Visite fructueuse de Choukry aux Etats-Unis

08-12-2016 01:01 PM


Alors que le monde s’approche du président des États-Unis, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry a commencé une visite à Washington au début du mois pour discuter des relations bilatérales et rencontrer l’équipe de transition de la nouvelle administration.
Choukry a commenté sur le président élu des États-Unis Donald Trump et les relations bilatérales entre l’Egypte et les États-Unis, dans une interview télévisée diffusée mardi soir sur CNN.
“La relation a toujours été précieuse pour les deux côtés et nous avons extrait des avantages et il en est de même pour les États-Unis,” a-t-il affirmé.
Interrogé sur les perspectives des relations entre l’Egypte et les États-Unis, sous la présidence de Trump, au milieu de sujets controversés comme le projet d’interdiction d’entrée des musulmans, Choukry a déclaré qu’il n’y avait pas une discussion d’une telle nature spécifique, avec le vice-président élu Mike Pence.
“Je ne peux pas dire qu’il ya eu une réaction violente à la déclaration”, a signalé Choukry, ajoutant qu’il y avait un désir que toute politique serait entreprise “avec soin et considération que toute forme de profilage racial n’est pas en phase avec la Compréhension des droits de l’Homme par la communauté internationale. “
“Nous n’intervenons pas traditionnellement dans la façon dont les sociétés organisent ou légifèrent en rapport avec leurs affaires internes,” a-t-il noté.
Cependant, Choukry a estimé que les idées de Trump et les propositions controversées «se développeront et continueront d’évoluer au fur et à mesure que l’appareil politique sera mis en place».
Dans une interview au journal Asharq al-Awsat, Choukry a souligné l’importance des relations entre l’Arabie saoudite et l’Égypte, notant que les deux pays partagent une histoire commune et un destin commun.
“Notre objectif est de promouvoir ces relations et de les mettre dans un cadre qui sert également les intérêts des deux parties”, a déclaré le ministre égyptien.
Il a également indiqué que le Royaume et l’Égypte entretenaient une coopération permanente et avaient des points de vue communs sur de nombreuses questions bilatérales et régionales, notamment en ce qui concerne la sécurité intérieure arabe.
“L’Egypte a exprimé dans plusieurs circonstances son soutien au Royaume et aux Etats du Golfe face aux défis et à l’ingérence des forces étrangères”, a-t-il noté.
“Ce partenariat est la garantie d’un avenir plus sûr et plus stable”, a-t-il ajouté.
Le président Abdel Fattah Al-Sissi n’avait pas parlé du gouvernement syrien actuel lorsqu’il a parlé de la position de l’Egypte sur la Syrie, a déclaré d’autre part le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukry.
Al-Sissi disait plutôt que les armées nationales seraient mieux placées pour prendre la responsabilité de lutter contre le terrorisme dans leurs pays, au lieu de s’appuyer sur l’intervention étrangère.
Dans une interview avec la chaîne de télévision américaine PBS, Choukry a ajouté que l’Egypte croit qu’une solution politique inclusive qui regroupe toutes les factions politiques est la meilleure issue pour la crise syrienne, ajoutant qu’Al-Sissi n’a pas annoncé son engagement envers aucune faction politique.
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, était arrivé à New York mardi soir pour rencontrer le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, après avoir conclu une visite de quatre jours à Washington.
Choukry a discuté avec Guterres “de diverses questions à l’ordre du jour de l’ONU et du Conseil de sécurité ainsi que les relations entre l’Egypte et l’organisation internationale”.
Guterres, le Secrétaire général portugais désigné, assumera son rôle le 1er janvier 2017 pour un mandat de cinq ans.
Choukry a présenté aussi au Secrétaire général désigné la vision globale de l’Égypte en ce qui concerne le rôle des Nations unies dans la paix et la sécurité internationales, la croissance économique et le développement, la consolidation de la paix et la lutte contre le terrorisme».
L’Égypte a un mandat de deux ans en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a débuté au début de cette année.
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, s’est entretenu mardi avec le président du Comité des États-Unis pour les forces armées, Mac Thornberry, à Washington, et a demandé que les États-Unis augmentent leur aide militaire à l’Égypte pour soutenir les efforts du pays dans la lutte contre le terrorisme et le maintien de la stabilité au Moyen-Orient.
Choukry a déclaré au représentant du Congrès que le programme d’aide militaire des États-Unis à l’Égypte nécessite un examen puisqu’il a été mis en œuvre il y a plus de trois décades.
Thornberry a indiqué que l’administration nouvellement élue est prête à coopérer avec des partenaires en Egypte sur le resserrement des relations entre les deux pays.
Le membre du Congrès a transmis un message au peuple égyptien indiquant que les États-Unis resteraient toujours en faveur de l’Egypte, la stabilité et le succès de l’Egypte étant vitaux pour les intérêts américains dans la région du Moyen-Orient.
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukry, avait rencontré le président de la Chambre américaine des représentants, Paul Ryan, en disant que la réunion avait “mis en lumière les relations stratégiques entre l’Egypte et les États-Unis”.
Le troisième jour de sa visite à Washington, Choukry a également rencontré d’autres dirigeants du Congrès.
«C’était une réunion très fructueuse entre le ministre Choukry et le président de la Chambre Ryan, renforçant les relations américano-égyptiennes», a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères sur Twitter.
Choukry a commencé son voyage en signant un mémorandum d’accord bilatéral avec son homologue américain John Kerry, imposant des restrictions à la vente illégale de matériel archéologique égyptien.
Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères Ahmed Abou Zeid a noté que l’accord est “considéré comme le premier signé par les États-Unis avec un pays au Moyen-Orient dans ce domaine”.
Choukry a en outre tenu des discussions intensives avec les dirigeants du Congrès des États-Unis dans les deux chambres, y compris les membres du Comité des services armés du Sénat, pour discuter des défis régionaux au Moyen-Orient et du rôle de l’armée égyptienne dans la promotion de la stabilité dans la région.
Les responsables ont également discuté des récents développements économiques, politiques et sociaux en Egypte.
En marge de sa visite, Choukry a assisté à une réception organisée et accueillie par l’ambassade égyptienne à Washington pour célébrer le rapatriement de quatre artefacts égyptiens qui ont été introduits en contrebande aux États-Unis.
 
(Visited 1 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires