Clôture de la troisième édition de “Forever is Now”

26-11-2023 08:08 AM


La troisième édition de “Forever is Now” (Toujours est maintenant), une ambitieuse exposition d’art sur le plateau de Guizeh en Égypte, rassemblant une série de sculptures et d’installations à grande échelle de 14 artistes contemporains du monde entier qui conversent avec les pyramides monumentales a été clôturée hier. L’exposition s’est tenue sous les auspices du ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités, du ministère égyptien des Affaires étrangères et sous le patronage des Commissions nationales de l’UNESCO.

« Forever Is Now 03 voit notre vision vraiment se mondialiser. Organisateurs de l’exposition, CulturVator est maintenant une entité internationale représentant l’Égypte à l’échelle mondiale, tandis qu’Art D’Egypte agit comme un pont culturel qui fait passer notre vision du local à l’international. Cette année, nous regardons vers l’avenir, tout en honorant notre passé et en restant enracinés dans le présent. Notre thème de conservation est centré sur le jeu et l’idée que l’espoir est notre force motrice, alors que nous visons une fois de plus à repousser les limites et à présenter quelque chose de nouveau chaque année », avait déclaré Nadine Abdel Ghaffar, fondatrice et conservatrice Art D’Egypte.

Comme prévu, plusieurs artistes se sont inspirés de l’architecture emblématique des pyramides de Guizeh, l’artiste saoudien le plus remarquable Rashed Al Shashai dont la « pyramide translucide » rivalise avec les trois monuments anciens pour attirer l’attention. Construite à partir de paniers en osier, l’installation spécifique au site rend hommage à l’ancien métier de tissage en osier de l’Égypte, soulignant l’importance de préserver les techniques traditionnelles tout en promouvant l’innovation et la créativité.

L’installation de 10 mètres de haut de l’artiste égyptien Mohamed Banawy, “As Above, So Below, Dome of Starry Sky” (En bas comme en haut, Dôme du ciel étoilé), a également la forme d’une pyramide, bien que seulement lorsqu’elle est vue de face. Fabriquée à partir d’une matrice de sculptures en forme d’étoile de mer montées sur des tiges, la pièce fait référence au deuxième verset de la Tablette d’émeraude, un texte hermétique cryptique qui aurait été écrit par le dieu égyptien Thot. Le nom de l’œuvre d’art fait également référence aux lois essentielles de l’équilibre et de l’harmonie qui, selon la philosophie cosmique égyptienne antique, garantissent que le monde n’est pas consumé par le chaos et l’obscurité.

Moins grandiose dans le design, mais tout aussi puissant dans la contemplation inspirante, est “TEMPLE •I•” de l’artiste français Stephan Breuer, un triangle doré suspendu de lumière pure qui permet aux visiteurs de s’arrêter et de réfléchir à la fois sur le monde extérieur et sur leur moi intérieur. Conçue comme une “apparition divine”, la pièce est un symbole éthéré de l’énergie spirituelle du site archéologique.

Les « Trésors » de l’artiste des Émirats arabes unis Azza Al Qubaisi mélangent les volumes géométriques de la pyramide avec les formes organiques des dunes de sable environnantes dans une installation en forme de labyrinthe que les visiteurs peuvent parcourir. Fait de tôles d’acier doux et d’acier inoxydable, le paysage métallique aux couleurs terreuses que l’artiste a créé juxtapose les mystères du paysage désertique avec les souvenirs culturels, les histoires et les motifs représentés par les monuments anciens.

Une pyramide se trouve également au sommet de la « Porte des miroirs » de l’artiste argentin Pilar Zeta, un portail sculptural inspiré de l’ancien mysticisme égyptien. Mélangeant des matériaux naturels et artificiels, l’œuvre d’art cérémonielle, décrite par l’artiste comme “une porte inter dimensionnelle entre le temps et l’espace”, est une composition éclectique d’éléments symboliques, y compris un chemin qui représente la dualité, des sphères bleues irisées qui représentent le coléoptère sacré, un symbole de renaissance et de régénération, et un œuf miroir symbolisant un potentiel illimité et l’auto exploration.

Tout aussi mystérieuse est l’installation « Reality is Timeless » (La réalité est intemporelle) de l’artiste bahreïni Rashid Al Khalifa, un groupe de volumes rectilignes imposants qui émergent du sol sous différents angles. Fabriquées à partir de panneaux perforés en cuivre et en laiton, les pièces sont enveloppées de motifs géométriques élaborés présentant des diagrammes d’un ancien labyrinthe égyptien. De manière haletante et futuriste dans leur conception mais imprégnée d’anciennes références mythologiques, l’installation joue avec des notions d’intemporalité en invitant les visiteurs dans un cadre où le passé, le présent et l’avenir se rejoignent.

L’artiste brésilien Artur Lescher explore quant à lui la relation entre les humains et leur place dans l’univers avec “Observatory Meta Oiko” (L’Observatoire Meta Oiko), une sculpture prismatique créée à partir de surfaces réfléchissantes et translucides qui invite les visiteurs à prendre le panorama des pyramides d’un point de vue différent.

Tout comme la « porte du miroir » de Pilar Zeta, « le temple fantôme » du sculpteur égypto-britannique Sam Shendi également prend la forme d’un portail mystérieux, cette fois inspiré des anciens temples égyptiens. Fabriqué à partir de tiges d’acier peintes dans une teinte rouge vibrante, le temple fantomatique et squelettique illustre l’impact durable des structures anciennes disparues depuis longtemps en démontrant à quel point il est facile de les évoquer dans notre imagination et donc de ressentir leur énergie.

De plus de quatre mètres de haut, la sculpture envoûtante de la designer néerlandaise Sabine Marcelis rend hommage au cadran solaire qui a été inventé à l’origine par les Égyptiens en 1500 av. J.-C. Nommée d’après le dieu égyptien du soleil, “RA”, l’œuvre d’art est faite de verre solaire laminé dont les teintes rouge et jaune produisent une empreinte de lumière en constante évolution au fur et à mesure que la journée progresse, tout en exploitant l’énergie du soleil pour qu’il puisse continuer à être illuminé après le crépuscule.

Une autre divinité égyptienne ancienne à faire son apparition est Hathor, avec l’aimable autorisation de l’artiste américaine Carole Feuerman dont la sculpture en bronze patiné de la déesse prend la forme dynamique d’une femme contemporaine. Hathor est associé à l’eau et à la fertilité et Feuerman s’efforce de capturer la fluidité gracieuse qui rappelle l’eau.

L’artiste grec acclamé Costas Varotsos évite la mythologie égyptienne en se concentrant plutôt sur la relation entre le Nil et le plateau de Guizeh. Son installation “Horizon” se compose de huit anneaux métalliques joints, d’un signe du dôme céleste et du cycle de la vie, qui ont été à moitié remplis de fines couches de verre, la technique signature de l’artiste. En face du paysage désertique, les textures de verre donnent l’impression d’eau, délimitant un horizon illusoire qui unit les pyramides au Nil.

La résonance symbolique du cercle se trouve également dans la sculpture circulaire « Aurora » de l’artiste belge Arne Quinze. Encadrant stratégiquement les vues de l’une des pyramides, la sculpture métallique fonctionne comme une « porte temporelle » qui comble, selon les mots de l’artiste, « l’écart entre les années d’antan et de demain ». Composée de pièces d’aluminium abstraites, de forme organique, écrasées ensemble pour former un anneau géant, l’œuvre d’art explore la force et la fragilité de la nature.

Dans « Méditation sur la lumière » de l’artiste grec Dionysios, le dieu égyptien du soleil converse avec Apollon, le dieu grec du soleil. L’installation prend la forme d’un tapis texturé dont les marques abstraites, faites d’une myriade de feuilles de laiton plaquées or sur du lin, tracent le chemin du soleil du crépuscule à l’aube. Invité à monter sur le tapis doré, les visiteurs sont immergés dans un cadre de lumière chatoyante.

Enfin, l’artiste français JR a créé une vaste tapisserie de portraits en noir et blanc dérivés de sa participation à la deuxième édition de “Forever is Now” en 2022 lorsque les visiteurs ont été invités à entrer dans un photomaton interactif en forme de pyramide pour faire prendre leur portrait. L’entrée de cette année de l’artiste voyait 130 de ces portraits à grande échelle.

« Forever Is Now 03 : L’avenir est à nous » est une ode à l’enchantement du patrimoine culturel de l’Égypte ancienne, et les installations contemporaines témoignent de l’évolution continue de l’art. Se déroulant à une époque tumultueuse qui voit notre présent perturbé de multiples façons, l’exposition est un hommage à la continuité de notre civilisation et à notre quête incessante de la vie. L’espoir et la foi sont ancrés dans notre connaissance du passé et dans la croyance inébranlable qu’il n’y a pas de conception de l’avenir sans histoire.

(Visited 7 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires