Antiquités égyptiennes au Musée d’art de Cleveland

30-05-2024 02:19 PM


Après une première étape au «The Metropolitan Museum of Art» à New York inaugurée en novembre dernier, avec onze pièces provenant du musée du Caire, du musée copte et du monastère Sainte-Catherine, l’Egypte participe à la deuxième et dernière étape de la plus grande exposition itinérante aux Etats-Unis d’Amérique «Africa and Byzantium » (L’Afrique et l’Empire Byzantin) qui se tient du 14 avril jusqu’au 22 juillet 2024 au Musée d’art de Cleveland dans l’Ohio. A travers des œuvres antiques, « Africa & Byzantium » montre le rôle de l’Egypte dans la prospérité des relations et des échanges culturels entre l’Empire byzantin et l’Afrique du Nord et de l’Est, du IVe au XVe siècle.

L’Égypte revêtait une importance stratégique pour Byzance en raison de sa situation à l’intersection de l’Asie occidentale, de l’Afrique du Nord et de la mer Méditerranée. Elle fut également un centre religieux, intellectuel et économique de Byzance pendant des centaines d’années. C’est pour cette raison que l’Égypte fait partie de cette exposition.
Le chef du secteur des musées au Conseil suprême des antiquités, a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture le mois dernier que l’Égypte avait présenté tout au long de son histoire un modèle de coexistence entre différentes cultures et coutumes. “De nombreuses civilisations vivaient en harmonie en Égypte et ses relations avec divers pays étaient influentes”, a-t-il ajouté. « L’Égypte a également joué un rôle important dans l’épanouissement des relations et des échanges culturels avec l’Empire byzantin (vers 330-1453)», a-t-il déclaré.
La province de l’Égypte byzantine était un centre intellectuel, économique et religieux où l’on parlait et lisait l’égyptien, le grec, le latin, l’araméen et le persan. La ville côtière d’Alexandrie était une plaque tournante du savoir et du commerce. Son port approvisionnait en céréales égyptiennes Constantinople, la capitale impériale.
Les débats religieux y conduisirent au développement du culte de la Vierge Marie et l’image de la Vierge à l’Enfant se répandit depuis l’Egypte à travers le bassin méditerranéen. Les bijoux égyptiens byzantins et les textiles à grande échelle incorporaient des images à la fois laïques et religieuses avec des liens significatifs avec la capitale impériale et mettaient en lumière l’impact durable du passé gréco-romain classique. Les clients d’élite de Byzance ont commandé des objets de luxe fabriqués en Égypte comme marqueurs de classe et de statut.
L’exposition explore la position de l’Afrique dans la vie artistique, culturelle, économique et sociopolitique du monde byzantin. Du IVe au VIIe siècle, la culture visuelle et intellectuelle byzantine a été façonnée par de riches mécènes, artistes et chefs religieux d’Afrique du Nord.
Les pièces égyptiennes comprennent le triptyque du Musée copte, qui présente le style et l’iconographie byzantins, typique des XIIIe et XVe siècles retraçant l’intégralité des événements de la Semaine Sainte. Il existe également l’étui à calice en bois, élément important de la liturgie copte. La représentation de la Vierge Marie et de l’Enfant Jésus sur le calice peint représentait une renaissance de l’iconographie de l’époque byzantine au milieu du XVIIIe siècle.
Prenant la forme d’une maison à plusieurs étages, un magnifique coffre nuptial incrusté d’ivoire est décoré de peintures à l’encaustique qui semblent avoir une source méditerranéenne. Les panneaux représentent des motifs mythologiques liés à la fertilité et à la prospérité. Les personnages représentent le dieu égyptien Bès, d’élégantes ménades et des satyres tuant des bêtes mythologiques.
Deux couronnes métalliques sont également exposées : de larges cercles d’argent battu, richement incrustés de diverses pierres précieuses et ornés d’insignes royaux et divins, notamment des représentations d’Horus et d’Isis.
Un autre artefact étonnant est le chandelier d’Apollon et d’autres dieux représentant les œuvres d’art luxueuses extraites des tombes royales de l’Antiquité tardive en Basse Nubie. Ce chandelier de la fin du IVe siècle et du début du Ve siècle illustre la manière dont les artistes locaux ont créé l’art classique de cette période.
La présentation des icônes du monastère Sainte-Catherine dans l’exposition est d’une grande importance pour leur valeur religieuse, historique et artistique. Le monastère comprend une collection unique d’une grande valeur artistique, le tout conservé dans le musée, l’église de la Transfiguration, la galerie de peintures, les petites églises et les annexes, les loges des prêtres, les silos et bien d’autres lieux dans le monastère. Ces icônes couvrent une longue période allant du VIe au XIXe siècle après JC.

