Dernières nouvelles

La Sortie au cinéma

1 Septembre 2016 12:30 pm

Une histoire originale de l’Égypte, un regard inédit et lumineux sur la société par ceux qui ont fait les beaux jours du cinéma au XXe siècle, voilà l’ambition de l’ouvrage qui s’articule autour des souvenirs d’une trentaine de personnalités majeures. Les entretiens retracent l’évolution du cinéma en Égypte depuis ses origines.
 
Les témoignages restituent toute une palette d’ambiances et d’émotions car généralement, aussi bien au Caire qu’à Alexandrie à une époque où des communautés étrangères importantes étaient présentes.
Alors que l’Egypte avait l’une des premières industries du cinéma du monde, faisant des films à partir d’au moins les années 1920, la classe moyenne du public égyptien avait très tôt acquis un goût pour les films étrangers et en particulier américains, reléguant les films égyptiens habituellement aux spectateurs socialement moins favorisés. Ceci est l’une des conclusions du livre “La Sortie au cinéma de l’écrivaine française Marie-Claude Bénard, une collection d’interviews sur le cinéma en cours au 20ème siècle en Egypte.
Les entrevues, quelque trois douzaines chacune de quelques pages très chargées, couvrent les expériences de cinéma en cours à partir des années 1930. Avec la plupart des entrevues menées au début des années 1990, le livre relate les expériences au cinéma à la fin des années 1980. Il y a quelques noms bien connus parmi ceux qui ont accepté d’être enregistrés, avec les réalisateurs Henri Barakat, Salah Abou Seif, Youssef Chahine, Mohamed Khan et Atef al-Tayyeb, parmi beaucoup d’autres, partageant leurs souvenirs de cinéma en Egypte.
Peut-être Salah Abou Seif, l’un des plus importants réalisateurs au mi-siècle du cinéma égyptien, a parlé de toute une génération quand il a dit qu’il était habitué à avidement aller au cinéma à chaque occasion comme un garçon qui grandit au Caire pour l’expérience qu’il offre comme une fenêtre sur le monde plus large et une source d’idées pour le genre de l’industrie du film qu’il voulait voir se développer en Egypte.
Youssef Chahine, comme Abou Seif un membre de la génération du milieu du siècle des réalisateurs égyptiens, parle de son enfance en temps de guerre d’Alexandrie “quand on a été submergé par les films américains, rien que les films américains … les films policiers, films de Charlie Chaplin, les comédies musicales “, dit-il.
Il y avait peu de films arabes à l’époque, et ceux qui y étaient ne pouvaient pas toujours faire appel à un public de classe moyenne. Le cinéma en cours avait tendance à être une activité très socialement stratifiée, avec les familles de la classe moyenne allant aux cinémas les plus modernes, souvent climatisés dans les centres du Caire et d’Alexandrie pour voir des films généralement étrangers, souvent américains,. D’autres publics, peut-être pas si bien éduqués, ont souvent préféré aller aux cinémas locaux, moins bien aménagés pour voir des films en langue arabe.
Juste à côté des cinémas du centre-ville étaient des cafés et cafétérias, tels que le café Excelsior au Caire. Au deuxième étage du cinéma Rivoli il y avait le Cyrus, un salon de thé très chic. Les gens ne mangeaient ni buvaient pendant les films, et “une fois un film avait commencé il y avait toujours un silence total. Ce ne fut que plus tard que les vendeurs ont été autorisés à entrer dans les salles de cinéma et ont commencé à vendre des boissons.
Le critique de cinéma Moustafa Darwich se souvient que quand il a grandi au Caire avant la Seconde Guerre mondiale les cinémas étaient entièrement des lieux pour les étrangers, la plupart d’entre eux les Anglais comme ils étaient les occupants de l’Egypte à l’époque. “Pendant la guerre, toutes les salles de cinéma ont été entièrement prises en charge par les soldats anglais. Ces cinémas appartenaient à des hommes d’affaires étrangers, les Grecs surtout, qui ont également possédé de grandes salles de cinéma en plein air comme le Paradis, le Saint James, et le Rex”, se souvient-il.
Les choses ont commencé à changer après la Révolution de 1952, les personnes interrogées sont d’accord, en partie parce que le nouveau régime a mis en place un système de quotas pour les films étrangers et a commencé une politique agressive pour promouvoir l’industrie locale. Même si Amina Rachid dit que même aussi tard que les familles des années 1950 la classe moyenne allait rarement, voire jamais, voir des films en langue arabe. “Ce ne fut qu’avec l’apparition du film de Youssef Chahine “Gare du Caire” (Bab al-Hadid) en 1958 que les choses ont commencé à changer, ce film étant une révélation égyptienne “, dit-elle.
Lentement, cependant, les choses ont changé alors que le public de la classe moyenne a découvert que les nouveaux films arabes avaient des prétentions artistiques et un contenu intellectuel. Les années 1950 ont inauguré ce qui est communément considéré comme l’âge d’or du cinéma égyptien, avec des réalisateurs comme Abou Seif, Chahine, Barakat, al-Cheikh et d’autres ayant pu faire des films ambitieux qui sont devenus depuis des classiques de l’industrie. Avec les nationalisations des années 1960 et les politiques de promotion des films en langue arabe et en limitant la distribution de ceux étrangers, à la fois l’expérience du cinéma en cours et les films proposés ont commencé à changer. Cependant, au moins dans ses premières années, le régime à l’époque avait des ambitions culturelles qui ont rarement été égalées depuis, et le réalisateur Atef al-Tayyeb se souvient de grandir dans un Caire où le Centre culturel tchèque à la rue 26 Juillet et le centre culturel soviétique à la rue Galaa ont tenu à montrer les derniers films européens et soviétiques de l’Est. Le cinéma en cours a changé aussi peut-être en raison de l’urbanisation croissante, avec le réalisateur Yousry Nasrallah, un des plus jeunes de ceux qui sont représentés, se plaignant que, après les cinémas de 1967, même le centre du Caire, comme le Rivoli, Radio et le Qasr al-Nil ont commencé à montrer des “films de karaté” et comédies musicales de Bollywood bon marché. Les familles âgées ne sont jamais plus allées voir des films dans les cinémas et le public est devenu plus jeune et plus exclusivement masculin.
Omar Sharif a déclaré dans une interview en 1991: “Aller au cinéma, le soir, était une vraie sortie. On s’habillait, on téléphonait pour réserver les places qui étaient numérotées, on se retrouvait à l’entracte. Les bonnes salles offraient aux spectateurs la climatisation, ce que peu de gens avaient dans les maisons. Au restaurant du cinéma Saint-James, on mangeait de l’escalope panée, accompagnée de pâtes. Au Rivoli, l’orgue apparaissait à l’entracte. J’ai quitté l’Égypte en 1960 ou 1961, après Lawrence d’Arabie. Après l’Égypte, je ne suis plus retourné au cinéma”.
Ils parlaient avant le développement des multiplexes qui ont grandi au cours des deux dernières décennies qui offrent bien sûr des normes américaines de luxe au spectateur. Cependant, ces nouveaux cinémas n’ont pas nécessairement conduit à une plus grande variété dans les films qui sont distribués, ce qui signifie que nous pourrions encore être assez loin de l’âge d’or du cinéma en Egypte.
L’auteure du livre,  Marie-Claude Bénard est professeur de philosophie et de cinéma audiovisuel, chercheur associé au CEDEJ.
(Marie-Claude Bénard, La Sortie au cinéma, palais et ciné-jardins d’Egypte, 1930-1980, Editions Parenthèses: Marseille, 2016, pp223).