Dernières nouvelles

Ouverture du Festival international du film féminin du Caire

3 Mars 2017 12:50 pm

 
Le Festival international du film féminin du Caire qui se déroule du 4 au 9 mars rend cette année hommage à Agnès Varda. Une nouvelle occasion pour saluer l’importance dans l’histoire du cinéma français, mais pas seulement de celle qui se plaît à dire qu’elle a connu trois existences successives : celles de photographe, de cinéaste puis d’artiste plasticienne.
Mais n’a-t-elle pas toujours été les trois à la fois, tant certains de ses films, y compris et surtout les premiers, apparaissent déjà comme des projets artistiques dépassant le stade strict du cinéma, brouillant les frontières entre fiction et documentaire et lorgnant vers l’installation quand ce mot n’existait pas encore ?
Il y a bien sûr deux grands films d’Agnès Varda qui nous accompagnent depuis des années, “Le Bonheur” (1965) et “Sans toit ni loi” (1985), ses fameux documentaires comme “Les Glaneurs et la Glaneuse” ou les trois consacrés à Jacques Demy et son dernier essai “Les Plages d’Agnès“, collage où l’œuvre et la vie, le travail et l’amour, soi et les autres se mélangent, comme toujours dans son cinéma.
Par ailleurs, la Suisse est le pays de prédilection du Festival. Quatre films du pays seront projetés: “Look Like My Mother” (2016) de Dominique Margot, Kopek d’Esen Isik (2015), The Day The Sun Fell (2015) d’Aya Domenig et Cure de la vie d’autrui d’Andrea Staka (2014). La cinéaste suisse Dominique Margot donnera également une conférence sur «le documentaire personnel, ou comment rendre le film invisible».
Looking Like My Mother suit la vie de la cinéaste Margot, qui a grandi avec une mère qui souffrait de dépression et dont elle a hérité de la maladie. Le film dépeint l’impuissance, la colère et l’acceptation de Margot; La complexité des relations familiales et la difficulté de vivre avec une telle maladie.
Kopek explore la vie de trois personnes vivant à Istanbul. Cemo est un garçon de dix ans qui vend des tissus dans la rue pour soutenir sa famille et lutte pour parler à la fille qu’il aime; Hayat est une femme dans un mariage malheureux qui est contactée de façon inattendue par son premier amour; et Ebru est une femme transgenre qui travaille comme une prostituée et se trouve rejetée par l’homme de ses rêves. Le premier long métrage d’Esen est une réflexion sur la société turque au début du 21ème siècle.
The Sun Fell, la cinéaste suisse-japonaise Domenig revit les expériences de son grand-père, médecin de service pour la Croix-Rouge lors de l’attentat à la bombe de Hiroshima en 1945, en suivant la vie d’un médecin et d’infirmières qui ont vécu l’événement.
“Cure – The Life of Another”, se déroule à Dubrovnik en 1993, un an après le siège de la ville par les troupes serbes. L’histoire suit Linda, âgée de 14 ans, qui retourne en Croatie de la Suisse avec son père et rencontre une fille nommée Eta avec qui elle échange des identités.
Le film d’ouverture est “La larga noche de Francisco Sanctis” qui se déroule à  Buenos Aires en 1977. La dictature militaire terrorise la population. Francisco Sanctis (45 ans) travaille dans l’administration. Sa vie est calme, mis à part les événements politiques. Un après-midi, il reçoit une information qui l’oblige à sortir de cette passivité. Elena (45 ans), une ancienne amie de l’université, lui passe un appel d’urgence. Elle a besoin que Francisco signe une autorisation afin de publier un poème militant qu’il a écrit dans ces années-là. Dans la voiture, Elena lui dit que le poème n’était qu’une excuse et elle lui donne deux noms et une adresse. Des personnes que l’armée s’apprête à kidnapper. Pour Francisco commence une longue nuit. Doit-il essayer de sauver les vies de deux inconnus au risque de perdre la sienne? La larga noche de Francisco Sanctis est structuré comme le voyage intérieur d’un personnage abasourdi, qui va devenir lors d’un conflit un personnage tragique. Le héros se retrouve seul pour prendre la décision finale.
Le festival a été lancé en 2008 et a été le premier du genre dans la région arabe. Il vise à projeter des films de femmes du monde entier.
Tous les films sont sous-titrés en arabe et les projections sont gratuites.