Dernières nouvelles

La 38e édition du Festival international du film du Caire

17 Novembre 2016 1:49 pm

 
la cérémonie d’ouverture de la 38e édition du Festival international du film du Caire (FIFC), Magda Wassef, la présidente du festival, avec des représentants des programmes parallèles qui longent la compétition internationale du FIFC et la 4ème connexion du Film du Caire, ont dévoilé quelques secrets sur un des événements artistiques et culturels les plus réputés de l’Egypte. Cette édition a été dédiée à la mémoire du “magicien du cinéma égyptien” Mahmoud Abdel-Aziz qui est décédé le samedi 12 novembre.

Au cours de neuf jours, le festival projette 204 films en trois portails de cinéma autour du Caire.
Du 15 au 24 Novembre, le festival accueille plus de 100 représentants du cinéma (réalisateurs, producteurs, acteurs, actrices) du monde entier pour présenter et discuter leurs films avec le public égyptien. Soixante participent à la sélection officielle (Compétition Internationale, Festival des festivals, Panorama International) tandis que d’autres participent aux programmes parallèles (Perspectives du cinéma arabe, Semaine de la Critique, Cinéma de demain).
Le Festival international du film du Caire a connu quelques années tumultueuses. Depuis 2011, il a été annulé deux fois en raison de la situation de sécurité et les projections ont été confinées à l’Opéra du Caire. Mais cette année, il retourne au centre-ville, avec deux des cinémas du Caire récemment rénovés.
Les organisateurs disent qu’ils se sont recentrés sur les films régionaux et bien que le calendrier complet est encore à être libéré, une partie du programme peut maintenant être vu sur le site Web et l’application Smartphone, un développement majeur pour un festival en Egypte, quand il a été difficile d’obtenir toute information préalable.
Le très attendu “Yom Lel Setat” (Un jour pour les femmes)de Kamla Abo Zekry  a été choisi comme film d’ouverture et a participé à la compétition officielle avec 16 films pour le prix de la pyramide d’or.
Le film se rapporte à une piscine qui s’ouvre dans une banlieue du Caire dans les années 1950. Quand il est annoncé que les dimanches sont réservés seulement pour les femmes, les hommes sont prompts à exprimer l’indignation. Cela conduit à des tensions dans la communauté, mais les femmes sont également désireuses de saisir leur indépendance. Yom Lel Setat est en concurrence avec “Voir du Pays” qui suit deux jeunes femmes soldates qui prennent leurs vacances à Chypre après avoir terminé leur service en Afghanistan; et le Marocain Mimosas, un film intrigant qui suit un cheikh âgé et en phase terminale qui veut être enterré avec ses proches dans les montagnes de l’Atlas. Quand ses compagnons de voyage refusent de voyager plus profondément dans les montagnes parce qu’ils ont peur des esprits, le vrai voyage commence.
Un autre film intéressant en compétition pour le prix est de l’Egypte. “El Bar El Tany” (l’autre rive) d’Ali Idris nous présente un tableau de sombre réalité alors que nous suivons un groupe de jeunes égyptiens de villages ruraux pauvres qui bravent la mer pour chercher une vie meilleure. Ils voient les lumières de l’Italie de leur bateau mais le véritable cauchemar est sur le point de commencer.
La Chine a été choisie comme invitée d’honneur, ce qui signifie que les audiences seront traitées à un assortiment de films du cinéma chinois contemporain.
Le défilé à l’extérieur du concours de la pyramide d’or est dirigé par Brillante Mendoza, “Ma ‘Rosa” qui est l’entrée officielle des Philippines pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère de cette année et raconte l’histoire d’un couple qui est obligé de commencer à vendre des drogues pour nourrir sa famille. Lorsque les deux sont arrêtés, le couple et les enfants sont forcés de faire des choix désespérés.
“Toni Edrmann” est une comédie noire sur la relation complexe entre un père et une fille, tandis que “Nasser’s Republic: The Making of Modern Egypt”, dirigé par Michael Goldman, fait ses débuts au FIFC au Caire. Il s’agit d’un documentaire américain révélant des images rares du président égyptien et du leader panarabe Gamal Abdel Nasser.