Les icônes des VIe et VIIe siècles après JC sont considérées comme les plus anciennes du monastère. Elles sont coulées en cire et leurs couleurs sont fixées à chaud, en mélangeant de la cire à haute température avec des colorants végétaux.

A cet égard se trouve dans l’exposition l’icône de la Vierge et du Seigneur, à leur droite figurent deux saints et derrière eux deux rois. Les icônes byzantines du monastère de Sainte-Catherine, qui datent du IXe au XIIe siècle après JC se caractérisent par la précision de leur forme. Parmi ces icônes, un grand nombre ont été produites par des laboratoires byzantins. .

Il y a des icônes dans le monastère qui sont considérées comme des documents importants pour l’histoire du monastère et la vie spirituelle dans la région de la Montagne Sainte. Ce sont ce qu’on appelle les icônes de Sinaïtiques qui remontent à la période comprise entre le XIIe et le XVe siècle après JC. Elles représentent des personnages historiques qui ont eu un contact direct avec le monastère et ont contribué efficacement à son cheminement spirituel (moines – chefs de monastère – patriarches – personnages sanctifiés comme le prophète Moïse et Sainte Catherine).

Parmi ces icônes de l’exposition se trouve celle de Saint Georges, bien en vue dans l’uniforme de guerrier, avec une lance dans la main droite et un bouclier orné de motifs floraux dans la main gauche, et autour sa tête une auréole dorée sacrée. Le cadre de l’icône contient des scènes de la vie du saint datant du 13ème siècle après JC.

Une icône en mosaïque représentant la Vierge Guide portant Jésus-Christ dans la main droite, datant de l’an 1200 après JC, et l’icône de la nourrice qui représente la Vierge Marie vêtue de vêtements noirs avec des décorations florales en or, portant Jésus-Christ avec l’auréole sacrée autour de sa tête, datant du 14ème siècle après JC, font également partie des pièces exposées. Il y a aussi des icônes crétoises du monastère qui mettent en lumière la profondeur des relations égypto-grecques.

A noter que la bibliothèque du monastère Sainte-Catherine est la deuxième au monde après celle du Vatican en termes d’importance de ses manuscrits, puisqu’elle comprend 4.500 des manuscrits les plus importants au monde, dont 600 manuscrits arabes, en plus d’un millier de rouleaux écrits en arabe, et de 2319 manuscrits grecs, outre des manuscrits syriens, coptes, éthiopiens, slaves, amhariques, arméniens, anglais, français et polonais.

Il s’agit de manuscrits historiques, géographiques et philosophiques dont les plus anciens remontent au quatrième siècle après JC. Certains de ces manuscrits ont été écrits dans le Sinaï et d’autres proviennent de Palestine, de Syrie, de Grèce et d’Italie. Le monastère Sainte-Catherine participe à l’exposition avec l’un de ces manuscrits datant du XIe siècle après JC, qui est le manuscrit du voyage de Cosmas en Inde, composé de 211 pages de parchemin écrit en grec.

(Visited 6 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires