Dernières nouvelles

Al-Sissi, premier président égyptien à assister à la messe du Noël copte

10 Janvier 2015 12:27 am

Les chrétiens coptes d’Égypte ont célébré Noël mercredi, et le président Abdel Fattah al-Sissi leur a donné une raison supplémentaire d’être optimistes cette année.
En effet, le président Abdel Fattah al-Sissi a effectué une visite mardi à la principale cathédrale copte lors de sa messe de minuit, et les médias d’Etat égyptiens l’ont déclaré le premier président égyptien à assister à un tel office.
La cathédrale a éclaté en applaudissements, et les coptes, qui représentent environ 10 pour cent des quelque 85 millions d’Egyptiens, voyaient la comparution de M. Sissi comme un jalon.
Le président a prononcé un bref discours en se tenant à côté de pape Tawadros II, chef de l’Eglise copte orthodoxe d’Alexandrie.
«Il était nécessaire pour moi de venir ici pour vous souhaiter un joyeux Noël, et j’espère que je n’ai pas perturbé vos prières. Au fil des ans, l’Egypte a enseigné la civilisation au monde et à l’humanité, et le monde attend beaucoup de l’Egypte dans les circonstances actuelles “, a déclaré Sissi.
«Il est important pour le monde de voir cette scène qui reflète la véritable unité égyptienne, et de confirmer que nous sommes tous des Egyptiens, d’abord et avant tout. Nous aimons vraiment l’autre sans discrimination, parce que c’est la réalité égyptienne,” a noté le président.
Que personne ne dise:« Quel genre d’égyptien êtes-vous?» a dit M. Sissi aux milliers de fidèles, en déclarant que l’Egypte s’est élevée au-dessus des siècles de tensions entre musulmans et chrétiens. “Il n’est pas juste d’appeler les autres qu’égyptiens. Nous devons seulement être égyptiens!
Agréable surprise

Le pape copte a remercié Sissi, et a qualifié sa visite d’agréable surprise et de geste humanitaire.
“Nous pensons que notre Egypte entre dans une nouvelle ère avec de nouvelles pensées et un nouvel esprit. Nous construisons ensemble pour l’avenir de nos enfants, afin de placer l’Egypte dans une position appropriée parmi les pays du monde “, a ajouté le pape Tawadros.
A l’office mardi soir, le pape rayonnait de joie lors de la visite inopinée de M. Sissi. En images diffusées à la télévision égyptienne, M. Sissi semblait apparaître par surprise, avec une cravate rouge et un costume foncé, entouré de gardes du corps costauds. Debout à côté du pape, le président a parlé sans notes, clignant des yeux à plusieurs reprises comme si ses yeux étaient humides. La foule scandait dans l’adulation.
“Je ne veux pas que Sa Sainteté le pape se fâche de cette façon!,” a plaisanté M. Sissi à un moment donné, suscitant les rires de Tawadros et une tape amicale d’un évêque à proximité.
“Nous allons nous aimer pour de vrai, afin que les gens puissent voir cela,” a déclaré M. Sissi. “Une bonne année à vous et tous les Egyptiens!”
Puis, escorté par ses gardes du corps, M. Sissi a quitté avant que l’office religieux ne débute.

Sermon du pape

Par ailleurs, le pape Théodore II, Pape d’Alexandrie et Patriarche de la Prédication de Saint Marc, a déclaré dans son sermon que la fête de la Nativité inaugure une nouvelle année, car Dieu créa l’homme pour profiter de Sa présence, mais le péché de l’homme a brisé le commandement divin, provoquant la rupture de l’obéissance qui a lésé les sentiments de Dieu. Le pape Tawadros a ajouté, dans son homélie pendant la messe de Noël, que le péché sépare l’homme de Dieu, mais cet homme a abandonné les actes de culte en faveur des vénérations exotiques tels que celle des animaux, l’astronomie et les astres, la mer et les montagnes, pour les adorer et à d’autres moments en faire des idoles.
Il a souligné que l’humanité s’est égarée du culte de Dieu, et est devenue égoïste, l’entraînant ainsi à la violence.
Il a poursuivi: “L’homme a vécu la peur et il est devenu craintif même dans les heures de joie disant à Dieu: pourvu que vous fassiez que ce soit pour le bien. C’est ainsi que sont générées les trois faiblesses: le moi, l’égoïsme et la peur qui constituent une entité humanitaire qui a conduit certains à perdre leur humanité dans sa belle image que Dieu voulait pour sa création.”
Il a expliqué que Noël a réparti le temps en deux époques: avant et après la naissance. L’ère de l’Ancien Testament est celle d’avant la Nativité et le Nouveau Testament est l’ère suivant la naissance du Christ. Dans la nouvelle ère, Dieu a commencé la recherche de l’homme égaré, craintif et égoïste qui s’adore lui-même pour le corriger.
Le pape a déclaré à cet égard: “Le traitement de l’humanité égoïste et égarée réside dans le chant des anges à la naissance du Christ: “Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté”. L’homme a été créé pour glorifier Dieu et le louer, mais il y a ceux qui se sont orientés vers l’adoration de soi et des désirs, ce qui a fait dire à certains philosophes que l’être humain n’est jamais satisfait”.
Il a noté que le narcissisme de l’homme l’a poussé à la répression et l’injustice, et pour cela nous entendons parler de pays en proie à des guerres et des combats, en raison du manque de capacité humaine à faire la paix, sinon par crainte de Dieu, le Dieu édificateur de paix et l’être humain doit toujours glorifier le nom de Dieu.
Le-pape a tenu à remercier à nouveau le président Abdel Fattah al-Sissi pour sa visite. A cet égard, Tawadros a dit qu’il y a de brefs moments qui ont un impact durable, y compris la visite du président et ses félicitations à l’occasion de Noël. Le pape a prié pour tous ceux qui sont dans une position de responsabilité et pour ceux qui souffrent en Syrie, en Palestine et en Irak, ainsi que tous ceux qui sont dans la détresse.

Visites des officiels

A la même occasion, le Premier ministre Ibrahim Mehleb a effectué une visite à la cathédrale copte orthodoxe Saint Marc mercredi pour féliciter le pape Tawadros II.
Mehleb a prononcé un bref discours à la cathédrale, où il a souligné l’importance de l’unité nationale et mis en garde contre les conflits sectaires.
“Nous ne disons pas quelqu’un est musulman ou chrétien, mais nous disons ils sont égyptiens”, a déclaré Mehleb. “Je me souviens des paroles de feu du pape Chenouda: l’Égypte est un pays qui vit en nous et non pas celui où nous habitons.”
Le ministre de la Défense Sedki Sobhi a également rendu visite au pape à la cathédrale mercredi, aux côtés d’une délégation du ministère.