la création de parcs éoliens et la planification des stations de distribution d’électricité pour lutter contre les pénuries d’énergie de l’Egypte.
Handelsblatt estime que ces projets permettront de créer d’excellentes occasions d’affaires pour d’autres entreprises allemandes spécialisées dans les technologies de centrales, la maintenance technique et aussi des entreprises avec la capacité de soutenir la transition de l’Egypte du diesel au charbon comme combustible pour la production d’électricité. Toute entreprise spécialisée dans les infrastructures est également susceptible de faire des profits, suggère le journal.
Mis à part le renforcement grandement de la production d’énergie électrique et de l’infrastructure de l’Egypte, l’importance de cet accord pour l’Allemagne ne doit donc pas être sous-estimée.
Le journal financier évalue que les paiements du côté égyptien viendront principalement de l’Arabie et de l’aide émiratie, dont les généreuses contributions sont considérées comme cruciales dans le financement des grands projets prévus par le président Al-Sissi.