Dernières nouvelles

Adieu Nour El Sherif ! Adieu grand maître

16 Août 2015 11:11 am

Dans une insoutenable douleur, le cinéma et la télévision égyptiens viennent de perdre un de leurs grands noms : Nour El Chérif. L’acteur est décédé mardi à l’hôpital Assafa du Caire à l’âge de 69 ans, après un long combat contre la maladie, laissant derrière lui un héritage inestimable d’œuvres. Ses obsèques ont eu lieu dans la ville du 6 Octobre en présence d’artistes et de personnalités de divers horizons et domaines.
Après un long combat contre le cancer des poumons, le célèbre acteur égyptien Nour El Chérif nous a quittés mardi à l’hôpital Assafa du Caire à l’âge de 69 ans. Il souffrait de problèmes de circulation sanguine au niveau des membres inférieurs, depuis le mois de janvier dernier. Chose qui a nécessité son transfert à un hôpital de Londres en Angleterre. Quelques mois après son retour en Égypte, l’état de santé de Nour El Chérif s’est détérioré. Et depuis un mois, il était cloué au lit, avant d’être encore une fois admis dans un hôpital du Caire où il a rendu l’âme mardi.
Ses obsèques ont eu lieu dans la ville du 6 Octobre en présence de ses proches et une pléiade d’artistes et de personnalités.
De son vrai nom Mohamed Jaber Mohamed Abdallah, Nour El Cherif, né le 24 avril 1946, à Sayida Zaïnab, terrain de son enfance, a un parcours artistique dans le cinéma et la télévision égyptienne avec quelques participations au théâtre. Son parcours est souvent ponctué d’illustrations attrayantes avec la voix si pleine et éloquente du maître. Ici, l’on parle de l’œuvre d’un acteur qui a su expérimenter les facettes les plus inattendues de la nature humaine mettant l’accent sur la poésie, la joie de vivre, la simplicité de l’existence, les relations humaines au-delà des clivages idéologiques avec cette constance dans la vision d’un monde toujours à réinventer.
Passionné par l’art depuis sa tendre enfance, Nour El Cherif
 a eu ses premiers rôles dans le théâtre et le cinéma après avoir obtenu un diplôme de l’Institut des arts dramatiques. Révélé en 1967 dans «Qasr El Shawk» (Le Palais du désir), adaptation de la trilogie cairote de Naguib Mahfouz, Nour El Cherif a joué dans plus de 170 films pour le cinéma et la télévision.
Depuis, dans chacune des apparitions de Nour El Chérif aux petit et grand écrans, il y avait une inflexible et solidaire vision du monde et de la poésie qui se manifestait. Sa filmographie est très riche à plus d’un titre. Il suffit de citer «Kasr El Shawk» (1967), «Medinet El Samt» (1973), «Lastu Shaytanan wala Malakan» (1980), «Leila Sakhina» (1986) ou encore «L’immeuble Yacoubian» (2006) et «El Massir» (Le Destin, 1997).
Le défunt a également incarné le rôle principal dans une centaine de séries télévisées dont «Haroun Arrachid», «Ailat Alhaj Metwalli », «Omar Ibn Abdelaziz», «Al attar wa sbaa banat», ou «Arafa Al Bahr». Il a été parmi les acteurs les plus célèbres de sa génération, ce qui lui a valu d’être récompensé par plusieurs prix de festivals égyptiens et arabes. Nour El Chérif a été marié à l’actrice Boussy de 1972 à 2006. Le couple a eu deux filles, Sarah et May. 
Sarah, devenue réalisatrice, a réussi à réunir de nouveau ses parents à l’occasion d’un film et de son mariage. Dans sa riche carrière artistique, Nour El Chérif a obtenu plusieurs récompenses, notamment le Prix de la meilleure interprétation masculine pour son rôle dans le film «Layla sakhina», le prix du Festival de New Delhi pour le film «Le chauffeur d’autobus», ainsi que trois prix pour «Ya rab touba» et deux prix pour «Ashaytan yaez». Au total, Nour El Chérif a remporté 50 prix dans des festivals nationaux et internationaux en plus des hommages. C’est pourquoi on le surnommait «Le chasseur de prix». Adieu Nour El Chérif !