Restauration du Monastère d’Anba Pola

22-02-2018 11:10 AM

Sanaa 'Farouk


Le ministère égyptien des antiquités a lancé un projet de restauration dans le monastère désertique du 5ème siècle d’Anba Pola, Saint Paul l’Anachorète, également connu sous le nom de Saint Paul de Thèbes. Le monastère est situé sur une colline dans le désert oriental surplombant la mer Rouge, à quelque 115 km au sud de Suez.
Selon Waadallah Aboul-Ela, chef du département des projets du ministère, la première phase de restauration comprend l’ancienne maison d’hôtes, communément appelée le «palais», ainsi que l’ancien mur d’enceinte du monastère. La deuxième phase comprendra la restauration du chemin à côté duquel les vieilles cellules se tiennent à côté du mur, tandis que la troisième phase concernera la restauration architecturale et fine de l’ancienne église.
Le projet de restauration a été lancé en 2009 lorsque 40% de la première phase a été accomplie, mais a été arrêté plus tard en raison des troubles politiques et économiques qui ont frappé l’Égypte à la suite du soulèvement du printemps arabe en 2011. Les fonds pour le projet est plus disponible.
Plus tôt ce mois-ci, le projet a repris, mais le monastère paie le coût de la restauration.
“A l’intérieur du monastère, il y a un certain nombre d’éléments architecturaux importants”, a déclaré Ahmed Nemr, membre du bureau technique du ministère. “Ceux-ci incluent la vieille église construite sur le site supposé avoir été la caverne où Anba Pola a vécu pendant 70 années pendant le 3ème-4ème siècle..
Le monastère de Saint Paul l’Anachorète date du cinquième siècle. Il a été fondé sur la grotte où Saint Paul l’Anachorète a vécu pendant quatre-vingts ans.
Comme la plupart des monastères égyptiens, celui-ci a souffert à maintes reprises des tribus bédouines. Le plus destructeur de leurs raids fut en 1484, lorsque de nombreux moines du monastère furent tués et que la bibliothèque fut incendiée. Le monastère a été reconstruit plus tard sous le patronage du Pape Gabriel VII d’Alexandrie (1526-1569), qui a envoyé dix moines du monastère syrien pour peupler le monastère de Saint Paul l’Anachorète. Au cours de la seconde moitié du XVIe siècle, le monastère fut de nouveau attaqué et saccagé deux fois par les Bédouins, obligeant les moines à partir. Le monastère est resté déserté pendant les 119 années suivantes, seulement pour être repeuplé par un groupe de moines du monastère de Saint-Antoine sous le patronage du Pape Jean XVI d’Alexandrie (1676-1718), qui a favorisé une vaste reconstruction du monastère en 1701.
Le monastère moderne a trois églises différentes. Celui de Saint Paul l’Anachorète, construit sous terre, était à l’origine creusé dans la grotte où vivait le saint et où sont conservés ses restes. Les deux autres églises sont nommées d’après Saint Mercurius et l’Archange Michel. Le monastère est entouré de hauts murs, construits au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Il possède également une tour (donjon), un ancien réfectoire, un moulin et une source qui aurait servi Saint Paul l’Anachorète durant ses quatre-vingts ans de solitude dans cette région. Un deuxième site, connu sous le nom du puits de Marie est nommé d’après Marie, la sœur de Moïse, qui aurait lavé ses pieds là pendant l’Exode. Ce monastère contient de nombreux manuscrits illustrés, dont la version copte de la Divine Liturgie et le Commentaire de l’Épître à Titus de Saint Jean Chrysostome.

(Visited 7 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires