Dernières nouvelles

Grâce à l’Egypte: un accord pour un cessez-le-feu à Gaza

Abdelmasih YOUSUF

28 Août 2014 9:49 pm

Israël et le Hamas ont annoncé un accord pour un cessez-le-feu permanent au 50e jour d’une guerre qui a fait plus de 2.000 morts palestiniens, près de 70 côté israélien et dévasté la bande de Gaza. Israël et le Hamas ont conclu un accord de cessez-le-feu illimité dans la bande de Gaza, destiné à mettre fin à sept semaines d’un conflit qui a fait plus de 2.000 morts, ont annoncé mardi les deux camps et l’Egypte, qui a joué les médiateurs. Le cessez-le-feu a été entrer en vigueur depuis mardi, a précisé Sameh Choukri le ministère des Affaires étrangères. Plusieurs dirigeants du Hamas, le mouvement qui contrôle la bande de Gaza, et du Jihad islamique, la deuxième force dans l’enclave palestinienne, sont apparus en public, pour la première fois depuis le début de la guerre avec Israël il y a 50 jours.
 
Aide humanitaire et matériel de reconstruction
Quelques minutes après l’heure prévue, des sirènes d’alerte ont cependant retenti dans le sud d’Israël. Tsahal a dit vérifier si des roquettes sont tombées sur le sol israélien. “Israël a accepté une proposition égyptienne en vue d’un cessez-le-feu total et illimité”, a déclaré un haut responsable israélien, confirmant une information annoncée un peu plus tôt de source palestinienne puis égyptienne.
Le ministère des Affaires étrangères Sameh Choukri a indiqué dans un communiqué que l’Etat hébreu avait autorisé l’entrée à Gaza d’aide humanitaire et de matériel de reconstruction. Plus tôt dans la journée, Tsahal avait continué à viser des tours de Gaza, détruisant avant l’aube deux des plus hauts immeubles de l’enclave palestinienne. Selon des représentants palestiniens au Caire, la proposition égyptienne sur laquelle les deux camps se sont entendus prévoit, outre la trêve, l’ouverture immédiate des points de passage entre Gaza, Israël et l’Egypte, ainsi qu’un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée. Dans un second temps, un mois après l’arrêt des combats, Israéliens et Palestiniens devraient entamer des négociations sur la construction d’un port à Gaza et sur la libération de membres du Hamas détenus par Israël en Cisjordanie occupée, ont-ils ajouté.
 
Acte de vengeance
Le ministère des Affaires étrangères s’est contenté d’indiquer dans son communiqué que les pourparlers indirects reprendraient au Caire dans un délai d’un mois suivant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. Mardi, les raids aériens israéliens ont fait six nouveaux morts à Gaza, portant à 2.129 le nombre de Palestiniens tués en 50 jours de conflit, dont plus de 490 enfants, selon des sources médicales.
Les groupes armés ont de leur côté tiré 70 roquettes, selon l’armée israélienne, dont l’une a endommagé une maison de la ville côtière d’Ashkelon et fait dix blessés légers. Une autre roquette a été interceptée dans les environs de Tel Aviv. Depuis le 8 juillet, le bilan du conflit côté israélien s’élève à 64 soldats et quatre civils tués. Ces derniers jours, l’armée israélienne avait concentré ses frappes contre les principaux bâtiments de Gaza, présentés comme des “sites terroristes” abritant des centres de commandement et de contrôle du Hamas.
La tour Bacha, un immeuble comprenant des habitations et des bureaux, et la tour résidentielle connue sous le nom de “complexe italien” ont ainsi été détruites aux premières heures de mardi. Vingt personnes ont été blessées dans le bombardement du complexe italien, les avertissements lancés aux habitants et deux projectiles non-explosifs tirés par des drones en guise de coups de semonce ayant permis d’éviter un bilan plus lourd. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a accusé l’Etat hébreu d’un “acte de vengeance sans précédent contre des civils” visant à dissuader les Palestiniens de soutenir le mouvement islamiste.
 
Le compromis égyptien
L’annonce, faite officiellement par le président palestinien, Mahmoud Abbas, a été confirmée par des sources gouvernementales israéliennes et saluée par les Etats-Unis et l’Organisation des Nations unies. Entré en vigueur mardi 26 août à 18 heures, heure de Paris, il a été accueilli par des scènes de liesse dans la bande de Gaza. Plusieurs dirigeants du Hamas et du Jihad islamique ont pour l’occasion fait leur première apparition publique depuis le début de la guerre. Les responsables israéliens, qui n’ont eu de cesse de répéter qu’ils ne négocieraient pas “sous les bombes”, ont donc accepté un compromis, alors que des roquettes palestiniennes s’abattaient sur l’Etat hébreu et que des drones israéliens poursuivaient leurs bombardements, mardi. Une heure avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, deux Israéliens ont été tués par un obus de mortier tiré de la bande de Gaza.
Contrairement aux précédents, ce cessez-le-feu serait donc permanent et devraitmettre un terme aux combats. Selon des responsables palestiniens cités par différentes agences de presse, la proposition égyptienne sur laquelle les deux camps se seraient entendus prévoit: une cessation illimitée des hostilités; l’ouverture immédiate des points de passage entre Gaza, Israël et l’Egyptepour ”l’entrée rapide de l’aide humanitaire, des secours et des moyens de reconstruction”, donc une levée partielle du blocus de l’enclave en vigueur depuis 2006; un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée, permettant ”la pêche jusqu’à 6 milles marins” puis à 12 milles. Jusqu’alors, les Palestiniens de Gaza ne pouvaient pêcher que jusqu’à 3 milles de la côte, bien que les accords d’Oslo de 1994 prévoient qu’ils puissent naviguer jusqu’à 20 milles.
 
Le monde salue l’accord
Dans un second temps, un mois après l’arrêt des combats, Israéliens et Palestiniens devraient engager des négociations sur la levée du blocus, la démilitarisation de Gaza, la construction d’un port à Gaza et la libération de membres du Hamas détenus en Cisjordanie occupée, ajoutent les négociateurs.
Les Etats-Unis ainsi que les grands pays européens y compris la France, l’Allemagne et la Grande Bretgne, se sont félicités de cet accord, souhaitant ”que le cessez-le-feu soit réellement durable et viable”. “Nous considérons cela comme une occasion, pas comme un acquis. Il reste une longue route à faire, nous en sommes conscients et nous nous y engageons les yeux grands ouverts”. Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, a également souhaité que le cessez-le-feu soit ”durable” et qu’il ouvre la voie à un”processus politique“ entre Israël et les Palestiniens.