Dernières nouvelles

La « Bonne Mère » veille sur les Marseillais

13 Août 2014 7:52 pm

Dans le cadre d’une matinée consacrée à Marseille le vendredi 15 août, « Le Jour du Seigneur », sur France 2, livre un documentaire sur le rapport qu’entretiennent les Marseillais avec Notre-Dame-de-la-Garde.

Cette année, Notre-Dame-de-la-Garde fête son huitième centenaire. Si sa renommée est désormais internationale, celle qui est surnommée « la Bonne Mère » n’était, il y a huit cents ans, qu’une petite chapelle fréquentée par les gens du quartier Vauban – site historique de la ville à l’architecture typiquement méditerranéenne – et, surtout, vénérée par les marins et pêcheurs qui venaient se placer sous la protection de la Vierge.

UNE « FIGURE HUMAINE » DE LA VILLE
Agrandi au fil des siècles et édifié en basilique en 1853 grâce aux dons des Marseillais, puis consacré en 1864, ce lieu est devenu une véritable « figure humaine » de la ville. Les enfants grandissent sous son œil bienveillant, les pêcheurs la cherchent du regard lorsqu’ils sont en mer par grand mistral et la remercient d’arriver à bon port, les pèlerins se massent sur le petit sentier qui l’encercle, les familles s’y retrouvent… La basilique resserre les liens.

En son sein se pratique une tradition que l’on ne trouve qu’ici : celle de présenter les nouveau-nés à la Vierge, bénis par Mgr Jacques Bouchet, le recteur de Notre-Dame-de-la-Garde.

« C’EST NOTRE MÈRE À TOUS »
« Alors lui, peuchère, il est parisien ! » plaisante-t-il, accent chantant et sourire aux lèvres, en parlant d’Arthus, l’un des cinq enfants venus ce jour-là recevoir sa bénédiction. Si cette pratique se fait à Notre-Dame-de-la-Garde, c’est bien parce que celle-ci occupe une place de choix dans le cœur et la vie des habitants de Marseille, mais aussi de ceux qui, venus d’ailleurs, ont trouvé refuge sur cette terre d’accueil séculaire pour les migrants d’Afrique et du Moyen-Orient.

L’architecture de la basilique et sa décoration intérieure rappellent d’ailleurs ce métissage d’influences, véritable identité de la Cité phocéenne. « C’est notre mère à tous, raconte une Marseillaise d’origine sénégalaise, toute personne qui entre dans Marseille est protégée par cette Reine Mère. »

Une protection plus que jamais nécessaire pour l’une des plus belles et accueillantes villes de France, qui vit aujourd’hui un douloureux moment de son histoire, meurtrie par la pauvreté, le chômage et la délinquance. Mais les Marseillais le savent : tant qu’elle veillera sur eux, du haut de sa colline ensoleillée qui permet au regard de se perdre à l’horizon par-delà la Méditerranée, tout ira bien.

● « La Bonne Mère de Marseille : Notre-Dame-de-la-Garde », vendredi 15 août à 10 h 30 sur France 2.

Michael Victor