Dernières nouvelles

Rare découverte d'une Chapelle pharaonique

16 Avril 2015 4:44 pm

 

Les archéologues creusant un ancien site du temple au Caire ont découvert une partie d’une chapelle utilisée par un pharaon il y a environ 2300 années, a déclaré mardi le ministère des Antiquités.

La découverte a été faite sur un site dans l’ancienne capitale pharaonique d’Héliopolis, aujourd’hui étalement du travail archéologique et district de la classe moyenne au Caire.

La chapelle a été construite par le roi Nectanebo I, un roi de la 30e dynastie qui régna de 380 à 340 avant JC entre deux invasions perses de l’Egypte ancienne.

Le Roi Nectanebo I fut de la dernière famille royale à gouverner avant qu’Alexandre le Grand ne conquière l’Egypte en 332 avant JC.

“L’histoire montre que le pharaon est arrivé au pouvoir en renversant Néphéritès II, son prédécesseur et le dernier pharaon de la 29e dynastie,” a révélé l’archéologue Chérif el-Sabbane.

L’espace de prière à l’intérieur du plus grand temple “se compose de blocs de basalte sculptés, en plus d’une partie d’une statue royale portant une cartouche du roi Méneptah,” dit le communiqué du ministère.

La statue représente Méneptah, le fils du roi Ramsès II de la 19e dynastie, présentant une offrande à un dieu.

L’équipe égypto-allemande qui a fait l’excavation du site espère découvrir le reste du temple de briques de boue pendant la saison de fouilles, indique le communiqué.

Les Grecs fondèrent la dynastie des Ptolémées, avant que l’Egypte soit intégrée à l’Empire romain.

“C’est la première fois qu’une chapelle est découverte sur le site du temple”, a expliqué dans le communiqué le ministre Mamdouh al-Damati.

La “rareté” de ce type de découverte s’explique par le fait que les pierres du temple solaire d’Héliopolis ont été utilisées pour la construction du Caire islamique, fondé au Xème siècle, et notamment la célèbre citadelle de Saladin –aujourd’hui l’un des principaux sites touristiques de la capitale égyptienne, érigée en 1176– a indiqué un responsable du site archéologique, Ayman al-Ashmawy.

Il a dit en outre qu’ils ont trouvé des couches des collectivités humaines, y compris la poterie et autres objets datant de la Pré dynastie et du début  des Périodes dynastiques.

L’eau souterraine est actuellement réduite de sorte que les travaux d’excavation à l’intérieur du Temple d’Héliopolis puissent être complétés.

Dietrich Rau, chef de l’équipe allemande d’archéologues, a déclaré que le reste de la chapelle sera probablement découvert dans la prochaine saison, ajoutant qu’il espère qu’encore plus les objets se trouvent dans ce site dans un avenir proche.

Héliopolis

L’Ancienne Héliopolis était une des plus anciennes villes d’Egypte, mais la plupart de ses bâtiments ont été démontés pour construire Le Caire.

La cité antique d’Héliopolis (la ville du Soleil, en grec ancien) fut un centre important du culte du Dieu soleil, Rê.

Héliopolis fut la capitale religieuse du pays. Elle fut à l’origine consacrée au Dieu Atoum, Dieu qui dans la genèse des divinités Égyptiennes, occupe la place du créateur et qui sera plus tard la personnification du soleil couchant, sous une forme du Dieu .Atoum fut vénérée dans le temple principal qui était connu sous le nom Per-Ath “Grande Maison” et Per-Atoum “Temple [maison] d’Atoum”. On vénérait aussi à Héliopolis toutes les divinités liées au soleil : Le Dieu Khépri, représentant le soleil renaissant ; le Dieu Atoum-Rê, représentant le soleil couchant ; le Bénou, oiseau représentant l’âme de  qui le précède dans la barque céleste etc… 
  
   On y adorait aussi le Dieu taureau Mnévis, animal sacré, incarnation terrestre vivante d’Atoum puis du Dieu , choisi par les Prêtres selon des critères très stricts. Le taureau sacré était gardé dans le temple d’Héliopolis où il paissait dans un enclos sacré et à sa mort, il était enterré avec tous les honneurs. Plusieurs tombes de ces animaux furent mises au jour dans la cité au Nord de l’enceinte du temple de . La ville était également le siège d’un culte de la Déesse Hathor, Dame du Sycomore. Selon la légende c’est à Héliopolis, au milieu d’un bois sacré, que se trouvait l’arbre-ished, un perséa sacré, sur les fruits duquel Thot inscrivait les noms de chaque souverain, héritier du trône d’Horus. Un autre arbre, l’acacia de la Déesse Ioûsas, était déifié dans la cité.

On y vénérait aussi Nebethetepet “La Dame de la satisfaction” Déesse coiffée de cornes de vache entourant un disque solaire, Elle fut créée tardivement en tant que contrepartie féminine d’Atoum, au même titre que la Déesse Ioûsas. À l’Ancien Empire (2647-2150) les cultes d’Atoum et de  entrèrent en concurrence avec celui du Dieu Ptah, adoré dans la ville voisine de Memphis et dont le culte est attesté dès la Période Thinite (v.3150-2647). La cité se développa surtout sous le Nouvel Empire (1549-1080), comme capitale religieuse, lorsque , sous le nom d’Amon-Rê, devient le Dieu principal du panthéon Égyptien. Le mythe d’Atoum lui aussi fusionna à cette époque dans le Panthéon avec celui de , qui était également le créateur et un Dieu solaire, sous le nom d’Atoum-Rê, sous l’aspect d’un vieillard courbé. 
Héliopolis fut à cette période la seconde métropole après Thèbes. Ses deux principaux temples furent celui consacré à Atoum et un grand temple consacré à , qui atteint son apogée sous le règne du PharaonRamsès II (1279-1213), il comptait alors près de 13 000 Prêtres à son service et servait de dépôt aux archives royales. La ville fut également la source d’origine du culte de l’Ennéade du panthéon. Au cours de la Période d’Amarnienne, Le Pharaon Akhenaton (ou Amenhotep IV, 1353/52-1338) introduisit le monothéiste avec le culte d’Aton, Dieu du disque solaire. Héliopolis se vit alors doter, pour diviniser ce dernier, d’un temple qui lui fut consacré nommé Ouetjes Aton “En donnant au Disque solaire”. Ahmosé sera Grand Prêtre de  à Héliopolis sous le règne de son frère (ou demi-frère) Thoutmôsis IV (1401/00-1390). Une stèle lui étant attribuée se trouve aujourd’hui au musée de Berlin et une statue brisée le représentant se trouve dans celui du Caire. Un des fils de la Reine Néfertari et de Ramsès IIMériatoum sera lui aussi Grand Prêtre d’Héliopolis