Dernières nouvelles

Ebola, la bataille d’Afrique

9 Octobre 2014 5:52 pm

 
Ainsi va notre monde. L’épidémie d’Ebola en Afrique poursuit sa course mortelle à bas bruit médiatique. Il faut le rapatriement de soignants occidentaux infectés par le virus pour réveiller l’intérêt et peut-être la compassion. Il faut un cas de contamination sur le sol européen, en Espagne, pour à nouveau susciter des questions sur les risques courus… ici.
Et pourtant, c’est en Afrique, dans les trois pays les plus touchés (Liberia, Guinée, Sierra Leone), que se livre la plus dure bataille. Avec des moyens dérisoires, au regard des infrastructures préparées dans nos hôpitaux « au cas où ». Récit poignant de familles frappées par la maladie et la mort, de soignants conscients de risquer leur propre existence, de responsables politiques désemparés et dépassés… Avec des mots terribles du coordinateur du centre sur cette maladie qui « déshumanise ».
Outre les victimes directes de la maladie (au moins 3.500 désormais), il faut évaluer ce que coûtera à cette région la terrible épidémie: 32 milliards de dollars d’ici à la fin 2015, si le virus s’étend au-delà des trois pays les plus atteints. La Banque mondiale, qui produit ce chiffrage, veut convaincre qu’il est possible de contenir Ebola quand les pays ont déjà une structure médicale et administrative organisée, comme au Sénégal ou au Nigeria. Et ailleurs, avec le soutien des pays les plus riches. À condition que, sous l’effet de la peur, les échanges commerciaux ne s’arrêtent pas. À condition que l’aide promise ne tarde pas. À condition que les recherches sur les traitements s’accentuent et puissent bénéficier aux malades africains. À condition que la mobilisation occidentale ne retombe pas quand le danger semble lointain.
La Croix