Dernières nouvelles

Match interreligieux pour la paix

4 Septembre 2014 12:25 pm

Maradona, Buffon, Baggio contre Zanetti, Del Piero, Trézéguet… Le «match interreligieux pour la paix» voulu par le pape François pour dépasser les discriminations religieuses et culturelles au Stadio Olimpico aura parfaitement respecté ces consignes.
Personne ne doit « jouer pour soi-même » mais « pour les autres » et même « pour tous » : c’est l’encouragement du pape François qui estime que les jeux en équipe sont « des semences de paix ».
Le pape a fait parvenir un message vidéo aux participants du « Match interreligieux pour la paix » qui a eu lundi dernier, au stade olympique de Rome, où des stars du football international se sont affrontées pour la cause de la paix.
Inspiré par le pape, l’événement était organisé par le réseau Scholas Occurrentes – dépendant de l’Académie pontificale des sciences – et co-organisé par la Fondation PUPI Zanetti. Le pape a rencontré les participants au Vatican, quelques heures avant le match. Dimanche dernier, il avait aussi évoqué cette initiative lors de l’angélus.
S’exprimant en espagnol, le pape a présenté ses excuses à la foule : « L’espagnol est la langue de mon cœur, et aujourd’hui, je veux parler avec mon cœur ».
« Je suis heureux que vous soyez réunis pour ce jeu très symbolique », a-t-il déclaré, saluant « un match qui met en évidence l’union des équipes, et l’union de tous les spectateurs, car le désir de tous, c’est la paix ».
Un match donc où « personne ne joue pour soi-même mais pour l’autre. Mieux : pour tous ». Le pape a souhaité que de plus en plus de personnes partagent cet esprit, en « jouant en équipe ».
En effet, « faire des compétitions en équipe ce n’est plus la guerre, mais ce sont des semences de paix », a-t-il fait observer.
Le pape François a salué particulièrement les membres de “Scholas Occurentes”, qui ont planté un olivier de la paix à la fin du match. Le trophée des vainqueurs était d’ailleurs en forme d’olivier. « J’invite tout le monde à planter à côté de ‘Scholas’ », a lancé le pape.
C’est l’équipe de PUPI, entraînée par l’Argentin Gerardo Martino, qui a remporté le jeu sur l’équipe “Scholas”, entraînée par le Français Arsène Wenger, avec un score de 6-3. Au terme du match, des joueurs de diverses religions ont lu un plaidoyer pour la paix dans le monde.
Les bénéfices du match étaient destinés au projet « Une alternative de vie », un réseau d’éducation pour la jeunesse défavorisée, en Europe et en Amérique latine, soutenu par PUPI.