Vers la restauration de la crédibilité de l’Unesco

20-10-2017 08:37 PM


A la suite de la défaite face à l’ancienne ministre de la Culture française, Audrey Azoulay, qui a été élue Directrice générale de l’UNESCO après une course de quatre rounds inhabituellement échauffée, Mouchira Khattab, candidate égyptienne, a remercié le peuple égyptien.
“La performance de Khattab dans la campagne électorale de l’UNESCO était forte et honorable… Khattab a été un bon visage pour l’Egypte dans cette campagne, sans compter qu’elle est une figure diplomatique et internationale exceptionnelle”, a déclaré un communiqué publié par le comité des affaires étrangères du parlement. Le comité a affirmé que Dr Khattab et les membres de son équipe de campagne ont pu contester quatre tours de l’élection de manière «très professionnelle, faisant face avec sagesse à tous les obstacles auxquels elle a dû faire face dans cette bataille».
Dans son allocution au peuple égyptien prononcée au parlement, Dr Khattab a déclaré: «Quand j’ai fait campagne pour le poste le plus important de l’UNESCO, je ne savais pas que je me lancerais dans un merveilleux voyage dans le cœur des Égyptiens, au cours duquel leur amour et leur appréciation m’ont fait honneur de représenter l’Egypte
«Mon cœur déborde de gratitude envers chaque homme et chaque femme, jeunes et vieux, privilégiés et défavorisés, qui m’ont souhaité du bien et m’ont soutenu par leurs vœux et leurs intentions d’amour. Je leur dis: «J’ai gagné votre amour, et cela me compense amplement de ne pas avoir gagné un poste pour lequel je m’efforçais de réaliser de nobles objectifs».
Dr Khattab a remercié tous ceux qui l’ont soutenue et ont parrainé sa campagne: le président Abdel Fatah al Sissi, le Premier ministre Chérif Ismaïl, le ministre des Affaires étrangères Sameh Choukri et toutes les organisations civiles qui ont été pour elle une «source de force». Elle a dit qu’elle n’oublierait jamais leur soutien et leurs encouragements. “Nous avons concouru au nom de l’Egypte, avec la tradition égyptienne d’intégrité et de désir de servir l’humanité.”
“Le concours a officiellement pris fin”, a noté Dr Khattab, “mais cela ne s’est pas terminé pour moi.” Elle a indiqué qu’elle aspirait à servir les objectifs de l’UNESCO: préserver le patrimoine et la culture des peuples, promouvoir l’éducation et la science, la non-discrimination, l’acceptation des différences, l’interaction et le dialogue, la diversité et le pluralisme culturels et l’illumination. Maintenant, a-t-elle dit, elle peut poursuivre ces nobles objectifs avec le peuple égyptien, fidèle fille d’une vieille civilisation qui détient un crédit incommensurable d’amour, de tolérance et de paix.
Dr Khattab a conclu en disant: «Je rentre chez moi remplie d’amour. J’ai appris de nouvelles lettres dans le mot «humanitarisme», que j’ai hâte d’instiller dans le sol de ma patrie bien-aimée. Vive l’Egypte! ”
La nouvelle Directrice générale de l’Unesco est une femme de gauche marquée par une enfance franco-marocaine où les livres abondaient. Audrey Azoulay, élue vendredi 13 octobre 2017 à la tête de l’organisation internationale, a été ministre socialiste de la Culture en France pendant un peu plus d’un an, jusqu’en mai 2017.
Pendant sa campagne, elle s’est plu à citer l’homme d’Etat français et figure du socialisme Léon Blum (1872-1950), selon lequel l’Unesco devait être “la conscience des Nations unies”.
Mme Azoulay est née le 4 août 1972 à Paris, dans une famille marocaine, originaire d’Essaouira. Son père est le banquier et homme politique André Azoulay, conseiller de l’actuel roi du Maroc comme il l’avait été de son père Hassan II. Sa mère est la femme de lettres Katia Brami. Une famille baignant dans la culture du livre et des débats.
Elle peut se targuer d’un CV bien rempli: ancienne élève de l’Ecole nationale d’administration ENA, qui forme les élites françaises, maîtrises de gestion à l’université Paris Dauphine et à l’université britannique de Lancaster, Sciences-Politiques à Paris. Elle a travaillé durant ses études dans le secteur bancaire. Elle a ensuite été magistrate à la Cour des comptes après avoir occupé plusieurs fonctions à la Direction des médias du ministère de la Culture.
Mme Azoulay qui était opposée au Qatari Hamad Al-Kawari, a obtenu 30 voix contre 28 pour son adversaire. Cependant, le choix des 58 membres du conseil exécutif devra encore être validé par la conférence générale des Etats membres, le 10 novembre prochain.
Notons que l’organisation, confrontée à des dissensions et des difficultés économiques a encore été fragilisée jeudi 12 octobre 2017, par l’annonce du retrait des Etats-Unis et Israël. Washington a justifié sa décision par « ses inquiétudes concernant des arriérés de cotisation à l’Unesco ». En 2011, lorsque la Palestine a rejoint l’Unesco, les Etats-Unis avaient suspendu leur contribution financière qui représente près du quart du budget de l’organisation.
Audrey Azoulay a déclaré que si son élection était confirmée par la conférence générale des Etats membres, « la première chose à laquelle elle s’attacherait » serait de « restaurer la crédibilité » de l’Organisation et la « confiance des Etats membres ».

(Visited 30 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires