Dernières nouvelles

La 9e édition du Panorama du film européen

3 Novembre 2016 2:31 pm

La 9e édition du Panorama du film européen se déroule du 2 au 12 novembre, avec la participation de nombreux cinéastes, comédiens, critiques et cinéphiles. Le Panorama apporte une sélection des derniers films internationaux acclamés et primés par la critique à des lieux de projection de l’Egypte. Il est présidé par Marianne Khoury, avec la directrice artistique Stéphanie Sicard.
Le programme de cette année comprend certains des titres les plus importants de l’année, y compris “The Unknown Girl” (La Fille Inconnue), un film réalisé par les frères Dardenne, qui ont concouru pour la Palme d’Or au Festival de Cannes 2016. Outre une soixantaine de longs métrages venus de tous les pays d’Europe, en incluant cette année la Turquie et sont projetés dans les salles Zawya, Karim et 90 Point au Caire, ainsi que dans les trois centres culturels français, allemand et espagnol, en plus d’autres salles à Alexandrie, Ismaïlia et Port-Saïd. Les autres faits saillants du programme de cette année comprennent “Fire At Sea”, un documentaire par le réalisateur italien Gianfranco Rosi centré sur la crise européenne des migrants. Le film a remporté le prix Ours d’Or au 66e Festival international du film de Berlin et est entré Meilleur film en langue étrangère de l’Italie pour 2017 Academy Awards.
La liste comprend également “The Wait” (L’attente) par le réalisateur italien Piero Messina, mettant en vedette l’actrice française Juliette Binoche. Le film a participé au 72e Festival de Venise.
D’autres films incluent “Sieranevada” par le réalisateur roumain Cristi Puiu. Le film a été à la compétition officielle Cannes 2016 et est l’entrée roumaine pour le meilleur film en langue étrangère pour les Oscars 2017.
La projection de cette année aussi est “After Love” (après l’amour) par le réalisateur belge Joachim Lafosse, mettant en vedette l’actrice franco-argentine Bérénice Bejo. After Love a été projeté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 2016, Festival international du film.
Le 9e Panorama du Film européen comprend huit sous-sections, y compris les sections suivantes de ses éditions précédentes: section européenne de Cinéma, Documentaire Rendez-vous, Directeurs émergents, Panorama Classiques, Crossroads, et Carte Blanche.
Au menu de l’édition 2016, en plus de la sélection des longs métrages européens, la section des premiers films de leurs réalisateurs, où sera attendue une panoplie de films, dont l’Italien “Lattesa”, le film français “Good Luck Sam” (bonne chance Sam), le long métrage belge “Les Ardennes”, et la fiction autrichienne “One of us” (un parmi nous).
Section documentaires
A attendre également la projection de plusieurs documentaires en provenance du vieux continent à travers une section dédiée à l’art du documentaire. Parmi les œuvres sélectionnées pour cette édition du panorama, figurent les deux documentaires français “Tomorrow” (demain) et “La Faille”, le suédois “Becoming Zlatan” (devenant Zlatan), l’italien “Fire at Sea” (du feu à la mer) et le documentaire belge “Between Sisters” (entre sœurs).
A la section Carrefour, des œuvres prestigieuses reflètent la diversité et la richesse de la culture européenne. Elles comprennent le film égypto-français, “Au Balcon de Titi” de Yasmina Benari, ainsi que la production anglo-libano-syrienne, “A Syrian Love Story” (histoire d’amour syrienne).
Par ailleurs, “Adieu Bonaparte” de Youssef Chahine et “Le Grand Dictateur de Charlie Chaplin” sont projetés dans le cadre de la section Classiques.
Deux autres sections sont aussi au programme. La première est une sélection de films associée à une thématique précise, celle des cités et des villes européennes. Cette année, il s’agit de Berlin. Quatre films seront projetés, dont “B-Movie”, “The Lives of Others” (les vies des autres), “Run Lola Run” (cours Lola, cours) et “Neukolln Unlimited”. La seconde section se nomme Panoramation. Il s’agit d’un bouquet de films d’animation européens, dont le film d’animation français “Louise en hiver”.
 
Le Panorama du Film européen a été lancé en 2004 par la cogérante de Misr International Films (MIF) Marianne Khoury.
Il a été la semence conduisant à la naissance de Zawya, l’initiative art-house lancée par MIF en 2014 pour que les écrans projettent une sélection alternative de films tout au long de l’année. L’équipe de Zawya est actuellement la promotrice de l’organisation du Panorama.
Construisant sur les éditions réussies des années antérieures, le Panorama se dresse comme un pilier de la culture cinématographique contemporaine de l’Egypte, ce qui porte à des écrans égyptiens importants des films primés.
Le Panorama du Film européen est cofinancé par l’Union européenne et est organisé sous les auspices du ministère de la Culture et le Centre du cinéma égyptien.
La Fille Inconnue
Une jeune médecin pleine de remords (Adèle Haenel) poursuit le souvenir d’une fille morte faute d’avoir été secourue. Une sorte de polar dans la lignée de ce que savent faire les frères Dardenne, mais qui suscite moins d’émotion chez le spectateur que les précédents.
Parce qu’elle était en train de sermonner son stagiaire – elle lui prouvait sa supériorité, en fait, Jenny, jeune médecin généraliste de Liège (Adèle Haenel), n’ouvre pas, alors que son cabinet médical est fermé depuis plus d’une heure, à un patient retardataire. Elle apprend, le lendemain, qu’il s’agissait d’une toute jeune fille, probablement agressée et décédée… Un lien étrange se tisse entre la vive et cette morte que nul ne semble connaître. Pour lui rendre tout ce qui lui a été dérobé, à commencer par son identité, Jenny entame son périple et une fois encore, une fois de plus, les Dardenne la suivent avec une étonnante ferveur. Mais une ferveur sèche, cette fois, presque dénuée de sentiment.
Jenny poursuit le souvenir de la disparue comme elle soigne ses patients : avec vaillance et obstination. Et son remords obstiné finit par susciter celui des autres : à tour de rôle, ils viennent lui avouer lui confesser des bouts de vérité, puis, la vérité toute entière… C’est ce qui est beau dans le nouveau film des Dardenne : la progression, en chacun des personnages, du désir de retrouver sa dignité perdue. L’impossibilité d’échapper au meilleur de soi, en quelque sorte…