Dernières nouvelles

La communauté copte en deuil

3 Décembre 2015 4:08 pm

L’archevêque copte orthodoxe métropolitain de Jérusalem et du Proche-Orient, l’Anba Abraham est mort le 25 novembre. Ses funérailles ont eu lieu samedi 28 novembre à Jérusalem en présence du Pape Tawadros II, Patriarche copte orthodoxe d’Alexandrie venu spécialement d’Egypte. Cette visite est la première depuis 35 ans. Bien que l’Egypte ait signé le traité de paix avec Israël en 1979, l’ancien pape copte Chénouda III avait interdit à ses fidèles de se rendre à Jérusalem tant que le conflit israélo-palestinien n’était pas résolu.
Par devoir religieux, Tawadros II est arrivé jeudi 26 novembre à Jérusalem pour prendre part aux funérailles de l’Anba Abraham, l’archevêque de Jérusalem et du Proche-Orient… Le pape copte a exprimé sa proximité avec le défunt archevêque.
Racontant qu’ils s’étaient connus dans le monastère de l’Ouadi Natroun Saint-Bishoy, S.S. a vécu le commencement de son expérience monastique aux côtés du père Sédrak qui deviendra plus tard Mgr Anba Abraham. C’était un homme rempli de l’Esprit de Dieu.
Dans une interview télévisée partagée par la page Facebook de l’Eglise copte orthodoxe de Jérusalem, le pape a présenté ses condoléances, tout en éclaircissant les raisons de son déplacement. « Il est important de marquer le décès de notre cher père Abraham un archevêque qui s’est donné par le service, l’amour, le travail, et était emprunt de sagesse. Il était donc dans le devoir de l’Eglise dans son ensemble de participer à l’office des funérailles et de faire nos derniers adieux. Je ne considère pas que ma venue soit une visite, dans le sens d’une visite organisée et planifiée; il n’y a rien de tout cela. Ma visite est un devoir humain, devoir de condoléances, et un geste de gratitude national, ecclésial. Je suis venu pour présenter mes condoléances à ses fils spirituels. Ma présence ici ne doit en aucun cas être interprétée comme une visite, a-t-il souligné, mais un devoir dû. Et mon absence ici, tant au niveau fraternel qu’hiérarchique, aurait été un manquement au devoir.
« Au niveau personnel, a-t-il poursuivi, quand je suis entré au monastère en 1986 il était un des premiers moines que j’ai rencontrés, nous étions dans le même monastère pendant deux ans, j’ai beaucoup appris de lui. Prions Dieu de consoler toute l’Eglise et ceux qui ont servi à côté de lui. Prions pour que le Christ puisse combler ce grand vide”.
Son départ est considéré comme une grande perte pour l’Eglise copte, mais aussi ici dans sa relation avec les autres églises, et avec les communautés musulmane et juive. Et c’est une équation difficile d’entretenir des relations de cette qualité avec tous.

Selon la tradition copte l’archevêque métropolitain de Jérusalem seconde le pape. L’Anba Abraham fut nommé archevêque et élevé au rang de métropolitain le jour même. D’après le pape, il est le seul pour qui cela a été aussi rapide. Pour d’autres archevêques cela requiert plusieurs dizaines d’années d’attente.
S.S. a expliqué à cet égard: « Ma venue est aussi une occasion d’exprimer le lien fort entre nous tous, églises chrétiennes, qui témoignent du Christ. J’essaie de construire des liens forts avec toutes les églises sans exception. Notre rôle en tant que chrétiens est de garder notre cœur ouvert à tous, églises ou organisations religieuses dans le monde, pour construire la paix. Cette ville s’appelle Urashalim, la ville de la paix, mais où est la paix?»
Le 28 novembre, ont eu lieu les funérailles de l’archevêque. L’église Saint Antoine était comble. Des représentants des églises locales, autorités civiles, ainsi qu’un grand nombre de locaux et amis de Mgr Anba Abraham étaient présents. Une délégation franciscaine est aussi venue assister aux derniers adieux et présenter ses condoléances.
Des représentants de l’Autorité palestinienne étaient également présents.
L’enterrement a commencé en amenant le corps dans un cercueil blanc porté par les prêtres et les moines lors d’un cortège dirigé par des membres des scouts dans l’église, alors que les cloches sonnaient avec l’avènement de la dépouille.
Plus tard, la dépouille de l’Anba Abraham fut placée dans le monastère de Saint-Antoine à côté du Saint Sépulcre, pour lui faire un adieu, avant que l’Anba Tawadros préside le service funèbre.
Les oraisons funéraires se composaient de prières religieuses récitées par un certain nombre de hauts dignitaires religieux, dirigés par le pape copte Tawadros II d’Alexandrie.

Biographie

Ibrahim Sédrak (nom de naissance) était né en Egypte le 30 Juin 1943, dans le district de Manchaa, Sohag.
Il a obtenu un baccalauréat ès sciences en agronomie en 1962 et a continué à obtenir un doctorat en plantes médicinales en 1968. Il possédait bien l’arabe et le copte, ainsi que l’anglais, le français et l’allemand.
Il a servi dans l’évêché de Guizeh dont il devint le secrétaire. Il fut ordonné prêtre le 23 juillet 1990.

Il avait été appelé à la présidence de l’évêché de Jérusalem et du Proche-Orient par Sa Sainteté le Pape Chénouda III le 17 novembre 1991. Il a demandé dans son testament à être enterré à Jérusalem.

À noter qu’à Jérusalem, l’Église copte a une petite chapelle dans la basilique du Saint Sépulcre, ainsi que le monastère Saint Antoine et le siège du patriarcat situé à la neuvième des quatorze stations de la via Dolorosa empruntées par Jésus le jour de sa crucifixion selon la tradition chrétienne.