Dernières nouvelles

Monica Georges présente des hymnes coptes avec David junior Choir

18 Janvier 2017 1:59 pm

 
La Mezzo-soprano Monica Georges a présenté un ensemble d’hymnes et de psaumes coptes mélangés avec des airs contemporains avec le David Junior Choir le 15 janvier à l’église Mar Morcos d’Héliopolis pour célébrer Noël copte.
Georges rêve d’apporter les hymnes coptes qu’elle chante doucement à toutes sortes de publics. La chanteuse croit que changer le monde est simple; Il faut seulement un peu de volonté et beaucoup d’amour pour rejeter l’injustice et la tension sectaire.
Née en 1988, dans le quartier de Maadi au Caire, Georges se rend régulièrement à l’église Mar Morcos, dans le quartier résidentiel où elle vit, pour participer à la messe et aux services.
La mezzo-soprano est la principale compositrice du David Junior Choir, qu’elle a fondé en 2007. Le projet construit le travail de son père David, historien copte, prêtre, ingénieur et musicien pour la chorale George Kyrillos.
Georges accueille également le spectacle de télévision Hanranem Tani (chantant pour toujours et toujours), diffusé tous les mardis à 20h sur la chaîne satellite chrétienne El Sat7.
Les hymnes coptes, que Georges et son père ont chantés dans leurs chorales respectives, ont été utilisés dans les prières liturgiques pendant des millénaires. Aujourd’hui, ils conservent le patrimoine copte. “L’Ensemble David ressuscite le temps du prophète David, connu pour avoir porté une lyre avec lui en marchant, entouré de 120 choristes, selon l’Ancien Testament”, explique Georges.
La chanteuse a étudié la théorie musicale au Trinity College de l’Université de Cambridge. «Pour obtenir mon diplôme en théorie musicale et en composition en Égypte, sans déménager à Londres, j’ai suivi des cours de musique à l’école Sacré Cœur de Ghamra, puis j’ai montré mes résultats et mes performances au Trinity College», dit l’artiste. Disciple de plusieurs musicologues étrangers, elle a toujours été encouragée par son père et son mentor, dont elle se passionne pour les hymnes coptes.
Depuis qu’elle a quatre ans, Georges a assisté à toutes les répétitions de chorale de David, partout où ils ont joué. “Mon père, qui a étudié la musicologie avec le compositeur Aziz El-Shawane et le maestro Youssef El-Sissi, à l’Institut de Musique Arabe et à l’Académie des Arts, a été le premier à écrire des partitions et à enregistrer des hymnes traditionnels coptes. Ils peuvent donc être présentés en dehors de la liturgie copte, d’une manière plus contemporaine. Ils peuvent, par exemple, être interprétés par un orchestre complet », explique-t-elle.
Les hymnes coptes ont été précédemment transmis oralement d’une génération à l’autre; Rien n’a été écrit ou enregistré. “La plupart des anciens choristes et chanteurs religieux ont été formés par des aveugles, dont le handicap a permis une aptitude exceptionnelle à mémoriser de longs textes, parfois jusqu’à 575 hymnes. Pour mon père, l’étude des mesures, des rythmes, des échelles et des proportions de la phrase musicale était un élément essentiel pour le travail des hymnes. Ses références étaient l’Institut d’études coptes de la cathédrale Abbassiya et les gardiens de la musique copte traditionnelle: Mikhaïl Guirguis El-Batanouni (1873-1957), et son successeur, Gad Geris, dit Georges.
“Malheureusement, bien que la musique sacrée constitue un riche héritage ancestral aujourd’hui, elle reste inconnue. Sur Internet, nous trouvons toutes sortes de musique, mais pas de musique copte. Même dans l’église copte, très peu de jeunes prêtres parlent le langage liturgique, qui ne peut vivre sans une attention particulière », ajoute la mezzo-soprano.
Fière de cette langue, dans laquelle elle parle couramment, Georges souligne son origine pharaonique: «Des hymnes coptes comme l’Eb-Ouro (Roi de la Paix), Erof (Gloire de Dieu, chanté à Noël), Atay Barsinoss La Vierge Marie), Genaynan (Dieu a pitié de nous), proviennent de la musique sacrée de l’ère pharaonique. Les prières et les psaumes sont complétés par de longues vocalisations, accompagnées par les pulsations d’un triangle et les frictions alternées des cymbales, qui dynamisent les chanteurs.
La soliste voyage régulièrement avec le reste de l’ensemble David pour se produire en Russie, Grèce, Italie, Suède et surtout la France, où ils bénéficient du soutien de plusieurs organisations culturelles.
Monica Georges a également été choisie par le réalisateur et producteur français Hughes de Courson pour participer au 1999 CD Mozart, l’Egyptien, produit par Virgin Classic Ltd. Le projet a été un succès, en mélangeant Mozart avec des musiciens égyptiens, juxtaposant des airs locaux (musique soufie, musique copte, musique populaire, etc.) avec des mélodies classiques. »Hughes de Courson m’entendit chanter le hymne Golgotha 
​​lors d’une répétition avec le David Ensemble. Il a été touché par la vue d’un enfant chantant un tel cantique difficile », se souvient-elle.
Le Mozart, l’album égyptien a aidé le chanteur à obtenir une exposition internationale. À la même époque, elle est invitée à chanter le Golgotha 
​​à l’Opéra de Marseille et à la Cathédrale Saint-Denis de Paris, accompagnée de l’orchestre philharmonique de Sofia et du Chœur de Venise.
En 2000, elle a voyagé en France pour enregistrer la bande originale du film français Belphégor, Le fantôme du Louvre, de Jean-Paul Salomé, composé par Bruno Coulais. “La bande sonore était sur les momies égyptiennes, comme le film. Bruno Coulais est venu en Egypte à la recherche de références musicales. Dans l’ensemble David, la musique se rapproche des hymnes coptes, ce qui est ce qu’il cherchait. “
Après avoir fondé l’ensemble David Junior, Georges a participé à de nombreux projets et performances musicales. En 2014, elle invita la chanteuse libanaise Manal Neema à célébrer Noël avec le David Junior Choir, créant une fusion extraordinaire entre les genres copte et maronite.
Lors de son dernier concert à l’Opéra du Caire, elle a célébré la naissance du prophète Mohammad avec l’ensemble Cairo Steps, ainsi que le Noël catholique, avec des airs de jazz.
«La combinaison de chants religieux est la clé du succès. Nous atteignons les cœurs d’un public plus large, de cultures et de religions différentes. Durant le concert du Caire, j’ai souligné que l’attaque contre l’Eglise El-Boutrosseya ne nous empêchera jamais de célébrer la naissance du Christ, le roi de la paix et de la tolérance.
La chanteuse a présenté son concert de Noël le 15 janvier à l’église Mar Morcos d’Héliopolis qui comprenait quatorze chants diffusés sur Youtube avec l’aide de la chaîne El Sat7.