Dernières nouvelles

De génération en génération

Michael Victor

1 Décembre 2016 2:07 pm

Le Saint Synode de l’Église copte orthodoxe a tenu son quatrième séminaire annuel, axé sur l’identité et le patrimoine coptes. La vision, la spiritualité et la richesse des connaissances qui ont dominé l’événement de quatre jours devraient servir de torche à être remise…
Le Saint Synode de l’Église copte orthodoxe avait eu l’habitude de tenir deux réunions par an pour discuter des politiques et des affaires de l’Église et prendre les décisions pertinentes. Le Pape Tawadros II, cependant, a décidé de maintenir la réunion annuelle traditionnellement tenue le jour de la Pentecôte, de sorte que la deuxième réunion annuelle soit un séminaire qui se concentrerait sur les questions avec lesquelles l’Église était concernée. Ce séminaire se tient en novembre au monastère d’Anba Bishoy à Wadi al-Natroun dans le désert occidental et coïncide avec l’anniversaire de l’intronisation du Pape Tawadros le 18 novembre 2012. Anba Bishoy a son siège papal ainsi que le quartier bien équipé Centre de conférence Logos.
Du 14 au 17 novembre 2016, le Centre Logos d’Anba Bishoy a accueilli la quatrième édition du séminaire du Saint Synode sous le titre «L’identité copte». Il a porté sur des sujets de l’architecture copte, du patrimoine de l’Église, de la conscience archéologique, de la littérature copte, de l’art copte, de l’enseignement copte et de l’identité copte égyptienne. «Copte» a son origine dans la langue grecque et est littéralement transcrit pour «égyptien», mais est venu pour désigner les chrétiens égyptiens en particulier puisque l’Islam est devenu la religion majoritaire en Egypte. Ont participé au séminaire 110 métropolitains et évêques coptes orthodoxes de l’intérieur et de l’extérieur de l’Egypte.
Palme pour chaque paroisse
Le Pape Tawadros II a ouvert le séminaire avec une conférence sur «L’Eglise copte, une histoire de gloire». Il a commencé par le verset d’Isaïe 19:19, qui dit: «En ce jour-là, il y aura un autel au Seigneur au cœur de l’Egypte, et un monument à l’Éternel à sa frontière». Le Pape a dit que l’Egypte était une terre unique. «En tant que patrie de son peuple, l’Égypte est indivisible; les Egyptiens ont la terre comme une mère et le Nil comme un père. La terre a embrassé des événements qui ont enrichi l’histoire du monde”.
«L’Église égyptienne, dit-il, est l’une des plus anciennes du monde. Elle est construite sur les prophéties d’Isaïe, la visite de la Sainte Famille, et l’introduction du christianisme par saint Marc au premier siècle. Tout cela nous rend très fiers de notre Église copte qui est devenue un gardien fidèle de la foi, et a introduit le monachisme dans le monde”.
Le Pape a souligné que l’identité copte fait partie intégrante de l’identité égyptienne. Cela a soulevé la question de la mondialisation et des coptes de la diaspora. «Notre Église s’est maintenant étendue à Jérusalem, au Soudan, au Koweït, au Canada, aux États-Unis, en Australie, au Royaume-Uni et dans toute l’Europe», a-t-il déclaré. «La migration fusionne l’identité nationale avec celle du pays hôte; progressivement cette dernière surpasse la première, ce qui signifie qu’il est difficile de conserver les traits nationaux. Nous nous trouvons ainsi à essayer de maintenir un équilibre difficile entre la suppression de toute influence extérieure pour conserver notre identité, et l’ouverture absolue et perdre notre identité dans le processus”.
“Pour chaque paroisse en dehors de l’Egypte, nous avons planté une palme ici au centre Logos. Nous invitons également nos églises de la Diaspora à planter des arbres en leur nom ici pour maintenir un lien physique avec l’Egypte, ” a-t-il dit.
Extension aux martyrs et saints
Le Pape a parlé des développements récents en Egypte qui concernaient les Coptes et leur Église: “Nous avons maintenant une loi pour la construction et la restauration des églises, la première loi nationale en 160 ans. Les forces armées ont tenu leur promesse et rétabli les églises que les Frères musulmans ont ruinées en août 2013. Les présidents Adly Mansour et Abdel-Fattah al-Sissi nous rendent visite à Noël pour offrir leurs bons vœux au peuple copte. Les coptes sont maintenant des participants actifs et des acteurs de la vie politique. Les présidents étrangers et les officiels qui visitent l’Égypte insistent pour nous rendre visite à Saint-Marc, une indication du poids des coptes sur la scène nationale. Il y a un intérêt croissant pour l’État à relancer les traces sur la route de la Sainte Famille en Egypte en tant que destinations touristiques; notre Eglise célèbre la Fête de la Venue du Christ en Egypte le 1er juin de chaque année”.
Plus important encore, selon le Pape Tawadros, c’est la foi vivante du peuple copte qui est une extension de celle des martyrs et des saints. “Lorsque l’archevêque de Vienne, le cardinal Schönborn, s’est rendu en Égypte en octobre dernier, il a dit:« En Égypte, j’ai vu la foi ». Il a visité les familles des Coptes qui avaient été décapités par Daech en Libye en 2015; “Je veux leur baiser les pieds”, a-t-il dit.
