Dernières nouvelles

Décès de Sœur Nirmala, successeur de Mère Teresa

25 Juin 2015 2:43 pm

Les Missionnaires de la Charité sont en deuil. Sœur Nirmala Joshi, qui a succédé à Mère Teresa à la tête de la congrégation, est décédée mardi dernier à l’âge de 81 ans. L’annonce de sa mort a été faite par l’archevêque de Calcutta, en Inde mardi matin : sœur Nirmala Joshi a rejoint le Seigneur. “Elle souffrait d’une maladie cardiaque depuis un bon moment mais elle n’avait jamais perdu son sourire et était toujours enjouée”.. 
 
Elle est partie dans la paix, entourée par les sœurs qui priaient pour elle”. Son corps a été placé dans   l’Eglise de Saint-Jean, avant d’être transféré dans la maison des Missionnaires à Tengra, une banlieue de Calcutta  où une soixantaine de sœurs chantaient et priaient mardi pour célébrer sa vie.
“Sœur Nirmala a fait avancer l’héritage de Mère Teresa, fait de compassion, de douceur, de service aux plus pauvres des pauvres et de sainteté de vie”, a dit l’archevêque.
“Même après avoir quitté la tête des Missionnaires de la charité, elle servait les gens, avait le même entrain qu’avant”.
Sœur Nirmala avait pris la tête de l’ordre six mois avant le décès de Mère Teresa, morte en septembre 1997.
Elle était à la tête des Missionnaires depuis 1997. Elle a ainsi poursuivi l’œuvre de Mère Teresa auprès des plus pauvres et des malades des bidonvilles de Calcutta, avant de se retirer en 2009 pour raison de santé.
Nirmala Joshi est née en 1934 à Ranchi, dans la province de Jharkhand, au sein d’une famille brahmane hindoue d’origine népalaise. Elle choisit de faire ses études dans une institution dirigée par des religieuses du Carmel apostolique. Nirmala se convertit alors au christianisme et reçoit le baptême. A 24 ans, elle décroche son master en sciences politiques avant de suivre des études de droit. Sa rencontre avec Mère Teresa, dans les années 50, va bouleverser le cours de sa vie. La Congrégation des Missionnaires de la charité est alors très peu connue, elle décide pourtant des les rejoindre. Sœur Nirmala prend la tête d’une fondation à Panama, l’une des premières implantations en dehors de l’Inde. En 1976, elle dirige la branche contemplative des missionnaires. 22 ans plus tard, elle est élue supérieure générale et succède à Mère Teresa. Elle fait de la formation religieuse interne l’une de ses priorités. En mars 2009, pour des raisons de santé, elle laisse sa place à sœur Mary Prema élue à son tour supérieure générale. Interviewée en 2007, sœur Nirmala évoquait sa mission. “Devenir partie d’un nouveau Ciel et d’une Terre nouvelle”, disait-elle, “être toujours prête dans cet étroit trottoir du monde à aider ceux qui souffrent… La priorité n’est pas de guérir la maladie ou l’infection”, expliquait-elle alors, “mais de rendre à la personne sa dignité. A aimer pour aimer, à aider pour aider et à accepter que nous ne sommes pas capables de grand-chose”. 
Dans un tweet, le Premier ministre indien Narendra Modi a salué la figure de soeur Nirmala dont la vie « a été consacrée aux soins et au service des pauvres et des démunis ». 
Reconnaissante pour son travail en faveur des plus pauvres, la nation indienne lui a décerné la haute distinction du Padma Vibhushan.