Dernières nouvelles

le premier anniversaire de la visite du pape Tawadros au Vatican

9 Mai 2014 2:24 pm

Sur le chemin de l##unité des Eglises, espoir qui remplit les cœurs de tous les chrétiens, a eu lieu la visite de Sa Sainteté le Pape Tawadros II, pape d##Alexandrie et Patriarche de la prédication de Saint Marc au Vatican le 10 mai 2013.

 A cette occasion historique, le Pape Tawadros a rencontré le pape François  et lui a demandé dans son discours que ce jour-là soit une fête célébrée par les deux églises comme signe d’amour qu’elles partagent.
Quelques jours avant le premier anniversaire de la rencontre entre “le Grand prélat  et le roc de la foi”, le Pape Tawadros II a accueilli favorablement l’idée de célébrer avec la sœur Eglise catholique cet événement. “Le Messager”, porte-parole de l’Eglise catholique en Egypte a choisi pour cette célébration de tenir une interview avec Sa Sainteté qui sera le premier entretien du pape et patriarche de l’Eglise copte accordé au journal égyptien catholique le  samedi 26 avril 2014. Le pape a accueilli l’équipe du «Messager», au siège papal.
 A participé de l’équipe de “Watani” notre collègue Michael Victor pour que cette entrevue soit publiée par les deux journaux à cette occasion mémorable. Dans cette page, “Watani” publie une partie de l’interview.
Au début de l’entretien, Sa Sainteté le pape Tawadros a raconté ses mémoires de sa rencontre avec le pape François le 10 mai: “Ma visite au Vatican était ma première visite au début de mon pontificat. J’ai effectué une visite en Autriche qui était prévue, mais le 3 avril 2013, le Nonce apostolique Jean- Paul Goupil est venu au siège patriarcal pour me féliciter. C’est alors que je fus inspiré du Saint-Esprit de lui dire que je voulais visiter le Vatican le 10 mai, en commémoration de la visite du Pape Chenouda III au Vatican depuis 40 ans. Le Nonce Apostolique a commenté en disant que l’organisation des visites au Vatican exige au moins deux mois ou plus, mais je lui ai répondu: “Que la volonté du Seigneur soit faite”, et après quelques jours de cette réunion j’ai reçu un appel du Nonce apostolique au Caire qui m’a informé de l’approbation de la visite au Vatican. Au sujet de l’ambiance de la réunion, le pape Tawadros a dit: “J’ai été très influencé par le Pape François, sa simplicité et son intérêt à cette visite. La rencontre des deux Eglises copte et catholique restera toujours gravée et l’Eglise copte ne l’oubliera pas. “J’ai été très impressionné par la personne du pape François et dans la prière commune, j’ai senti que nous étions au Ciel. Je lui ai fait don d’une icône copte gravée avec une image de la Sainte Famille lors de sa visite en Egypte. Le Pape François l’a portée immédiatement dans un geste m’a plu, alors qu’il m’a offert un cadeau consistant en une copie d’un manuscrit du saint Évangile. De simples attitudes ont montré comment le Pape François est magnifique et merveilleux. A la fin de la visite, le Pape François a interrompu sa réunion avec les cardinaux et est sorti pour me saluer, se tenant debout à côté de moi en attendant l’arrivée des voitures qui nous mèneront à l’aéroport de Rome. Il a plaisanté avec moi quand la voiture tardé quelques minutes en disant: “Vous avez préparé toutes les valises?”  C’était une visite spirituelle qui a fait revivre l’esprit d’amour et de fraternité entre les deux Eglises”.
Concernant le dialogue théologique entre les deux Églises, Sa Sainteté a dit :
Il y a un comité idéologique rassemblant les Eglises orthodoxe et catholique qui se réunit chaque année en janvier avec l’évêque Bishoy, Mgr Barnabé, Mgr Daniel et le Père Chenouda Maher d’Amérique pour discuter d’une gamme de questions théologiques et doctrinales. Il est en travail constant pour le bien de l’Église. Nous avons avancé l’idée et nous avons préparé une étude sur une “unification de la fête de Pâques au niveau mondial,” et on enverra cette étude à toutes les Eglises du monde, avec en premier lieu l’Eglise de Rome, parce que la variation des vacances de Pâques relève d’un  “calendrier astronomique” et non “d’un ordre théologique”. Nous avons choisi le troisième dimanche ou le quatrième du mois d’avril, ce qui facilitera l’accomplissement de cette idée pour que les chrétiens du monde puissent célébrer en un même jour la résurrection du Seigneur Jésus.
Concernant la reconnaissance de l’unique baptême, le Pape Tawadros a dit :
Un comité spécial est chargé d’étudier et de discuter cette question, et à ce jour, les membres de ce comité sont aux prises avec des cas de mariage communs entre catholiques et orthodoxes, de sorte à examiner les cas individuellement et la décision est confiée aux estimations de l’évêque local et la résolution du pape, et  comme l’Église catholique est une Église de tradition et apostolique et le Saint-Esprit y est présent, ainsi que les sept sacrements et l’immersion dans le baptême, il suffit de mettre l’onction sainte dans certaines parties extérieures du corps.
Concernant  l’éducation des jeunes à un nouvel esprit d’amour et d’unité, à la lumière de certaines voix qui parlent une langue sectaire, le pape a dit :
Le problème le plus difficile auquel nous sommes confrontés en tant qu’êtres humains  est l’esprit borné. Pour cela, j’ai dit dans mon discours d’intronisation que les chrétiens sont tous unis par trois principes fondamentaux de la foi chrétienne commune, “un seul Christ, un seul l’Evangile, et un but commun qui est d’atteindre le royaume”. Oui, il ya des différences, mais la base est commune, et lorsque nous nous concentrons sur cette base, nous pouvons engendrer une nouvelle génération capable d’accepter l’autre. L’anxiété et la peur des autres Eglises remontent à la période coloniale occidentale de l’Egypte, poussant l’Eglise égyptienne nationale à craindre la baisse du nombre de ses fidèles. C’est la réalité jusqu’à ce jour. Cependant, le cas est complètement différent dans nos églises à l’étranger, et il suffit de dire explicitement que 50 % des débuts de nos églises coptes étaient à l’intérieur des églises catholiques. Quand un prêtre cherche une église catholique à louer, il est grandement accueilli par l’Eglise catholique, et il en est ainsi avec les églises évangéliques et épiscopales. L’espoir pour la résolution de cette question au niveau local est bon, surtout avec le rôle joué par le Conseil des Eglises d’Egypte et les projets de services partagés entre l’Eglise copte orthodoxe et les organismes de l’Église catholique et évangélique en Égypte, ainsi que des rencontres des jeunes de toutes les sectes. Nous sommes dans le processus de préparation de la grande réunion de la jeunesse œcuménique, et l’ensemble de ces initiatives renforcent l’esprit d’unité.
A la fin de la rencontre, le pape Tawadros a déclaré que  l’homme doit montrer son amour à toutes les occasions que Dieu lui accorde, et dans le Christianisme l’origine est l’unité et l’exception est la séparation, comme dans la vie humaine , l’origine est la santé, alors que la maladie est un état exceptionnel qui ne dure pas et l’homme récupère son état de santé, le principe de base est que nous sommes un, et quand un individu parle des différences, il trahit un manque de compréhension de la nature du Christ, qui doit être un “un seul corps” et doit donc contribuer à tous les services que nous faisons pour montrer les sentiments d’amour qui mèneront à l’unité. “J’aspire à prier ensemble pour supprimer toutes les barrières et les différences”, a-t-il conclu.