Dernières nouvelles

Patriarche des Chaldéens, juge « décevante » l’intervention américaine en Irak

Michael Victor

11 Août 2014 8:44 pm

Mgr Louis Raphaël Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens, a fait le point sur la situation des chrétiens d’Irak, dans une lettre ouverte publiée dimanche 10 août.

Il juge « décevante » l’intervention américaine concentrée sur la protection d’Erbil.

Mgr Louis Raphaël Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens, a jugé dimanche 10 août l’intervention américaine en Irak « décevante », dans une lettre ouverte publiée sur le site du Patriarcat.

« La position du président américain Obama de n’apporter une assistance militaire que pour protéger Erbil est décevante » écrit le patriarche.

Les Américains « ne vont pas attaquer les positions de l’État islamique à Mossoul et dans la plaine de Ninive (…) ils n’envisagent pas une solution rapide pour donner de l’espoir », regrette le patriarche, qui juge « terrifiantes » les discussions sur une partition de l’Irak.

AU-DELÀ D’ERBIL
Soixante-dix mille chrétiens, ainsi que des membres d’autres minorités, se sont réfugiés à Ankawa, dans la banlieue d’Erbil. Et des chrétiens se réfugient dans d’autres villes, comme à Dohuk qui compte aujourd’hui 60 000 chrétiens et où, selon Mgr Sako, la situation est « pire » qu’à Erbil.

> Retrouvez notre dossier spécial sur les chrétiens d’Orient

D’autres familles auraient trouvé refuge à Kirkouk et Sulaymaniyah, et même jusqu’à Bagdad.

Le patriarche chaldéen se désole du fait qu’il n’y ait aucune « stratégie pour assécher la source de pouvoir et de ressources de ces terroristes islamiques ». Aujourd’hui, rappelle-t-il, l’État islamique contrôle la ville pétrolière de Zumar, les champs pétroliers de Ain Zalah et Batma, et en Syrie, d’Al-Raqqa et Deir ez-Zor. Ils ont été rejoints par des combattants extrémistes islamiques venant de plusieurs pays du monde.

« LE NIVEAU DU DÉSASTRE EST EXTRÊME »
Le patriarche a mis en exergue le difficile accès à l’aide humanitaire. « La mort et la maladie frappent les enfants et les personnes âgées parmi les milliers de familles qui se sont réfugiés partout dans la région du Kurdistan (…) Le manque de coordination internationale ralentit et limite la mise en œuvre d’une assistance efficace à ces milliers de gens qui attendent un soutien immédiat ».

Dans les villages chrétiens situés entre Mossoul et la région du Kurdistan, les églises sont « vides et désacralisées ».

> Lire l’entretien: Mgr Lebrun: « On est face à une extermination des minorités en Irak »

Cinq évêques se trouvent désormais hors de leur évêché, rapporte Mgr Sako, les prêtres et religieuses ont quitté leurs missions et les institutions ont tout laissé derrière elles.