L’œuvre de l’Eglise est fondée sur la création d’une personne chrétienne distinguée. Nous nous occupons de l’éducation comme dans l’école du dimanche et en visitant les nécessiteux. «Les hommes et les femmes sont égaux, dit-il, lors de notre visite à l’étranger, comme dans le cas de la Russie en 2014 et de l’Ethiopie en 2015, notre délégation comprenait les abbesses des couvents en Egypte. Nous encourageons les Coptes à bien s’intégrer dans la communauté et à assumer leur responsabilité sociale et publique. Nous le faisons aussi en établissant des écoles et des hôpitaux.
Patrimoine copte
Les paroles du Pape se terminèrent par un appel à préserver l’identité copte dans ses dimensions locales et mondiales, ainsi que dans sa spiritualité enracinée.
Les jours suivants ont été témoins des conférences du matin et du soir. L’évêque de Ménoufiya, Anba Benyamin, a parlé du patrimoine de l’Église, qui, a-t-il dit, provient de sources de la Sainte Bible et des enseignements des Apôtres et des Pères de l’Église, ainsi que de la théologie spirituelle, des croyances comparées et du patrimoine.
Le Dr Atef Naguib a donné une conférence sur la conscience archéologique. Il expliqua les antiquités et exposa la manière dont les Coptes considéraient et préservaient l’héritage laissé par leurs ancêtres. Il a parlé du musée copte, fondé en 1908 par Markus Sémeika, et comment il a exprimé et documenté l’identité chrétienne égyptienne comme une composante indispensable du caractère et de la nation égyptienne. À l’ère de la mondialisation et de l’ouverture au monde extérieur, le Dr Naguib a déclaré que le patrimoine est le moyen le plus sûr de garder et de conserver notre identité. Il a souligné l’importance des sociétés et des associations qui travaillent à diffuser la connaissance du patrimoine par la publication de livres, la tenue de séminaires et la promotion de l’enseignement des églises.
Le langage et la littérature copte et la manière dont ils se rapportent à l’identité copte constituent le sujet abordé par le Père Basilius Sobhy, adjoint du directeur du collège de clercs au Caire. Il a parlé du rôle de l’Église copte dans la préservation de la langue copte et dans la traduction de la Bible en copte, ainsi que le déclin de la langue tout au long des siècles qui ont suivi la conquête arabe de l’Égypte au 7ème siècle. Il a défini la littérature copte en fonction de ses caractéristiques chronologiques et qualitatives au cours des siècles avant et après la conquête arabe.
Variables modernes
Le Dr Gamal Lamei a abordé le sujet de l’art copte et de l’artisanat qui couvrent une large gamme de produits, y compris la peinture, le verre, la poterie, la métallurgie, le bois, la mosaïque, les textiles et autres. Il se plaignait que les temps modernes et l’industrie mécanisée aient pratiquement éteint les arts et métiers artisanaux et envisagé la création d’un centre culturel pour les ranimer. Le Dr Lamei a déclaré qu’un tel centre encouragerait la fabrication de produits faits à la main pour servir de produits de la vie quotidienne. Il a donné comme exemple les tapis et les produits en céramique créés par les paysans du centre de Harraniya à Guizeh, qui a été établi par Ramsès Wissa Wassef dans les années 1950; les nappes, les serviettes et les châles produits à Akhmim; Les produits ménagers en bois de Hégaza; ainsi que d’autres. Le centre, a-t-il dit, aiderait à commercialiser ces produits à l’intérieur et à l’extérieur de l’Égypte.
Anba Thomas, évêque d’al-Qoussiya, a parlé de l’identité copte égyptienne. Il a dit que la religion, la théologie, les rituels et les rites, la tradition de l’Église, le patrimoine spirituel, le patrimoine littéraire et populaire, la culture et les normes contribuent tous à définir les caractéristiques de cette identité.
La dernière conférence a été donnée par Anba Raphaël, secrétaire général du Saint Synode, et s’est concentrée sur les caractéristiques de l’enseignement copte de l’Église orthodoxe. Il a dit que l’enseignement traditionnel est maintenant confronté aux défis de la technologie et des communications modernes, des variables modernes qui ont rompu avec des constantes séculaires telles que le respect de l’ancien et la propagation de l’Église en dehors de l’Egypte et la présence conséquente de tout s’adresse aux jeunes congrégations qui ne parlent pas l’arabe. «Le défi consiste à répondre aux besoins modernes tout en préservant notre identité respectée du temps. Il n’est pas impossible, dit-il, que d’autres Églises telles que les Églises arménienne, indienne et russe l’ont fait. “
La dernière journée du séminaire, la veille du quatrième anniversaire de l’intronisation du Pape Tawadros, une messe d’action de grâces a eu lieu à l’église de la Transfiguration au Centre Logos. Le pape a présidé et a prononcé le sermon dans lequel il a parlé du service pastoral dont les deux pôles, a-t-il dit, étaient le pasteur et la congrégation. Ils apprennent tous les uns des autres, affirme-t-il. Le pasteur doit apprendre dans un esprit d’humilité et doit également enseigner dans le même esprit, de sorte qu’il y aura toujours une génération future prête à prendre le relais. «Nous nous tenons devant le Seigneur et nous nous appuyons sur son pouvoir à l’autel, en priant dans la Sainte Messe et en disant:« De génération en génération… » Amen.