Dernières nouvelles

L'Église copte au 2ème Sommet de la paix à Séoul

Nevine Gadallah

25 Septembre 2016 5:43 pm

L’Eglise copte a participé à la 2ème commémoration annuelle du 18 Septembre du Sommet de la Paix de l’Alliance mondiale des Religions du 17 au 19 Septembre à Séoul. Le sommet est hébergé par l’Association de la Culture divine, la paix mondiale et la restauration de la Lumière.
Quelque 1000 personnalités de 120 pays à travers le monde ont pris part à l’événement; comprenant les anciens présidents, les ministres actuels de l’État, les juges en chef, les responsables gouvernementaux de haut niveau, ainsi que des représentants des jeunes et des groupes de défense des droits.
Y ont participé également 250 prêtres de 25 pays, représentant 16 religions différentes. Le Père Abraham Emil, secrétaire du conseil de bureau d’Alexandrie représentait l’Église copte orthodoxe au nom du Pape Tawadros II. Le Père Abraham a prononcé un mot sur la Bible comme la principale source des enseignements de l’Église copte.
L’objectif principal des discussions était de savoir comment les religions peuvent avoir une seule voix pour la paix.
Les participants à l’événement ont pris part à diverses réunions pour activer la mise en œuvre de la Déclaration de la paix et la cessation de la guerre. Ils ont couvert des sujets tels que le rôle du système judiciaire dans la résolution de conflits religieux, et le rôle actuel de la Cour internationale de justice des Nations unies dans la résolution des conflits armés.
Lors du Sommet de 2014, l’Association de la Culture divine, la paix mondiale et la restauration de la Lumière a signé l’accord pour proposer la promulgation de la loi internationale pour la cessation des guerres et la paix mondiale. En Septembre 2015, elle a lancé le Comité du droit international pour la paix, qui se compose de spécialistes du droit international, des professeurs et des juges en chef. En Mars 2016, elle a proclamé la Déclaration de la paix et la cessation de la guerre, avec des experts de droit international de divers pays.
Suite à la Déclaration, la campagne «Légiférer la paix» (un mouvement mondial de sensibilisation visant à établir le droit international conforme à la Déclaration) a été menée dans le monde entier. Depuis ses débuts en Mars, 535.493 personnes de 167 pays différents ont signé leur soutien à la Déclaration.
Garagos célèbre Sainte Verena de l’Egypte et de la Suisse
Par ailleurs, la semaine dernière a vu l’Eglise copte dans la ville méridionale de Garagos à Qéna, à 500 km au sud du Caire, célébrer le jour de la fête de Sainte Verena, sainte du quatrième siècle qui est venue de Garagos.
A l’église de Mar-Girgis et la Légion thébaine à Garagos dans la paroisse de Qous et Nagada, les reliques de Sainte Verena ont été sorties de son sanctuaire lors de la levée de l’encens dans les Vêpres à la veille de sa fête le 4 Thout qui correspond au 14 Septembre. Anba Karas, évêque de Mahalla al-Kobra, qui était là pour la célébration, a présidé les Vêpres. Pour louanges et chants chantés pour Sainte Verena par la chorale de diacre et la congrégation, Anba Karas a oint la boîte en bois contenant les reliques de la sainte avec des huiles parfumées, et placé la boîte dans le nouveau revêtement brodé de motifs chrétiens en velours rouge traditionnel et une image de Sainte Verena. Les reliques ont ensuite été transportées dans une procession qui marchait autour de l’autel et dans la nef de l’église au milieu des chants joyeux et hululements d’une congrégation jubilatoire.
Le lendemain, la messe a eu lieu sur l’autel consacré à Sainte Verena dans la même église. Après la messe, les reliques ont été transportées dans une procession vers le sanctuaire de la Légion thébaine à l’église de Garagos.
Les reliques de Sainte Verena avaient été portées à Garagos de son église à Zurich, en Suisse, par Anba Pimen, évêque de Nagada et Qous, en Octobre 1998.
Sainte Verena était la sœur de Saint Maurice qui était un officier de la Légion thébaine de Thèbes, Louxor aujourd’hui, qui était la capitale de la Haute-Egypte et était au troisième siècle attribuée à se battre pour l’empire romain en Rhétie qui est aujourd’hui la Suisse. Elle a accompagné son frère lors de l’expédition de la Légion thébaine dans les Alpes suisses, pour servir les soldats et prendre soin d’eux. Etant chrétien, Saint Maurice et plusieurs de ses collègues égyptiens ont été martyrisés pour leur foi. Ils sont aujourd’hui les saints patrons de Zurich.
Verena est resté dans les Alpes près de l’actuelle Zurich après la mort de son frère, menant une vie de prière et de culte dans une grotte dans les montagnes. Elle avait l’habitude de descendre dans les villages voisins pour servir les pauvres et les malades; et aidait grâce à une connaissance approfondie de la guérison à base de plantes. Elle était particulièrement intéressée dans les soins pour les filles et les jeunes femmes, et a acquis une réputation pour leur enseigner les pratiques de santé et de l’hygiène personnelle. Elle est généralement représentée en train de prendre soin des malades, ou debout avec une cruche d’eau dans une main et un double peigne typique égyptien dans l’autre. On dit qu’elle a accompli de nombreux miracles. Elle est morte en Suisse en 344 à 64 ans.
Aujourd’hui, Sainte Verena est vénérée comme une sainte en Egypte et en Suisse, par les Églises copte orthodoxe, catholique romaine et orthodoxes orientales.