La victoire d’Emmanuel Macron saluée à l’international

10-05-2022 11:33 AM


Emmanuel Macron a défait la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle française, récoltant un peu plus de 58 % des suffrages. En assurant le dimanche 24 avril sa réélection, Emmanuel Macron a imité François Mitterrand et Jacques Chirac, jusque-là les seuls présidents qui étaient arrivés à se faire élire une seconde fois.

Les réactions à l’international se sont multipliés après l’annonce de la victoire d’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle française.

Le Président Egyptien Al-Sissi a félicité Macron d’avoir remporté un nouveau mandat présidentiel:”Je félicite le président français Emmanuel Macron d’avoir remporté les élections présidentielles pour un nouveau mandat présidentiel, en lui souhaitant de poursuivre sa carrière et de conduire son pays pour plus de progrès et de prospérité. J’affirme que les relations égypto-françaises étaient et sont toujours historiques, étroites et croissantes, nous aspirons à poursuivre les consultations et la coordination mutuelle sur un certain nombre de dossiers régionaux et internationaux d’intérêt commun.” tweeté par le Président Al-Sissi.

Le président américain Joe Biden a félicité son homologue français, affirmant que leurs deux pays continueront à coopérer pour “défendre la démocratie”.

“J’ai hâte de poursuivre notre étroite coopération, notamment pour soutenir l’Ukraine, pour défendre la démocratie et pour contrer les changements climatiques”, a tweeté M. Biden, qualifiant la France de “partenaire clé pour faire face aux défis mondiaux”.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau avait publié un message dans la même veine, affirmant avoir hâte que le Canada et la France poursuivent leur travail sur des “enjeux importants”, qui vont de “la défense de la démocratie à la lutte contre les changements climatiques et à la croissance économique pour la classe moyenne”.

“En ces temps incertains, renforcer les relations entre les pays est une priorité absolue. Le Canada et la France vont continuer à travailler ensemble pour défendre leurs valeurs communes et construire un avenir prospère pour les habitants des deux pays”, a-t-il ajouté dans une déclaration en provenance de son cabinet.

Sur la scène provinciale, le premier ministre du Québec, François Legault, a dit vouloir poursuivre le travail entamé avec le président réélu, ajoutant être “fier de la relation du Québec avec la France”.

De nombreux élus européens ont également salué avec enthousiasme cette deuxième victoire – plus étroite qu’en 2017 – de M. Macron face à sa rivale, qui disait vouloir réformer l’Union européenne de l’intérieur et construire une “Europe des nations”.

En Italie, le chef du gouvernement, Mario Draghi, a décrit la victoire d’Emmanuel Macron comme une “magnifique nouvelle pour toute l’Europe”.

Sans surprise, l’Allemagne voisine a rapidement salué la victoire d’Emmanuel Macron, parlant d’un “signal fort en faveur de l’Europe”. Dans une tribune parue jeudi dans le journal Le Monde, le chancelier allemand Olaf Scholz avait joint sa plume à celles de ses homologues du Portugal et de l’Espagne pour appeler les Français à “voter contre” la candidate “d’extrême droite, qui se range ouvertement du côté de ceux qui attaquent notre liberté et notre démocratie”.

Pendant la campagne présidentielle, Marine Le Pen s’est distinguée d’Emmanuel Macron en assurant qu’elle prendrait ses distances avec l’Allemagne si elle était élue présidente, notamment en matière d’armement et de défense.

“Marque de l’amitié franco-allemande”, selon l’Élysée, Olaf Sholz a été le premier chef d’État a appeler Emmanuel Macron pour lui transmettre ses félicitations après l’annonce de sa victoire.

Les dirigeants de deux des principales institutions de l’Union européenne ont également exprimé leur satisfaction quant au résultat de l’élection.

“Chaleureux bravo, cher Emmanuel Macron. En cette période tourmentée, nous avons besoin d’une Europe solide et d’une France totalement engagée pour une Union européenne plus souveraine et plus stratégique. Nous pouvons compter sur la France cinq ans de plus”, a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est elle aussi réjouie de pouvoir continuer à travailler avec Emmanuel Macron, affirmant “qu’ensemble, nous ferons avancer la France et l’Europe”.

Emmanuel Macron a également reçu des félicitations de la part du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui le considère comme “un vrai ami de l’Ukraine”.

“Je lui souhaite de nouveaux succès pour le bien du peuple français. J’apprécie son soutien et je suis convaincu que nous avançons ensemble vers de nouvelles victoires communes. Vers une Europe forte et unie!” a déclaré M. Zelensky, qui a signé une demande d’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne le 28 février dernier, soit quatre jours après le début de l’invasion russe de son pays.

