La crise financière menace l’Irlande

15-12-2011 09:06 AM


Six mois après le sauvetage financier de la Grèce, l’ancien “tigre celtique” irlandais se rapproche à son tour d’un plan d’aide international pour renflouer ses banques mais il se fait encore prier pour l’accepter et les tractations à venir s’annoncent délicates. Une décision de principe pour débloquer des prêts européens et du FMI en sa faveur a été prise mardi soir à Bruxelles lors d’une réunion des ministres des Finances de la zone euro.  Ils s’inquiètent des répercussions des difficultés du secteur bancaire du pays sur toute l’Union monétaire. Mais cette aide ne pourra être activée que si Dublin en fait la demande. La présidence belge de l’UE a mis mercredi la pression en jugeant assez inéluctable l’aide financière compte tenu de l’ampleur des problèmes des banques irlandaises, qui peinent à trouver de l’argent frais sur les marchés en raison de pertes consécutives à l’éclatement d’une bulle immobilière. Cette situation créée des turbulences dans toute la zone euro.  Menacer l’Europe  Le président de l’Union européenne, Herman Van Rompuy, a déclaré que les membres de l’Union européenne doivent s’unir pour surmonter la crise financière qui menace l’Europe. Ces derniers jours, la situation de l’Irlande, faisant partie de la zone euro, s’est subitement détériorée. Ce pays s’inquiète de la nouvelle crise financière. Cependant, l’Irlande n’a pas formulé de demande d’aide auprès de ses partenaires européens dans la conférence annuelle des ministres des Finances de la zone euro. Dublin a seulement demandé une consultation avec toutes les parties pour éviter une crise dans le secteur bancaire irlandais. Rompuy a indiqué, “Nous devons tous travailler de concert afin de permettre à la zone euro de survivre. Car si la zone euro ne survit pas, l’Union européenne ne survivra pas non plus”. Néanmoins, Rompuy a exprimé sa confiance dans ce combat car les membres de l’Union européenne ont proposé des mesures sages mettant en avant l’austérité financière.  Soutien financier à Dublin Les Européens sont obligés, une fois de plus, de répéter qu’ils soutiendront financièrement un des leurs en grande difficulté. Mardi soir les membres de la zone euro ont annoncé qu’ils se préparaient à aider Dublin si les Irlandais le demandaient.  Une mission de la commission de la banque centrale et du fonds monétaire international s’est rendue à Dublin jeudi dernier pour étudier un possible soutien financier aux banques irlandaises. Jusqu’au milieu de l’an prochain, l’Irlande n’a pas besoin d’aller emprunter sur les marchés. Mais les Irlandais ont de la peine à tenir la tête de leurs banques hors de l’eau, ce qui pourrait entraîner l’économie irlandaise dans le gouffre.  Les Européens, le FMI et l’Irlande mettent donc tout en place pour une éventuelle aide qui concernerait uniquement les banques. Mais encore faut-il trouver la méthode pour cette aide ciblée. Des négociations sont en cours et elles se sont s’intensifiées dès jeudi à Dublin. Mais on sent bien que l’Irlande aimerait mieux se passer de ce soutien européen et des mesures d’économies drastiques qui l’accompagnent, d’autant que jusque mi 2011, l’Irlande n’a pas besoin d’emprunter pour fonctionner. Pour certains pays comme l’Espagne ou le Portugal, il y a urgence. Laisser les marchés dans l’incertitude concernant un pays représente un risque de contagion de tous les pays en difficulté. Madrid et Lisbonne ne veulent pas devenir les victimes collatérales de la crise irlandaise. Le fonds de stabilité de la zone euro qui viendrait le cas échéant au secours d’un pays est opérationnel. Son directeur estime qu’en quelques jours il peut trouver sur les marchés plusieurs milliards d’euros à des taux intéressants pour ensuite les prêter aux pays en difficultés.       

(Visited 26 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires