Dernières nouvelles

Adieu vétéran des évêques de l'évangélisation

29 Novembre 2014 6:36 pm

Michael Victor

 

 

Après une vie remplie de spiritualité afin d’assurer le service de sa paroisse, l’évêque d’Assiout, le plus ancien évêque d’Egypte, Anba Mikhaïl est décédé dimanche, à l’hôpital de l’Archange Michel à Assiout, à l’âge de 93 ans, suite à une longue lutte avec la maladie.
La dépouille du défunt vêtu de l’habit sacerdotal a été placée devant l’autel de la cathédrale de l’archange Michel à Assiout où l’office funèbre a eu lieu lundi à 13 heures.
Des milliers de fidèles d’Assiout et des alentours ont pris part à l’office présidé par le pape Tawadros II.
Ont pris part à l’office de nombreux évêques membres du Saint Synode, des prêtres du Synode d’Assiout et des différentes éparchies.
Une foule de fidèles peinés se trouvait en dehors des remparts de la cathédrale et dans les rues adjacentes, suivant sur un écran géant le grand événement historique.
Anba Mikhaïl souffrait de plusieurs maladies, et sa santé s’est récemment détériorée, ce qui l’a poussé à se rendre en Allemagne pour le traitement, en raison de la récurrence des crises. Le pape Tawadros II d’Alexandrie, Pape d’Alexandrie et Patriarche de la Prédication de Saint Marc, a alors chargé Mgr Yoannes de prendre soin du diocèse d’Assiout.
Anba Mikhaïl était surnommé “doyen des évêques”, «Lion de la Haute-Egypte», et «Vétéran de l’Eglise copte orthodoxe», et il était candidat pour le poste de substitut des affaires pontificales après la mort du Pape Chenouda III, mais il s’est excusé pour ses conditions de santé et Anba Pacôme en a assumé la responsabilité.
Au cours de sa vie, il a été témoin depuis sa naissance de sept patriarches assis sur la chaire de Saint Marc de l’Église copte orthodoxe, à savoir le pape Cyrille, cinquième patriarche, le pape Jean XIX d’Alexandrie, , le pape Makarios III, le pape Youssab II, le Pape Cyrille VI, le Pape Chenouda III et le Pape Tawadros II d’Alexandrie.
Le Métropolite Mikhaïl est né en 1921, dans une famille pauvre de coptes dans le village d’Al-Rahmaniya, dans le district de “Naga Hammadi» au Gouvernorat de Qéna. Il est devenu moine de l’Eglise copte orthodoxe d’Alexandrie le 19 Février 1939, alors qu’il était âgé de moins de 20 ans au nom de Matthias Macaire au 19 Février, 1939. Il a été ordonné prêtre le 17 Novembre 1939. Il a servi comme métropolite copte orthodoxe d’Assiout depuis 1946. Le pape Youssab l’ordonna le 25 Août 1946 et il était le plus jeune des évêques de l’Église à l’époque.
Pendant de nombreuses années, il était l’évêque orthodoxe oriental le plus ancien dans le monde par la date de l’ordination épiscopale. Il partit chez le Seigneur le 23 Novembre 2014 à Assiout et fut enterré au monastère de la Vierge à Dronka selon son testament.

 

Allocution du pape
Dans son allocution de circonstance, le Pape Tawadros, Pape d’Alexandrie et Patriarche de la Prédication de Saint Marc, a déclaré qu’il est difficile de dire adieu à cet éminent évêque, en référence à Anba Mikhaïl, évêque d’Assiout.
Il a dit, lors de la prière lundi pour le repos de l’âme d’Anba Mikhaïl, que l’évêque Mikhaïl a vécu une longue vie bénie par Dieu et remplie de fatigue et ce en ermite et ascète comme moine qui quitte la vie banale et rejoint le monastère.
Il a dit qu’il s’est rendu chez lui dans cet endroit pour une visite privée et l’a rencontré pendant plus d’une heure pour la première fois. “Nous avions parlé par téléphone plus d’une fois, et son langage était plaisant et éloquent. Il a parlé avec moi et bien qu’il soit beaucoup plus âgé, vu son amour et le respect des traditions de l’Eglise, il s’est adressé à moi selon mes responsabilités et m’a donné quelques conseils”, a indiqué le pape.
Le Pape d’Alexandrie a rappelé que l’état de santé du regretté l’a empêché d’assister à la cérémonie d’intronisation pontificale. “Il m’a parlé au téléphone pendant une heure et demie, je me suis senti embarrassé de l’entendre étant assis et je me suis mis debout et suivi son discours pour la beauté des mots et des prières qu’il me disait”, a-t-il raconté.
Il a poursuivi en disant que le regretté jouissait des vertus d’être très affectueux à l’ordre et la précision dans sa vie en toutes choses. Anba Mikhaïl a vécu parmi les habitants d’Assiout aimant l’ordre et l’amour de la méticulosité. Il a parlé avec rectitude et amour, tant au niveau ecclésial que dans la communauté, et il a été accordé par le ciel une multitude de vertus. “

 

 

Grand mérite
Le pape a rappelé que l’évêque Mikhaïl a été témoin de sept Patriarches, ce qui est une bénédiction de Dieu, et il devint évêque à l’âge de 26 ans en 1946, et depuis ce temps il a travaillé au diocèse d’Assiout. En général Anba Mikhaïl; a-t-il dit, a été impliqué avec le Pape Youssab, le Pape Cyrille et le Pape Chenouda dans de nombreuses fonctions de l’église, et est devenu un passionné de la reconstruction des âmes, des lieux et de la terre et il a consacré beaucoup d’hommes et de femmes qui sont devenus ses disciples inspirés de son abondante foi et ont consacré leur vie à Dieu, et il a édifié à Doronka et au monastère de Vierge Marie, jusqu’à ce que le monastère est devenu un grand phare.
Et de poursuivre en disant: ”La mort, ô mes frères, l’homme la considère comme la fin, mais le Ciel la perçoit comme un début. Quand ‘homme quitte la terre, notre vie terrestre est considérée comme une chance donnée par Dieu à l’homme qui doit savoir comment utiliser les jours de sa vie et la façon de la remplir et puis vient le jour pour commencer sa nouvelle vie dans le Ciel. La vie dans le ciel n’est pas comme le confort de terre car dans le ciel il y a beaucoup de réconforts. Quand l’homme va au ciel, il trouve dans la présence divine le plus agréable de vivre dans une communauté pure et loin de la terre. Quand un homme quitte la terre, il se déplace vers un lieu où il n’est pas inquiet, ni souffrant d’une maladie, il est transmis à la vie de la plénitude de la paix ”.
“Quel que soit la dureté du labeur de l’homme sur la terre, il ne peut pas atteindre la pleine paix et il demeure souffrant de maladies et de problèmes, chacun en fonction de sa part, mais dans le Ciel, il n’y a ni douleur ni même de larmes”, a-t-il signalé.
Le pape a indiqué que la troisième chose que l’homme reçoit à sa mort c’est la joie dans sa vie, parce que la joie sur terre est courte; pour cela, je me demande pourquoi se battent-ils pour la poussière? Le vrai bonheur est en donnant comme le vivait Anba Mikhaïl.

 

Je pense que les habitants d’Assiout ont tous édifié à partir de son travail dans le diocèse en tant que Supérieur du monastère de Saint Macaire où il a formé un grand nombre de disciples et de moines, et nous nous rassemblons pour lui dire adieu non pas avec tristesse ou douleur, mais plutôt avec joie et plaisir, car il a terminé sa vie sur la terre dans la paix et supporté une grande douleur. Le pape a demandé à l’assistance de considérer ce jour comme un jour de joie, vu qu’il coïncide avec la commémoration du martyr de Saint Ménas, l’implorant d’intercéder pour nous dans le Ciel.