Dernières nouvelles

Une attaque des djihadistes fait au moins 80 morts

Michael Victor

17 Août 2014 2:15 pm

« Un massacre ». C’est ainsi qu’un haut responsable de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), s’appuyant sur des informations émanant des services de renseignement et de sources locales, a évoqué, samedi 16 août, les événements de la veille. Vendredi en effet, une attaque des djihadistes de l’État islamique (EI) dans le village de Kocho, au nord de l’Irak, a provoqué la mort de dizaines de personnes, majoritairement issues de la minorité yézidie.

LES FEMMES EMMENÉES DANS DES CENTRES DE DÉTENTION

Selon ce haut responsable kurde, cette attaque aurait fait « 81 morts », mais il a ajouté que les assaillants avaient conduit les femmes dans des centres de détention qu’ils contrôlent. Un témoin de l’attaque a raconté à l’AFP : « On a réussi à pénétrer dans une partie de Kocho, où les habitants étaient assiégés, mais on est arrivé trop tard. Il y avait des cadavres partout. On a seulement réussi à emmener deux personnes vivantes, toutes les autres avaient été tuées. »

Début août, les djihadistes de l’État islamique (EI) se sont emparés de plusieurs villes et villages yézidies et chrétiens dans la province de Ninive, pour y établir le « califat d’Irak et de Syrie », sous le contrôle d’Abou Bakr al-Baghdadi. L’arrivée de ces djihadistes a poussé plus de 180 000 personnes, craignant d’être massacrées, à fuir vers le Kurdistan irakien autonome.

« UNE ÉPURATION PURE ET SIMPLE, SUR LA BASE DE LA RELIGION »

Parallèlement, le Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, Ignace Youssef III, primat de l’Église catholique syriaque, évoque un « tsunami, c’est l’hécatombe du siècle », qui s’est abattu sur les communautés chrétiennes d’Irak, ainsi que sur les yézidies, les Mendayens et les Shabaks de la plaine de Ninive et de Sinjar. Il lance un cri d’alarme dans l’édition du 15 août d’Ouest-France, à propos d’« une épuration pure et simple, sur la base de la religion, et qui pourrait être considérée comme un génocide, puisque des milliers de personnes ont été tuées, abusées et déportées ».

« L’Union européenne, où la France joue un rôle primordial, a la responsabilité d’arrêter ces attaques terroristes orchestrées par des groupes djihadistes qui sont financés en particulier les pays pétroliers de la région », implore le Patriarche Ignace Youssef III.

Il demande notamment aux Européens 4 choses :
1) Arrêter le flot des armes aux groupes djihadistes en Syrie et en Irak, en cessant d’en envoyer aux soi-disant groupes modérés de l’opposition.
2) Insister auprès des gouvernements pour qu’ils interviennent aux Nations unies afin de mettre le sort de toutes les personnes vulnérables et des communautés minoritaires en Irak à l’ordre du jour du Conseil de sécurité pour prendre des mesures de protection immédiates.
3) Exiger que le Conseil de sécurité de l’ONU adopte une résolution contraignante, qui assure le retour immédiat et en toute sécurité de tous ceux qui ont été obligés de fuir leurs maisons et propriétés.
4) Redoubler maintenant les efforts humanitaires, y compris l’aide d’urgence pour les personnes déplacées et les réfugiés dans les pays voisins.

Le Patriarche demande encore « que l’Europe s’élève à la hauteur de sa mission dans la Méditerranée. Qu’elle ait le courage de s’interroger sur la politique des États-Unis qui, voulant exporter la démocratie au Moyen-Orient, semblent ignorer certaines conditions essentielles au retour d’une vraie démocratie. Autrement, les communautés chrétiennes de l’Irak, de la Syrie et du Liban, qui remontent aux premiers siècles du christianisme, risquent réellement de disparaître ainsi que leur culture et leur héritage multimillénaires ».