Dernières nouvelles

Pour Abdel Rahman Al-Abnoudi (1938-2015), le Matin a passé

Rafik Baracat

23 Avril 2015 2:58 pm

 

Très populaire dans son pays parce qu’il écrivait en arabe dialectal et pas seulement en arabe classique, le poète égyptien Abdel Rahmane al-Abnoudi, est mort mardi à l’âge de 76 ans, dans un hôpital militaire du Caire des suites d’une opération.

Il a écrit de nombreuses chansons sentimentales et patriotiques notamment pour la star égyptienne, Abdel Halim Hafez. C’était aussi un auteur engagé qui mettait son œuvre au service du processus démocratique en Egypte. Récemment, il avait publié également des livres pour enfants.

Surtout, il a passé trente-cinq ans de sa vie à sillonner l’Égypte mais aussi le Maroc, la Tunisie et l’Arabie saoudite pour rassembler les poèmes d’une épopée du héros arabe médiéval Abou Zeid al-Hilali qui avait parcouru lui-même avec sa tribu le monde arabe, du Yémen au Maghreb. Une œuvre qui fut publiée en plusieurs volumes.

 

Que fait un bon barde? Libérer les passions intérieures, ou peut-être faire ressortir l’ambivalence de la société contemporaine. Le poète emblématique Abdel Rahman Al-Abnoudi est décédé mardi au Caire à l’âge de 76 ans après une longue bataille avec la maladie. Son œuvre “Al-Mawt ‘ala Al-Asfalt (Mort sur l’asphalte) a été nommée comme l’un des livres les plus importants de l’Afrique du 20e siècle à la Foire internationale du livre du Zimbabwe en 2001.

La narration forte du ménestrel s’est métamorphosée en un trait saillant de la tradition égyptienne contemporaine.

Al-Abnoudi était un activiste politique ainsi qu’un poète et un écrivain créatif. Avant sa mort, il a donné au président Abdel  Fattah Al-Sissi quelques conseils sages. Deux ordonnances ressortent: “Libérez les jeunes incarcérés révolutionnaires [de la révolution du 25 Janvier, 2011] et jugez-nous et mettez-nous [les anciens] à leur place”. Il a également exhorté Al-Sissi à se tenir aux côtés des pauvres et des défavorisés.

Al-Abnoudi a été parfois fustigé publiquement par ses détracteurs comme un des champions d’Al-Sissi, mais ayant l’esprit ouvert à la critique, il faisait part de sa personnalité de sang-froid et d’humeur égale et aussi son personnage public.

À son tour, Al-Sissi l’a salué comme “un homme d’Etat”. Il a souvent agi comme un oncle néerlandais. Il croyait que les super-riches, les magnats capitalistes et les autorités oppressives doivent avoir leur journée au tribunal.

En tant que patriote, il s’est réjoui de l’inauguration du nouveau canal de Suez en août dernier. Il a également été enthousiasmé par l’ouverture d’un musée dans sa ville natale d’Abnoud dans le gouvernorat de Qéna, Haute-Egypte.

Al-Abnoudi a écrit le script et les chansons qui apparaissent dans Tawq wa Eswera (Collier et Bracelets), et Al-Baraei (Les innocents) deux classiques qui ont abordé les questions sociales et politiques de Barbarie et lui ont valu de nombreuses récompenses.

Adda Al-Nahar (Le Matin a passé) était une réminiscence poignante d’un temps particulièrement éprouvant de l’histoire de l’Egypte.

C’est une anecdote, un récit de l’agonie de l’âge. Il a écrit le poème après la défaite de l’Egypte par Israël en 1967, et le chanteur vénéré Abdel Halim Hafez a chanté le poème sacré dans une chanson de cœur perçant qui déclenche toujours les sentiments les plus profonds et la nostalgie des Egyptiens à ce jour.

Il a écrit et récité ses poèmes dans la langue familière, vernaculaire grossière dialecte de la Haute-Egypte, et presque jamais en arabe classique du Coran.

Il avait un esprit libre. Après avoir divorcé la réalisatrice Attiyat Al-Abnoudy, il épousa Nehal Kamal. Il a évité le style standard de vers de la poésie arabe classique. Son style était la poésie du peuple.

Il a écrit les paroles de chanteurs emblématiques arabes comme la Libanase Sabah, Abdel Halim Hafez, Warda Al Jazairiya, Mohamed Mounir et Magda Al Roumi. Parmi ses textes les plus mémorables chantés par le légendaire chanteur Abdel Halim Hafez étaient “Mon amour est ma Passion” (Al-Hawa Hawaya), “Le Matin a passé” (Adda Al-Nahar), et Le Christ (Al-Massih). Al-Abnoudi a également écrit les paroles de la superstar nubienne Mohamed Mounir (Chokolata), et “mon cœur ne me ressemble pas” (Alby Mayshbehnish); ainsi que pour la Diva égyptienne passionnée de chansons d’amour Chadia “Oh vous avec le teint foncé” (Ya Asmarany al Lone); Sabah “Parfois” (Saat Saat) ou Magda Al-Roumi “De Beyrouth” (Min Bayrouth), et “je vous aime l’Egypte” (Ya Masr Bahoaki).

La liste des paroles d’Al-Abnoudi est sans fin. Il était fier de ses humbles débuts, et l’extrême pauvreté de son enfance qui a laissé une marque indélébile sur son esprit.

Al-Abnoudi laisse dans le deuil sa veuve Nehal Kamal et ses deux filles Nour et Aya, ainsi que tous les passionnés de ses œuvres.