Le thème du festival est “le cinéma pour les masses”.
Une partie importante du festival est les “Perspectives du cinéma arabe” (PCA) qui vise à présenter des films arabes prometteurs au-delà de la sélection officielle. 
PCA a d’abord été présenté par Samir Farid, critique de cinéma de renom et ancien président du FICC. Le livre de Farid, Arab Spring Cinema, est lancé en marge de la compétition.
La Cairo Film Connection (CFC) est une quatrième plate-forme pour les jeunes cinéastes qui rencontrent des professionnels de l’industrie qui peuvent aider à pousser leurs projets à la ligne d’arrivée.
Amir Ramsès, un réalisateur égyptien et membre du jury de la CFC, a déclaré que sur les 47 entrées, 14 ont été sélectionnés pour prendre la partie au forum. Ici, ils peuvent gagner de l’argent et une chance d’assister à un atelier de producteurs au Festival international du film à Rotterdam. Ramsès a dit que le sérieux du projet et sa pertinence pour le cinéma arabe sont les deux considérations principales pour le jury pour le CFC. “Comme toute concurrence, nous allons également juger en fonction de la valeur artistique du projet”, a-t-il ajouté.
Que les gagnants reçoivent un chèque de paie ou un billet d’avion à Rotterdam, La CFC est une initiative digne et bienvenue, une mer rare d’opportunités pour les jeunes talents.
Parmi les membres du jury qui ont été annoncés récemment par l’administration du festival figurent l’actrice jordanienne Saba Moubarak et l’actrice égyptienne Arwa Gouda en raison de leur expertise dans le domaine. Le jury international est présidé par le réalisateur allemand Christian Petzold dont les films ont représenté l’Allemagne dans les festivals internationaux à travers le monde au cours des dernières années.
Le critique Youssef Chérif Rizkallah, le directeur artistique du festival, a expliqué les deux principaux critères de sélection pour les films cette année. Le premier est la découverte de nouveaux films qui sont présentés dans la compétition reconnue par la Fédération internationale des associations de producteurs de films internationaux. Le second est de présenter des films internationaux les plus importants pour les spectateurs de films égyptiens qui ne trouvent pas facilement leur chemin vers les écrans de cinéma égyptien.
En outre, “Juste la fin du monde”, qui a remporté le Grand Prix du Jury à Cannes, doit également être projeté. Le film raconte l’histoire d’un écrivain qui retourne dans sa ville natale pour annoncer sa mort prochaine à sa famille. Un certain nombre de films comme “The Land of the Enlightened” par Pieter-Jan De Pue, “Le Maître” par Jan Hrebejk, “Ma ‘Rosa” par le célèbre réalisateur philippin Brillante Mendoza, ainsi que “Où envahir ensuite?”, par le réalisateur de documentaire américain de premier plan Michael Moore prennent les spectateurs dans un voyage à travers le monde.
De l’autre côté, un grand nombre de documentaires égyptiens participent également au festival, y compris le film de Wahid Sobhi “Nous sommes Arméniens égyptiens”, qui documente l’histoire de la communauté arménienne en Egypte, et leur contribution à l’économie et à la culture de l’Egypte. Un autre documentaire égyptien est une note dans l’histoire du Ballet réalisé par Hicham Abdel Khalek, qui suit l’histoire de la première génération de danseurs de ballet égyptien, en particulier les cinq premières filles qui dansaient dans le célèbre russe Bolchoï. Le documentaire espagnol “The Last Summer” par le réalisateur Leire Apellaniz sera également projeté, rendant compte des évolutions récentes dans le domaine du cinéma classique.
Le festival accueille également huit films nominés aux Oscars, comme “Kills on Wheels” par Attila Till de Hongrie et de Marko Skop “Eva Nouvelle Europe de l’Est”, ainsi que le film égyptien “Eshtebaak” (Clash) par Mohamed Diab, qui a été choisi pour représenter l’Egypte à la cérémonie des Oscars.
Cette année, le Prix Faten Hamama ira au défunt réalisateur Mohamed Khan, l’acteur égyptien de premier plan Yéhia El-Fakharany, le producteur palestinien Hussein El Qala, ainsi que le réalisateur Cheick Oumar Sissoko du Mali.