Des félicitations ont également été envoyées d’outre-Manche, où le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, s’est dit “heureux” de “continuer à travailler sur des sujets clés pour nos deux pays et pour le monde”, qualifiant la France d’alliée “proche et importante”.

Un succès que le natif d’Amiens a célébré le 24 à partir de 21h30, devant ses soutiens dans les jardins du Champ-de-Mars, à Paris, à proximité de la Tour Eiffel. Dans son discours, Emmanuel Macron a remercié les électeurs ayant voté pour lui, ajoutant qu’il avait « conscience que ce vote l’oblige pour les années à venir ».

En 2017, pour fêter sa victoire, Emmanuel Macron avait choisi un lieu inédit et solennel, le Louvre, où la mise en scène de son arrivée constitua, à rebours de sa campagne, le premier acte d’une présidence verticale et jupitérienne. Le 24 avril, le président réélu – une première sous la Ve République hors cohabitation – avait choisi de retrouver ses soutiens sur le Champs de Mars, avec la Tour Eiffel en toile de fond, afin de délivrer un très attendu discours de victoire , discours de 10 minutes régulièrement interrompu par des « Et un et deux et cinq ans de plus… »

« Après cinq années de transformations, d’heures heureuses et difficiles, de crises exceptionnelles aussi, ce jour du 24 avril 2022, une majorité d’entre nous a fait le choix de me faire confiance pour présider notre République durant les cinq années à venir. Je veux remercier l’ensemble des Françaises et Français qui, au 1er et au 2nd tours, m’ont accordé leur confiance afin de faire advenir une France plus indépendante, une Europe plus forte, et par des investissements et des changements profonds ».

« Je sais aussi que nombre de nos compatriotes ont voté ce jour pour moi, non pour soutenir les idées que je porte, mais pour faire barrage à l’extrême droite. Et je veux ici leur dire que j’ai conscience que ce vote m’oblige pour les années à venir. Je suis dépositaire de leur sens du devoir, de leur attachement à la République et du respect des différences qui se sont exprimées ces dernières semaines. »

Le Président s’est ensuite adressé aux électeurs de Marine Le Pen, empêchant la foule de siffler. « Je ne suis plus le candidat d’un camp, mais le président de toutes et tous » a-t-il avancé. « Je sais que pour nombre de nos compatriotes qui ont choisi l’extrême droite, la colère et les désaccords doivent aussi trouver une réponse. Ce sera ma responsabilité et celle de ceux qui m’entourent. Le vote de ce jour nous impose de considérer toutes les difficultés et de répondre avec efficacité aux colères qui se sont exprimées. »

Emmanuel Macron, qui n’a pas prononcé l’expression de front républicain, a ensuite estimé que les Français ont « fait le choix d’un projet humaniste, ambitieux pour l’indépendance de notre pays, pour notre Europe, un projet républicain dans ses valeurs, social et écologique, un projet fondé sur le travail et la création, un projet de libération de nos forces académiques, culturelles, entrepreneuriales. Ce projet, je veux le porter avec force pour les années qui viennent en étant dépositaire aussi des divisions et des différences qui se sont exprimées et en veillant chaque jour au respect de chacun et en continuant d’œuvrer à une société plus juste et à l’égalité entre les femmes et les hommes. »

Relevant que « la guerre en Ukraine est là pour nous rappeler que nous traversons des temps tragiques », le président estime qu’ « il nous faudra être bienveillant et respectueux car notre pays est pétri de tant de doutes, de tant de divisions. Il nous faudra être fort mais nul ne sera laissé au bord du chemin. Il nous reviendra d’œuvrer à cette unité. Les années à venir, à coup sûr, ne seront pas tranquilles mais elles seront historiques et ensemble nous saurons à les écrire pour nos générations. »

« C’est avec ambition et bienveillance que je veux pouvoir à vos côtés aborder les 5 années qui viennent, cette ère nouvelle qui ne sera pas la continuité du quinquennat qui s’achève mais l’invention collective d’une méthode refondée pour 5 années de mieux au service de notre pays, de notre jeunesse », a expliqué Emmanuel Macron qui s’est dit « si fier de servir à nouveau. Vive la République et vive la France. »

Alors que son épouse le rejoint sur scène, la foule entonne une Marseillaise, prenant de court la cantatrice égyptienne Farrah El Dibany, mezzo soprano de l’Opéra de Paris, qui dans une superbe robe rouge s’est produite au Champs-de-Mars, pour cette soirée du 24 avril qui marquait la victoire d’Emmanuel Macron. Elle a chanté l’hymne national français devant les supporters du président tout juste réélu. Prodige de la scène lyrique, cette amoureuse de la chanson française dresse un pont entre l’Orient et l’Occident.

Le second quinquennat d’Emmanuel Macron désormais commence…

(Visited 16 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires