Dernières nouvelles

Le vrai sens de la joie donnée par la Nativité

8 Janvier 2016 6:00 pm

 
Pour la deuxième fois consécutive, dans l’histoire, un président de la république se dirige à la Cathédrale à la veille de la Divine Liturgie de Noël pour féliciter les Coptes à l’occasion de la  fête de la Nativité. Il a exprimé dans des phrases, dites spontanément, toute sa joie. Les salutations d’al-Sissi ont rendu en liesse des centaines de fidèles présents.
 
Se tenant au milieu de l’église et entouré des évêques, le président a félicité les Coptes, lors de son discours en disant: «Bonne fête, je voudrais vous dire deux mots, je vous adresse d’abord les salutations, ainsi que l’appréciation et le respect, et je vous félicite et présente les meilleurs vœux.” Le président a ajouté: “L’année dernière, nous avions dit que nous voulons nous aimer vraiment les uns les autres, et nous respecter vraiment. Souhaitons que nous sachions nous aimer les uns les autres vraiment, et bonne fête”. En réponse à des acclamations d’amour de l’assistance à l’intérieur de la cathédrale, le président a déclaré: “Nous vous aimons”. Il a également dit: “Vive l’Egypte grâce à son peuple et non pas à Al-Sissi seulement”, comme l’assistance l’acclamait.
Al-Sissi a également appelé à l’éducation des enfants égyptiens de toutes les religions, en signalant qu’il était bon de vivre comme un seul peuple.
Le chef de l’Etat a en outre rappelé que Dieu a créé les hommes différents et que nul ne pourrait les rendre uniformes puisqu’il y a une diversité à respecter.
Il a également affirmé que nul ne pourra provoquer des scissions entre les composants de la société égyptienne. Il a recommandé à cet égard au peuple égyptien de demeurer toujours uni quelles que soient les conditions politiques et économiques.
Le chef de l’Etat a assuré que le peuple égyptien est capable de surmonter toutes les difficultés. Il a ajouté que l’Egypte à la civilisation millénaire enseigne au monde les valeurs de la coexistence dans l’amour et la tolérance.
Al-Sissi a révélé avoir demandé à un penseur de rédiger un livre enseignant ces valeurs aux différentes générations.
Le président a en outre promis au peuple copte de faire reconstruire dans un délai d’un an les églises et maisons coptes saccagées et brûlées lors des incidents suivant la Révolution du 30 Juin 2013. A cet égard, il a indiqué que ceci ne serait pas un acte de générosité de la part de l’Etat, mais un droit mérité par le peuple copte, dont le chef de l’Eglise a adopté une position honorable qu’il a tenu à louer.
“Longue vie à l’Egypte et à nous tous”, a répété le président Al-Sissi avant de quitter l’église, serrant la main du Pape Tawadros II.
 
Le pape Tawadros II, pape d’Alexandrie et Patriarche de la Prédication de Saint de Marc a conduit la messe du Noël copte à la cathédrale Saint Marc à Abassiya mercredi soir.
La foule de fidèles et l’assistance à l’intérieur de la cathédrale ont vivement acclamé le chef de l’Etat à son entrée et durant tout son discours.
Un délégué présidentiel, ainsi qu’un groupe d’hommes d’Etat et de personnalités publiques étaient présents. Le pape Tawadros a remercié le ministre de l’Intérieur, le major général Magdi Abdel Ghaffar, et les dirigeants de la police, et le ministre de la Justice, le juge Ahmed El-Zend, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukry, le ministre de la Santé, le Dr Ahmed Emad, la ministre de l’Immigration et des Affaires des Égyptiens à l’étranger, Nabila Makram, et Khaled Abdelaziz, ministre de la Jeunesse et des Sports, et Khaled Fahmi, ministre de l’Environnement, et dr Sahar Nasr, ministre de la Coopération internationale.
Il a également salué le gouverneur du Caire, Galal Al-Saïd, le vice-gouverneur de Guizeh, Manal Awad, le parlementaire Dr. Salah Hassaballah, le député Mohamed Abou Hamed, le procureur Tawfiq Okasha, le député Emad Gad, et l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, Taher Abou Zeid, et le lieutenant général Sami Annan, ex-chef d’état-major des Forces armées. Il a également salué la présence d’un certain nombre de dirigeants des forces armées en tant que délégués du général Sedki Sobhi, le ministre de la Défense.
Etaient également présents un certain nombre d’ambassadeurs de pays européens, arabes et africains, afin de participer à la fête de Noël, notamment l’ambassadeur d’Ethiopie au Caire Mahmoud Dereir, ainsi que l’ambassadeur de Suisse, et un certain nombre de ministres, y compris le ministre du Tourisme Hicham Zaazou, le ministre de la Culture Helmi Al-Namnam, Al-Hilali al-Cherbini, ministre de l’Éducation.
L’office a été suivi par Amr Moussa, ancien Secrétaire général de la Ligue des États arabes, le prédicateur Mazhar Chahine, l’écrivaine Fatma Naout, le conseiller Ahmed Gamal, président de la Cour de cassation, et l’ancien gouverneur de Dakahlia Salah El Maadawy.
Dans son message à cette occasion, le pape Tawadros a rappelé que les célébrations de Noël dans le monde entier le 25 décembre se prolongent par celles du Nouvel An suivies de la fête de la Nativité selon le calendrier oriental copte le 7 Janvier.
Il a indiqué que cette fête de Noël est un renouvellement de la joie, un renouvellement de la satisfaction de l’être humain.
Alors que selon le pape, plusieurs évènements et plusieurs personnages se rejoignent dans l’histoire de la Nativité il a mis l’accent sur deux conduites. L’attitude des mages, des sages venus d’orient qui ont voyagé de contrées lointaines pour arriver à Bethléem et se prosterner devant le nouveau-né. Ils lui offrirent des présents et cela fut la fin de cette expédition terrestre. Par contre, les bergers ont vu l’ange qui leur portait la bonne nouvelle. Ils se rendirent à la crèche et virent le petit Enfant et sa mère, ce nourrisson qui se trouvait dans une mangeoire. Ceci fut le début de leur voyage, et de leur joie. Pour les mages ce fut l’accomplissement tandis que pour les bergers ce fut le commencement. Celui de la joie provoquée par le nom Emmanuel, Dieu avec nous, celui qui a été cité par la Bible. Dieu est venu parmi nous et nous nous sommes réjouis.
Pour cela, a dit, le pape, il a exprimé son désir de contempler ces quelques mots : L’un des buts importants de la naissance du Christ est le bonheur des êtres humains. Les détails élémentaires de cette histoire apportent la joie et le bonheur. Dans la louange de Noël nous disons avec les anges : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Luc 2 : 14) Ceci signifie que notre Seigneur Jésus Christ est venu pour réjouir les cœurs. La question qui se pose maintenant est : Quels sont les composants de ce bonheur ?
Tawadros a indiqué que le premier élément de cette joie de Noël nous est donné par notre mère, la sainte Vierge Marie. Elle nous réjouit par sa pureté et sa droiture. Personne ne peut donner du bonheur aux autres sans être droit et pur. Le bon fruit ne peut pas être produit par un arbre pourri. Aucun peuple ne peut recevoir l’allégresse que par des personnes droites et pures.
Le second élément nous est donné par les mages. Ceux-ci nous ont réjouis par leur visite et leurs présents. Ils sont venus pour offrir des cadeaux au Christ et nous ont donné du bonheur. Il est donc possible de faire plaisir aux autres en étant courtois ou en leur rendant visite. Comme la Bible nous l’enseigne : « Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent. » (Romains 12 : 15). Un cadeau peut être matériel ou psychologique. Même un mot gentil ou un sourire peuvent représenter le plus grand des cadeaux. Ceci est à la portée de tous.
Le troisième composant nous est donné par les bergers. Ils nous ont réjouis par leur veille et leur fidélité. Ceux-ci sont des personnes simples qui se trouvaient dans le désert pour paître leurs troupeaux. Ils virent l’ange qui leur annonça une grande joie. Immédiatement ils se lèvent avec ardeur et loyauté. Chacun peut donc réjouir les autres en étant fidèle et sincère. Une vie de droiture donne toujours du bonheur aux êtres humains. Elle fait plaisir aussi à Dieu comme il est écrit : « Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de la vie. » (Apocalypse 2 : 10).
Un quatrième élément de joie que nous donne l’histoire de la nativité nous est apporté par le village de Bethléem. Sur une carte, il est un tout petit mais il a donné refuge à la Vierge Marie pour qu’elle donne naissance au petit enfant, notre Seigneur Jésus Christ. Il est donc possible de réjouir son prochain en lui prodiguant le gîte et le couvert comme le dit la Bible : « j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli » (Mt 25 : 35). Chacun devrait donner l’hospitalité aux nécessiteux, aux marginaux, à ceux qui n’ont pas la chance de s’exprimer, aux enfants sans domicile, aux handicapés et à tous ceux qui, dans nos sociétés, ont besoin d’aide comme l’a fait Bethléem lorsqu’elle accueillit la sainte Vierge et le Christ. C’est aujourd’hui une ville dont tout le monde parle car elle a reçu cet honneur.
Le cinquième élément concernant la joie et comment la procurer aux autres nous a été donné par les anges. Ceux-ci sont apparus et ils ont chanté cette belle louange : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Luc 2 : 14) Cette louange est devenue une devise, un verset que l’on aime ainsi que la voix des anges. Nous pouvons donc apporter le bonheur aux autres par la prière, la louange et l’adoration dans la pureté et dans la joie. L’histoire de la Nativité et de l’Incarnation de notre Seigneur Jésus Christ pour le Salut de l’humanité est unique dans son genre.
Par Sa naissance, notre Christ répond à cette question : Comment réjouir les autres ? Chacun peut méditer les détails de cet évènement unique pour y trouver quelque chose qu’il peut mettre en pratique dans des exercices spirituels afin d’apporter du bonheur à son prochain.
En cette fête de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ le pape Tawadros a félicité toutes les églises coptes orthodoxes à travers le monde qui célèbrent Noël : les évêques, les prêtres, les moines et les moniales. Il a en outre félicité tous les chrétiens, les conseils des églises, les servants et les servantes, les jeunes, les enfants et les familles chrétiennes. Il l’a fait aussi au nom de l’Eglise copte orthodoxes, du Saint Synode et de toutes les institutions qui se trouvent en Egypte. Il a félicité aussi tous ses enfants bien-aimés et leur a souhaité une bonne et heureuse année. Il a signalé que la joie de la Nativité n’est pas celle d’un seul jour mais celle de toute l’année.
Le pape Tawadros II avait reçu des délégations officielles, parlementaires, religieuses et diplomatiques venues le féliciter à l’occasion de la fête de la Nativité.
Le président Abdel Fattah al-Sissi a transmis mardi ses salutations et ses vœux aux Coptes égyptiens pour la fête de Noël, exprimant sa “confiance que les Egyptiens resteront un peuple unifié édificateur et constructif”.
A cet égard, le pape Tawadros a reçu le grand imam d’el-Azhar, cheikh Ahmed el-Tayeb. Le chef de l’Eglise copte a profité de cette rencontre pour offrir au grand imam un présent à l’occasion de son anniversaire le 6 janvier.
Le pape Tawadros a également reçu le patriarche copte catholique, l’Anba Ibrahim Ishak et la délégation de l’Eglise catholique l’accompagnant.
Le Premier ministre, l’ingénieur Chérif Ismaïl, s’est rendu de même à la cathédrale Saint Marc pour féliciter SS Tawadros II.
Le nonce apostolique en Egypte, Mgr Bruno Musaro, a également été reçu par le chef de l’Eglise copte. Mgr Masuro a tenu à féliciter le pape Tawadros à l’occasion de la fête de la Nativité et lui a transmis les félicitations du pape François 1er.
SS Tawadros a en outre reçu le ministre de la Défense, Sedki Sobhi, et les membres du Conseil militaire, ainsi que le ministre de l’Intérieur, Magdi Abdel Ghaffar, et les membres du Conseil supérieur de la Police.
Le chef de l’Eglise copte a également reçu le patriarche grec catholique melkite d’Antioche et de tout l’Orient Grégoire III Laham.
Les Forces de sécurité égyptiennes ont été en état d’alerte pour sécuriser les églises dans tout le pays lors de la célébration du Noël copte mercredi soir.
Environ 360 églises à travers l’Égypte ont été inspectées mercredi matin en prévision d’engins explosifs. Des experts en explosifs de la Direction de la sécurité du Caire ont lancé la campagne d’inspection en collaboration avec les agents de circulation pour inspecter les voitures et pour empêcher la présence de voitures à proximité des églises, au milieu des campagnes de peignage continues pendant les célébrations.
En outre, les experts en explosifs ont effectué des inspections dans le voisinage des ambassades, des consulats et des institutions publiques.
Les Forces spéciales ont participé à la sécurisation des églises qui ont été inspectées par les aides du ministre de l’Intérieur.